"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

08 novembre 2018

Prière complémentaire en français pour les Liturgies (suite au schisme du patriarcat d'Istanbul)

http://www.patriarchia.ru/db/text/5268260.html
Oukaze 70:
"Dans toutes les églises relevant de l'Église orthodoxe de Russie, lors de chaque Divine Liturgie, il est décidé d’inclure les demandes suivantes dans l’ecténie double :

    Nous prions encore notre Seigneur et Sauveur de garder l’Église Orthodoxe dans le monde entier dans l'unité et dans la vraie Foi et de lui accorder la paix et la sérénité, l'amour et la concorde, disons tous, ô Seigneur, exauce-nous et et aie pitié de nous.
    Nous Te prions encore de jeter les yeux, avec bienveillance et miséricorde, sur notre sainte Église Orthodoxe et de la préserver des divisions et des schismes, de l'inimitié et des désordres, de ne pas amoindrir et de ne pas ébranler son unité, mais qu’en elle soit glorifié Ton Nom trois fois saint, disons tous, ô Seigneur, exauce-nous et aie pitié de nous
."


1 commentaire:

Anonyme a dit…

Le dimanche 28 octobre 2018, l’archiprêtre Georges Blatinsky, recteur de cette paroisse, a cessé de mentionner durant la liturgie les autorités canoniques dont il relève, le Patriarche œcuménique et l’évêque diocésain, Mgr Jean, et cela en opposition à tous les canons. A l’issue de la célébration, il a expliqué aux fidèles présents qu’à partir de ce dimanche la paroisse se trouvait dans la juridiction du métropolite Hilarion de l’Eglise russe hors-frontières (Patriarcat de Moscou), et il a justifié ce changement de juridiction au prétexte que le Trône patriarcal œcuménique de Constantinople serait tombé dans le « schisme » du fait de son intervention en Ukraine. D’après nos informations, cette décision, prise de manière unilatérale par le recteur de la paroisse, a ensuite été présentée comme résultant d’un vote unanime d’une « assemblée générale paroissiale », en contradiction avec les normes ecclésiales et les statuts civils de la paroisse (aucune assemblée n’ayant été convoquée ce jour-là dans les règles).

A la demande de Mgr Jean, une délégation de l’Archevêché s’est rendue à Florence, le 31 octobre, pour s’entretenir avec le clergé et les responsables laïcs de la paroisse et clarifier la situation. Durant cette rencontre, le père Blatinsky et les paroissiens qui l’accompagnaient ont cherché à justifier leur position, en affirmant que le patriarche œcuménique violait les canons et persécutait l’Eglise orthodoxe d’Ukraine et donc qu’il était un « schismatique ». Certains paroissiens ont aussi expliqué craindre, s’ils restaient dans l’archevêché, des représailles lorsqu’ils se rendront en Russie. Le père Blatinsky a également indiqué que le métropolite Hilarion l’avait assuré, par téléphone, qu’il n’avait besoin d’aucune lettre de congé canonique pour le recevoir dans sa juridiction puisque, selon lui, « tous ceux qui dépendent de Constantinople sont des schismatiques » (sic !). Face à cette situation, Mgr Jean a pris les sanctions que préconise le droit canon de l’Eglise orthodoxe, en plaçant en interdit a divinis (suspension de l’exercice sacerdotal), à compter du 1er novembre 2018, l’archiprêtre Georges Blatinsky et le prêtre Oleg Turcan, deuxième prêtre de la paroisse. Mgr Jean a également adressé, le 5 novembre 2018, une lettre de protestation au métropolite Hilarion à New-York, lettre à laquelle il n’a pas reçu de réponse à ce jour.
https://orthodoxie.com/communique-du-conseil-de-larcheveche-des-eglises-orthodoxes-russes-en-europe-occidentale-concernant-la-situation-de-la-paroisse-de-florence/