"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

07 juillet 2019

Dieu ne nous a jamais garanti cette victoire! (st Jean)

La grâce de Dieu aide toujours ceux qui luttent, mais cela ne veut pas dire qu'un lutteur est toujours en position de vainqueur. Parfois, dans l'arène, les animaux sauvages ne touchaient pas les justes, mais tous n'en sortaient pas intacts. Ce qui est important n'est pas la victoire ou la position du vainqueur, mais plutôt le travail d'effort vers Dieu et de dévotion envers Lui. Bien qu'un homme puisse se trouver dans un état de faiblesse, cela ne signifie pas du tout qu'il a été abandonné par Dieu. Sur la Croix, le Seigneur Jésus-Christ était dans la détresse, comme le monde voit les choses. Mais quand le monde pécheur l'a considéré comme complètement détruit, en fait, Il est remonté victorieux de la mort et de l'Hadès. Le Seigneur ne nous a pas promis des positions de vainqueurs en récompense pour une vie juste, mais Il nous a dit : "Dans le monde, vous souffrirez des tribulations, mais réjouissez-vous, car J'ai vaincu le monde" (Jn 16,33). La puissance de Dieu est efficace quand une personne demande l'aide de Dieu, reconnaissant sa propre faiblesse et son propre péché. C'est pourquoi l'humilité et la recherche de Dieu sont les vertus fondamentales du chrétien.
saint Jean Maximovitch



God’s grace always assists those who struggle, but this does not mean that a struggler is always in the position of a victor. Sometimes in the arena the wild animals did not touch the righteous ones, but by no means were they all preserved untouched. What is important is not victory or the position of a victor, but rather the labor of striving towards God and devotion to Him. Though a man may be found in a weak state, that does not at all mean that he has been abandoned by God. On the cross, the Lord Jesus Christ was in trouble, as the world sees things. But when the sinful world considered Him to be completely destroyed, in fact He was victorious over death and hades. The Lord did not promise us positions as victors as a reward for righteousness, but told us, “In the world you will have tribulation — but be of good cheer, for I have overcome the world” (Jn. 16:33). The power of God is effective when a person asks for the help from God, acknowledging his own weakness and sinfulness. This is why humility and the striving towards God are the fundamental virtues of a Christian. - St. John Maximovitch












05 juillet 2019

Comment devenir fort? (st Moïse)

Déposez vos faiblesses devant Dieu, et le Seigneur deviendra votre force.
Saint Moïse l'Éthiopien




Throw your weaknesses before God, and the Lord will become your strength. +St. Moses the Ethiopian

03 juillet 2019

Nos succès (st Seraphim)

Lors de tout succès en quoi que ce soit, nous devons nous référer au Seigneur et dire avec le Prophète : " Ce n'est pas à nous, Seigneur, ce n'est pas à nous, mais à Ton Nom que nous devons rendre gloire " (Ps 113, 9)
Saint Séraphin de Sarov.







Every success in anything we should refer to the Lord and with the Prophet say: 'Not to us, O Lord, not to us, but to Your name give glory' (Ps. 113:9) -St Seraphim of Sarov

27 juin 2019

27 juin 1789, la France se réveilla avec satan dans son lit...

La Révolution de 1789 vue par un moine orthodoxe français, le père Placide Deseille
...Au matin du 27 juin 1789 la France a changé ses racines... L'Assemblée Nationale a pris le pouvoir législatif. D'autre part -ce qui est capital- en se proclamant seule habilitée à donner une constitution à la France, elle se fait -en tant que peuple- la source ultime de toute loi, la source de la norme du bien et du mal pour le pays. En un mot, elle prend la place de Dieu...
… Entre le 20 et le 26 août, l'Assemblée Nationale élabore et adopte la Déclaration des droits de l'homme... En 1789, cette déclaration se situe dans le même contexte que le coup d'Etat du 27 juin et procède de la philosophie des Lumières et du Contrat Social de Jean-Jacques Rousseau. La philosophie qui s'y exprime se ramène à deux points essentiels : l'homme a le droit de penser ce qu'il veut, en se confiant uniquement à sa raison, sans être soumis à aucune Autorité transcendante. Les bornes limitant son activité ne viennent pas de Dieu, mais de la loi établie par la volonté générale de la nation. Cela explique que le pape Pie VI, écho sur ce point de l'ensemble de la tradition chrétienne, réagit alors en dénonçant ces droits '' si contraires à la religion et à la société '' (Encyclique du 23 avril 1791). La réaction du Patriarcat oecuménique et des porte-parole de la consciences des peuples orthodoxes ne fut pas différente...
...Dès ses premières heures, la Révolution française n'avait pas été le soulèvement d'un peuple contre le Roi et la noblesse, mais l'offensive d'une minorité de nobles et de bourgeois hostiles à la civilisation chrétienne et à toute Souveraineté transcendante, contre tout un peuple encore profondément imprégné de christianisme et attaché à son Roi...
… la prétention de la Nation à s'affirmer comme le fondement suprême des normes qui inspire les lois est luciférien et ne peut mener l'homme qu'à sa destruction...
La Révolution française et le destin spirituel de l'Europe, par l'Archimandrite Placide Deseille (R.I.P.)





10 juin 2019

O Dieu, déracine le mal ancré en moi! (prière de saint Colomban de Luxueil)

Prière de saint Columban de Luxueil et Bobbio [+615]
O Seigneur Dieu, détruis et déracine ce que l'Adversaire a planté en moi, afin que les iniquités ayant été détruites, Tu puisse plantes en ma bouche et dans mon coeur l'intelligence et les bonnes oeuvres, afin que je puisse Te servir avec zèle dans mon travail et ma volonté, et que je puisse comprendre Tes Commandements et que je Te cherche! Accorde la reconnaissance, la charité, la chasteté, la Foi et toutes choses dont Tu sais qu'elles sont pour le bien de mon âme. Seigneur, cultive en moi le bien, et donne-moi ce que Tu me sais nécessaire. Toi qui vis et règne avec le Père et le Saint-Esprit, Dieu un, pour les siècles des siècles. Amen.
Du "Libellus Sacrarum Precum" ("Livre des prières sacrées", recueil du 8ème siècle)




Prayer of St. Columbanus of Bobbio [+615]
O Lord God, destroy and root up that which the adversary hath planted in me; that iniquities having been destroyed, Thou mayest plant in my mouth and heart understanding and good work; that I may zealously serve Thee Alone in work and will, and may I understand Thy Commands, and Thee may I seek! Grant remembrance, charity, chastity, faith, and all things which Thou knowest to pertain to the usefulness of my soul. O Lord, work in me good, and give to me that which Thou knowest to be necessary. Thou Who livest and reignest with the Father and the Holy Ghost, God, through all the ages of ages. Amen.
From 8th Century "Libellus Sacrarum Precum"

09 juin 2019

La paix du coeur et l'Autel divin

Saint Grégoire le Grand disait "Altare Dei est cor nostrum" [S. Gregorius, Moralia in Job, 25, 7, 15 (PL 76, 328)]. A savoir que notre coeur est le véritable Autel de Dieu. Donc notre vie liturgique doit se prolonger dans tous les aspects de notre vie, pour que Dieu puisse rayonner partout à travers nous. Puisque tel est bien notre voeu à notre Baptême..

Alors, ayant donc Dieu en nous (Luc 17,21, "le Royaume des Cieux est AU DEDANS de vous", en traduction littérale du texte canonique grec), comment se fait-il que nous soyons perturbés par tant et tant de choses?

A cela, saint Augustin, évêque d'Hippone, nous donne un indice fort, dès l'entame de son célèbre traité des "Confessions" : "Fecisti nos ad te et inquietum est cor nostrum, donec requiescat in Te"  (Confessio, liber 1,1) - "Tu nous a créés pour Toi [Seigneur], et notre coeur est sans repos (inquietum est) tant qu'il ne se repose en Toi".

Dieu est là, dans notre Autel intérieur, mais nous sommes étranger à nous-mêmes, nous vivons hors de cette Communion sublime. Tous les tracas incessants de cette vie nous tirent loin de la paix infinie qui nous attend, dès lors qu'on s'abandonnera en confiance à ce Dieu Qui ne veut que notre bien. Mais un bien infini, éternel, pas temporel, pas celui que nous cherchons et pour lequel nous sacrifions tout.. Comme disait saint Justin (Popovic), pour de l'argent, nous retournerions toute la terre, mais nous nous bougeons à peine pour aller à l'église toute proche.. Nous sommes déchirés entre ce qui est notre aspiration la plus profonde mais inconsciente - rejoindre notre Créateur là où Il nous attend - et notre recherche consciente d'un bonheur temporel, matériel, impossible à atteindre car il se trouvera toujours une insatisfaction dans notre état d'être créés, soumis à la souffrance, aux impondérables, aux déterminismes externes et internes, etc. Seule la réunification de notre être au plus profond de nous-mêmes pourra nous sortir de ce paradoxe induisant tant de souffrance. Seule y mènera la réalisation d'un état de "monachos" - d'unification intérieure, un mot qui a donné "moine", c'est-à-dire celui qui est (censé être) un en lui et un avec Dieu. C'est l'oeuvre de toute une vie...

Bon dimanche



Eglise Saint-Martin, Nohant-Vic
Photo Manfred Heyde — Travail personnel, CC BY-SA 3.0,
https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7921972