"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

31 mai 2006

Historique et signification du Rite Orthodoxe Occidental aux USA

Signification du Rite Orthodoxe Occidental
http://homepage.mac.com/gthurman/iblog/C931234280/index.html
(Note: Jusque récemment, je me suis occupé de rassembler tous les documents de prime importance que j'ai pu trouver dans les anciens numéros du magazine "The Word". Avec la fondation officielle du Vicariat de Rite Occidental dans l'archidiocèse Antiochien en 1962, un certain nombre d'articles ont été publiés au sujet du Rite Occidental dans le numéro d'avril 1962 du "Word". Ce qui suit est un article rédigé par le p. Paul (William Sutfin) Schneirla, l'actuel Vicaire Général du Vicariat de Rite Occidental de l'archidiocèse Antiochien. Je pense que ce qui intéressera le plus les lecteurs contemporains, c'est ce qui se trouve dans les 2 derniers paragraphes de l'article. - p. Matthew)

Tel qu'il existe maintenant dans l'Eglise Orthodoxe, le Rite Occidental est représenté par moins d'une cinquantaine de petites paroisses dispersées dans l'Eglise sur toute la surface de la terre, et réparties entre plusieurs juridictions autocéphales. De toute évidence, d'aucun parlerait plus facilement de l'insignifiance que de la signification. Et cependant, à certains égards, c'est une des plus importantes initiatives récentes de l'Orthodoxie.

En premier lieu, le Rite Occidental restaure l'équilibre culturel normal dans l'Eglise. L'état pré-Schisme est restauré entre l'Orient et l'Occident, symboliquement et potentiellement. Le premier résultat de cette réunion, c'est que l'Eglise proclame sa catholicité. Elle démontre qu'elle est l'Eglise Oecuménique, et non pas une religion tribale. Les premiers bénéficiaires de cette réaffirmation, ce sont les millions de fidèles de rite Oriental, qui représentent la majorité des fidèles de l'Eglise. Nos horizons sont considérablement élargis, que nous soyons des théologiens à présents forcés de saisir et d'exprimer une tradition plus étendue, ou des fidèles pour qui l'image de l'Eglise est radicalement transformée.
L'Eglise est accomplie en tant que société au-dessus des divisions de l'humanité, qui elles-mêmes transcendent les simples différences nationales et raciales. Ici nous avons un plus grand empire, même que le Byzantium. Tous les peuples peuvent venir devant le trône revêtus de leurs propres atours, présentant leurs propres dons. Le monde et l'humanité sont un dans la Foi. L'Eglise n'a jamais cessé d'insister sur cet Evangile de base; par la restauration du Rite Occidental, elle l'illustre.

Un autre des accomplissements que l'on peut anticiper par la pleine compréhension de toutes les implications du Rite Occidental, c'est la participation Orthodoxe au Mouvement Oecuménique à un niveau entièrement nouveau. Jusqu'à présent, l'Eglise y a participé avec hésitation, et de manière négative. Des faits superficiels, externes, ont fermé bien des chemins pour une relation créative entre Orient et Occident. D'un seul coup, le fait du Rite Occidental emporte au loin nombre de prétendues différences. Cela ne veut pas dire que de profondes convictions dogmatiques vont soudainement se trouver considérées comme étant équivalentes de tous les côtés de la désunion Chrétienne, mais leur véritable nature va devenir accessible à une considération directe au lieu de basée sur les aspects externes.

Indubitablement, la fraternisation sera encouragée avec les Catholiques-Romains et les Anglicans (Episcopaliens) par ce qui est substantiellement un rite commun. Depuis des décennies, les Anglicans ont affirmé que les désaccords majeurs n'étaient qu'externes. Maintenant, ils peuvent déterminer s'ils sont importants, les Trente-Neuf Articles, la Sainte Tradition, les Sacrements, la conformité rituelle générale jointe à une compréhension dogmatique démesurée, et les autres éléments de leur héritage de la Réforme. Les Chrétiens d'Occident qui se sont demandés ce qu'ils devraient faire pour communier aux Autels Orthodoxes ont à présent une réponse simple à leur question.

Pour finir, le Rite Occidental fournit un nouveau moyen pour réveiller l'élan missionnaire de l'Orthodoxie. L'accent qu'il implique sur l'universalité de l'Eglise contribuera au renouveau de la conscience du devoir missionnaire de nos hommes d'Eglise. On ne pourra plus assumer tacitement que les convertis auraient à adopter quelque variétés de nos aliments et de nos coutumes culturelles en même temps que la Foi. C'est en particulier parmi les "post-Chrétiens" des pays occidentaux, sans culture ecclésiale, que le rite sera une aide missionnaire concrète. Dans certaines de ces régions à présent perdues pour la Chrétienté, un Rite qui soit Occidental en tout, et spécifiquement adapté aux formes familières, devraient ouvrir les portes fermées.

Ainsi donc, l'antique Eglise entre dans une nouvelle phase de son histoire. Une opportunité nous est offerte de nourrir les jeunes plants, quand bien même les fruits pourraient bien ne pas apparaître durant notre génération. Dans le Rite Occidental, nous pouvons comprendre l'Orthodoxie mieux que jamais auparavant, et à travers le rite, l'Eglise se trouve à même d'étendre cette compréhension à celui qui est privé de l'Alliance.

***

Le p. Matthew Thurman vient d'être diplomé (avec brio) du "Holy Cross Seminary". Il a été nommé comme recteur de la paroisse Saint-Columba à Denver, Colorado, USA (Patriarcat d'Antioche, vicariat de Rite Orthodoxe occidental)




** ** **

Le Rite Occidental dans la Sainte Orthodoxie
http://www.stcolumbachurch.org/western_rite.html

Avant l'an 1054, il n'y aurait eu nulle difficulté à déclarer que le Rite Occidental de l'Eglise Indivise, c'était simplement l'usage des Eglises de langue latine. Le Rite utilisé par les Chrétiens d'Ecosse, Irlande et Angleterre était aussi orthodoxe que celui utilisé à Constantinople. Durant les mille premières années de la Chrétienté, toutes les églises éparpillées au loin et en communion avec les 5 Patriarcats (Constantinople, Jérusalem, Antioche, Alexandrie, Rome) étaient Orthodoxes.
Après 1054, ou plus précisément, après la Conquête de l'Angleterre par les Normands en 1066, les Eglises d'Occident furent entraînées dans le Grand Schisme du Patriarcat Romain, loin de l'Unité de l'Eglise Orthodoxe. La Liturgie Occidentale commença à refléter les erreurs papales, et même à se voir incorporer le Filioque dans le Credo nicéen, en plus d'autres aberrations.

La restauration d'un Rite Occidental corrigé, et vraiment orthodoxe, dans la Sainte Orthodoxie aux Etats-Unis, n'a pas été initiée par le laïcat ou du clergé ordinaire. La vision du Rite Occidental comme une partie essentielle de la Mission Orthodoxe en Amérique appartint à l'archevêque Tikhon, de l'archidiocèse américain sous le Patriarcat de Moscou. Il y a quelque 90 ans d'ici, il examina un Livre Anglican de Prière Commune (Book of Common Prayer) et l'envoya au Saint-Synode à Moscou. Cette Liturgie, dérivée de l'ancien usage de l'Occident Orthodoxe, et pour la première fois exprimée en anglais dans l'édition de 1549 sous l'autorité du roi Edouard 6 d'Angleterre, fut corrigée et approuvée par le Saint-Synode pour usage dans l'Eglise Orthodoxe.

Durant les années qui ont suivit, le bienheureux Tikhon fut lui-même élevé au siège patriarcal de Moscou, puis martyrisé par les communistes en 1925, depuis lors proclamé Saint de l'Eglise, et à présent connu par les fidèles Orthodoxes du monde entier sous le nom de saint Tikhon, Illuminateur de l'Amérique. C'est ce même saint Tikhon qui, vers l'époque où il obtint l'approbation pour la restauration du Rite Occidental en Amérique, consacra aussi (en 1904) Raphaël Hawaweeny comme évêque pour l'Eglise Orthodoxe en Amérique du Nord. C'est de ce dernier que descend l'archidiocèse Chrétien Orthodoxe Antiochien.

La Mission Orthodoxe en Amérique s'étant mise à grandir en nombre et en maturité, suite à cela, l'autorisation pour le Rite Occidental fut donnée par les patriarches et le Saint-Synode d'Antioche. Le métropolite Anthony (Bashir) fonda le Vicariat de Rite Occidental pour la création de Missions et paroisses de Rite Occidental dans l'archidiocèse. Le métropolite Philip (Saliba) a promu la création d'un nombre croissant de paroisses de Rite Occidental à travers toute l'Amérique du Nord; de nouvelles arrivées dans le clergé et le laïcat font que sa taille en a doublé en quelques années. L'Orthodoxie de Rite Occidental est à présent une dimension en rapide croissance dans la Mission de l'Eglise en Amérique.

Les paroisses de Rite Occidental représente la restauration de la Liturgie Occidentale légitime de l'Eglise Indivise des premiers mille ans, accomplie sous l'autorité patriarcale, pour le bénéfice de tout le peuple Orthodoxe.

Père John Connely, MA
Saint-Synode de Russie (1870), saint Tikhon (1904), Saint-Synode de Russie (1907), Antioche 1962 pour les USA : on ne peut pas parler d'épiphénomènes sans fondement pour l'intégralité de l'Orthodoxie, n'est-ce pas? ALORS, SI C'EST THÉOLOGIQUEMENT FONDÉ POUR LES U.S.A, POURQUOI NE LE SERAIT-CE PAS POUR CHEZ NOUS, EN EUROPE OCCIDENTALE, PRECISÉMENT LÀ OÙ LE RITE OCCIDENTAL EST NÉ?... bonne question, non?

Aucun commentaire: