"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

01 mai 2006

Rite Occidental & Catholicité de l'Eglise

Jeudi 22 Décembre 2005
Editorial invité : le Rite Occidental
http://homepage.mac.com/gthurman/iblog/C931234280/index.html
[Note: Cet éditorial supplémentaire sur le Rite Occidental, par le p. Michael Keiser, est paru en septembre 1989 dans la revue The Word Magazine. Je pense que son message est toujours d'actualité. - FM]

Parfois on me pose la question : "où va le Rite Occidental?" Ma réponse habituelle est : "Cleveland", parce que je crois fermement que les questions idiotes méritent une réponse idiote. La question provient de la présomption que du fait que nous n'avons pas 50 paroisses fonctionnant, et n'avons pas encore convertit la Maison des Evêques de l'Eglise Episcopalienne [Anglicans aux USA] à l'enseignement Orthodoxe, alors pourquoi encore perdre son temps à continuer.

L'Orthodoxie Occidentale n'est pas un groupe séparatiste qui chercherait une destination à part de l'Eglise Orthodoxe. Nous nous dirigeons vers le Ciel – c'est le but de tout Chrétien Orthodoxe. Tout acte que nous posons tant individuellement qu'en églises devrait être évalué par rapport à ce but.

La raison de l'existence de l'Orthodoxie Occidentale est plutôt simple. L'Eglise Orthodoxe affirme être l'Eglise Catholique (désolé, Jean-Paul, mais il faudra que tu l'apprenne). Le mot "Catholique" est définit de la meilleure manière par "selon la plénitude", et subsidiairement signifie aussi "universel". Pour que l'Eglise soit en plénitude et universelle, elle doit être ouverte aux peuples de toutes races, cultures et histoire. Elle ne comportera pas tout le monde, car il y aura toujours ceux qui rejetteront la Vérité, mais la possibilité pour tous d'y entrer doit exister.

Cela veut dire que la Vérité de l'Evangile sera exprimée de nombreuses manières différentes, car l'Eglise cherche à être tout à tous, afin de pouvoir en sauver certains. La doctrine ne change pas, parce que Dieu ne change pas, mais ce qui change, c'est la manière par laquelle la doctrine est exprimée dans le langage et le rite. Si ce n'était pas le cas, nous en serions encore à célébrer l'Eucharistie dans les chambres hautes, chantant en hébreux.

La culture est un facteur qui donne sa forme au culte (et vice et versa, par la même occasion). S'il y a bien une chose qui est d'origine récente dans la pensée de l'Eglise Orthodoxe, c'est qu'il n'y aurait qu'une seule manière d'adorer. Ni les cultures pré-Nicéennes ni les post-Nicéennes n'auraient été à l'aise avec une telle idée. Les différentes cultures ont toujours appréhendé le rite de diverses manières, et bien que la manière standardisée de la Liturgie Eucharistique de l'Eglise d'Orient est à présent celle [attribuée à] de saint Jean Chrysostome, la manière dont celle liturgie est célébrée n'est pas uniforme.

Donc, s'il serait intéressant de compter 400 assemblées de Rite Occidental en Amérique du Nord, nous devons faire attention à ne pas prendre un succès selon le monde comme notre raison d'être. L'Orthodoxie Occidentale, par son existence même, proclame la Catholicité de l'Eglise. Elle n'a pas besoin d'autre défense [justification].

—père Michael Keiser, Eustis, Floride

P. Turner administrant les Sacrements
http://homepage.mac.com/gthurman/iblog/C931234280/E172713562/index.html


(Une de mes contributions à l'effort – avec celui du blogue Occidentalis – pour publier des photos de feu le p. Alexander Turner, SSB, qui fut le premier Vicaire Général du Rite Occidental dans l'archidiocèse Antiochien.)

******

Une certaine romanophobie fait publier bien des critiques sur les divers Rites Occidentaux dans l'Orthodoxie. Critiques infondées. L'amnésie sur les siècles où Rome fut le fer-de-lance de l'Orthodoxie explique un peu, mais pas tout. Le manque d'amour était déjà présent à l'époque. Pas de grand changement encore présent... Kyrie eleison.


jm

Aucun commentaire: