"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

16 mai 2006

Sancti Brendani Abbatis, ora pro nobis!


Que les frères et les soeurs chantent à présent
La sainte vie de Brendan;
D'une antique mélodie,
Qu'on la conserve en cantique.
Aimant le joyau de la chasteté,
Il fut le père des moines.
Il s'enfuit du choeur du monde;
Et à présent il chante parmi les Anges.
Prions-le afin de pouvoir être sauvés
Nous qui naviguons sur cette mer.
Qu'il aide prestement celui qui a chuté
Oppressé par le pesant péché.
Dieu le Père; Roi des rois
nourrit au sein d'une Vierge mère;
Saint Esprit : quand Ils le voudrons,
qu'Ils nous nourrissent du divin miel.

Guido d'Ivrea (11ième siècle). Texte latin dans Analecta Hymnica #48.88

Photo de la cathédrale de Clonfert et du siège en bois gravé représentant saint Brendan, antique gravure s'il en est : voir "Voile 3"

Aucun commentaire: