"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

11 juillet 2006

La Belgique, sainte Olga et l'évangélisation de la Russie

Apparement, lier Belgique et Russie sur ce plan-là, ça ne semblerait pas logique.

Aujourd'hui, fête de saint Libert de Mechelen et de tant d'autres amis du Christ, l'Eglise fête aussi sainte Olga "égale aux Apôtres" (isapostolos). De veuve païenne, roublarde, violente mais habile dirigeante de son pays, elle devint la racine de la Chrétienté en Russie. La "Chronique de Radzivill", bien que copie du 15ème siècle d'une version du 13ème siècle, et donc pas ce qu'il y a de plus certain en matière d'historicité pour des faits déroulés 3 siècles auparavant, nous parle de ses vengeances, etc.
Et puis.. de l'illumination... le Christ sauveur... le changement radical, et la sainteté.

C'est pourquoi avec toute l'Eglise du Christ, en ce jour, j'entonne :

Tropaire de sainte Olga ton 1
Avec les ailes de la divine sagesse
Ton esprit s'éleva au-dessus du monde physique.
Tu cherchas et trouvas le Dieu et Créateur de tout,
L'acceptant avant ton Baptême.
Tu trouvas tes délices dans la Croix Vivifiante,
Et acheva ta vie angélique à jamais, O sainte Olga.

Kondakion de sainte Olga ton 4
Chantons ensemble aujourd'hui les bienveillances de Dieu,
Qui illumina Olga avec la divine sagesse.
Puissent ses prières nous obtenir la rémission des péchés.

Car dans les eaux du saint Baptême, tout est pardonné, et l'homme ancien s'en étant allé, on a revêtu le Christ.

Enluminure de sainte Olga, dans la "Chronique"

Mais.... la Belgique dans tout ça? Saint Adalbert et saint Anschaire, pardi!

En Bulgarie, l'Eglise utilisait à cette époque le rite romain. Vieille réminiscence de l'évangélisation des saints Cyril et Méthode, qui avaient traduit en slavon ce rite romain. Mais la Russie avait aussi déjà reçu auparavant des visiteurs apostoliques via l'Irlande – les antiques croix celtiques sur l'île de Valaam le rappellent, rien n'arrêtait les moines Irlandais, pas même les océans!
Puis des Scandinaves, que le Belge saint Anschaire (*) avait commencé à mener au Christ. Lorsque saint Vladimir, le petit-fils de sainte Olga, fera appel à ces farouches et combattifs Varègues (Vikings) pour combattre ses frères un peu trop intéressés par ses terres, il trouvera des Chrétiens parmi ces fiers Scandinaves. Or, pas plus que tout ce qui existe dans cet univers, ils ne sont pas devenus Chrétiens par "génération spontanée" : ce sont les fruits de la mission de saint Anschaire. Mais avant de venir en Russie appelés en alliés par saint Vladimir, ils y seront venus en .. envahisseurs. En 855, Olaf d'Upsala, roi de Suède. En 866 par Askold, qui atteindra Kiev et y recevra le saint Baptême par un prêtre .... de rite romain... qui lui donnera le prénom de Nicolas.

Oui, l'histoire de l'évangélisation de la Russie est bien plus complexe et mélangée que ce qu'on aime à le dire, et notre petit royaume de Belgique, héritier des tribus celtiques Belges, n'a pas à rougir : il en porte une part de responsabilité. Et être responsable de l'annonce de l'Evangile du Salut, c'est un
bel honneur.

[(*) saint Anschaire, 3 février, né dans le Brabant flamand, puis devenu moine à Corbie, alors Flandre, abbaye royale fondée par la reine sainte Bathilde, future diaconnesse.

Puis Anschaire est partit fonder Neu Corvey/Nouvelle Corbie en Germanie et devenir évêque de Bremen & Hamburg, emmenant dans ses bagages saint Rembert, un jeune Brugeois, fêté le 4 février. Anschaire mènera les premières grandes missions d'évangélisation de la Scandinavie, 3 siècles avant saint Sigfried. "Si j’avais le don des miracles, le premier que je ferais serait de changer ma mauvaise nature en celle d’un honnête homme." Saint Anschaire, évêque-missionnaire et thaumaturge)

Aussi, contrairement à ce que disent les hagiographies orientaux et autres synaxaires, un peu oublieux dès lors qu'on touche à l'Occident Orthodoxe, sainte Olga ne s'est pas exclusivement adressée à Constantinople. Ce n'était d'ailleurs pas du tout
son style, et bien que sur le chemin du Christ, son "habileté politique" n'avait rien perdu de sa "splendeur" d'antan. L'empereur de Constantinople s'en souviendra, lui qui se fera aussi rouler par saint Vladimir en pensant pouvoir le manipuler.. quelle sacrée famille, à Kiev!
C'est sûr que vu les légendes qu'on a forgées par la suite et qui ont finit par remplacer dans l'esprit des peuples la réalité historique, ce rôle de l'Occident n'est pas bienvenu. Et pourtant...

Le grand-prince Igor est mort en 845, ils n'avaient eu le temps de n'avoir qu'un seul fils, Sviatoslav, qui restera farouche païen jusqu'au bout. La jeune veuve Olga se confiera donc ensuite officiellement au Christ. Mais le pays, si sauvage, si rude, il fallait l'évangéliser. Elle demandera des 2 côtés. On connaît la version orientale.

Côté Occident, elle demanda donc à l'empereur Othon, plus grand représentant politique en Occident de cette Eglise qui fonctionnait à la limite de ses frontières. Et Othon lui fit envoyer saint Adalbert (20 juin, + 981), moine de Saint-Maximin de Trêves, de grande vertu et... faisant de l'ombre au fils d'Othon qui ne devait son statut épiscopal qu'à certaines dérives...
Trêves.. L'ancienne capitale des Trévires, tribu de Gaule Belgique. L'ancienne ville impériale des empereurs de Rome, avant l'invasion germanique. C'est chez nous.

La mission de saint Adalbert sera un échec. Non pas dans le sens Chrétien du terme – être martyr du Christ n'est pas un échec – mais dans le sens humain. Et peut-être politique, Othon ne devant pas avoir accepté sans arrière-pensée d'alliance, selon les coutumes de l'époque. Toujours est-il qu'en 862, les barbares Ruthènes (Rous, du grec Rhôs, qui donnera Russe) attaqueront la mission de saint Adalbert, qui échappera au massacre et rentrera au pays pour se voir confier un évêché ... d'évangélisation des Slaves..


Abbaye de Corbie - enfin, le tiers de ce qui existait avant
le passage des Révolutionnaires athées en France...
(photo de notre pèlerinage de juillet 2005)

Objectivement donc, via les Varègues et autres Ruthènes, l'arrivée de Chrétiens s'installant en Russie et évangélisant autour d'eux a sa source ici, dans cette belle abbaye par laquelle passera aussi notre amie sainte Rolende de Gerpinnes, abbaye sise en cette petite terre d'héroïsme qui est toujours trop humble pour revendiquer la place qui lui revient dans le concert des nations.. et de l'Eglise du Christ.

Les petites histoires derrière la grande Histoire valent souvent le détour. Via saint Anschaire et saint Adalbert, sainte Olga est, quelque part, une de nos saintes de notre héritage à nous aussi. En tout cas, une lointaine cousine.

Sainte Olga, prie Dieu pour nous!

Aucun commentaire: