"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

18 septembre 2006

Ligue des Droits des Singes et législation pro-singes... en Espagne

L'Espagne réfléchit à accorder des droits à tous les grands singes
http://www.washingtontimes.com/world/20060609-101506-4499r.htm
Par David Rennie
LONDON DAILY TELEGRAPH
10 Juin 2006

BRUXELLES – L'Espagne pourrait bientôt devenir le premier pays au monde à donner aux chimpanzés, gorilles, orang-outangs et autres grands signes une partie des droits fondamentaux accordés aux êtres humains, grâce à une loi proposée par des membres de la coalition Socialiste au pouvoir.

La loi éliminerait le concept de "propriété" pour les grands singes, les plaçant plutôt sous le "gardiennat moral" de l'État, un peu comme pour les enfants placés, les personnes souffrant d'un handicap grave et ceux dans le coma, a déclaré le juriste qui se trouve à la base du projet, Francisco Garrido.
Les grands singes se trouvant actuellement dans des zoos espagnols seraient déplacés vers des
sanctuaires bâtis par l'État, à moins qu'il n'existe un risque, de par ce déplacement, de provoquer des dommages à leur bien-être émotionnel, a-t'il dit.

La loi devrait déclarer acte criminel toute maltraitance ou meurtre de grand singe, sauf dans les cas d'auto-défense ou d'euthanasie médicale. Comme premier pas, m. Garrido, membre des Verts à Séville siégeant avec les Socialistes, va proposer une résolution pour le droit des grands singes devant le comité parlementaire sur l'environnement, à la fin de ce mois. Il s'attend à ce que le comité approuve la résolution, qui a déjà reçu le support public des ministres.
M. Garrido s'est déclaré confiant que soit le gouvernement, soit la majorité dirigeante Socialiste, introduira la Loi sur les Grands Singes après les vacances parlementaires estivales.

L'Église Catholique-Romaine a exprimé sa préoccupation à propos de cette résolution.
L'archevêque de Pampelune et Tolède, Fernando Sebastian, a dit que seule une "société ridicule ou dénaturée" pourrait proposer une telle loi.
"Nous n'accordons pas de droits à certaines personnes – comme les enfants dans le sein maternel, les embryons humains, et nous allons en donner aux singes", a dit l'archevêque.

La branche espagnole d'Amnesty International a aussi exprimé sa préoccupation, disant que les humains devaient encore voir leurs propres droits complètement garantis. Un membre prédominant du parti d'opposition espagnol Partido Popular, Arturo Esteban, a appelé la proposition un "acte de pauvreté morale."

La proposition a fait la "une" des journaux depuis que le parlement a entendu un témoignage de
membres du "Great Ape Project" (GAP), d'un groupe d'activistes de Seattle (USA) qui fait campagne pour la création de "communauté d'égaux" dans lesquelles les humains, chimpanzés, bonobos, gorilles et orang-outans auraient les 3 droits fondamentaux : le droit de vivre, la liberté et la protection contre la torture.
Leur "déclaration" est un appel pour que les grands singes ne puissent plus être enfermés que lorsqu'ils sont une menace pour la communauté, et même dans ce cas, uniquement avec un droit d'appel aux tribunaux, avec représentation par un avocat.

La résolution parlementaire de m. Garrido approuverait explicitement la proposition du GAP, et appellerait l'État à utiliser son droit de vote dans les forums et organisations internationaux pour protéger les grands singes contre "la maltraitance, l'esclavage, la mort et l'extinction".

Pedro Pozas, le secrétaire-général de la branche espagnole du GAP, dit que les animaux élevés en captivité pourraient rester dans des zoos, même après l'adoption de la loi, "pourvu qu'ils y soient gardés dans de bonnes conditions, avec un habitat adapté à leurs état et besoins."
M. Pozas a critiqué le commercer et l'échange de singes entre les zoos et centre d'élevage. "Déplacer un bébé singe, c'est briser une famille. Ils ont des sentiments, ils peuvent se sentir tristes, et ils ont la capacité d'aimer. Si un zoo n'a pas de place pour de nouvelles naissances, il vaudrait mieux qu'ils stérilisent les femelles."





En 1999, la Nouvelle Zélande a adopté un Acte sur le Bien-Être Animal spécifiant que la recherche, l'expérimentation ou l'enseignement impliquant l'usage d'un grand singe requerrait l'approbation gouvernementale, et avait pour conclusion que "les moindres bénéfices possibles ne pouvaient contrebalancer le dommage causé au grand singe." La Grande-Bretagne a aussi bannit l'expérimentation médicale sur les grands singes.






*-*-*-*-*-*

On en parle aussi ici, avec une judicieuse et cocasse réflexion sur "m'enfin, et pourquoi pas les dauphins ou les singes plus petits, cette loi est un racisme contre leurs espèces" :-)
http://www.brusselsjournal.com/node/1031


Les considérations de m. Garrido sont tout simplement hallucinantes :
http://www.elpais.es/articulo/ultima/Chita/


M. Garrido et un chimpanzé se font des papouilles.

Étrangement, la loi qu'ils proposent ne prévoit pas la protection de ces animaux contre le malthusianisme vicéral dont souffrent les porteurs de ce projet de loi, ni l'interdiction de la zoophilie. No comment.


Pour trouver un maximum d'articles sur cette nouvelle folie du monde déchu, tapez dans google ceci :

España ley grandes monos Garrido

et vous aurez l'étalage en espagnol

Comme par exemple ceci :
http://www.20minutos.es/noticia/112151/0/simios/congreso/ley/

*-*-*-*-*-*

Aucun commentaire: