"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

21 septembre 2006

Patriarcat de Moscou & Orthodoxie Occidentale

http://www.holy-trinity.org/modern/western-rite/sergius.html


Lettre du Patriarche Serge de Moscou à
Vladimir N. Lossky






Cher Vladimir Nikolaevich,






Tes efforts missionnaires parmi les non-Orthodoxes ne peuvent qu'être dignes d'éloges. La pensée que notre mission devrait se développer dans l'ordre de l'initiative privée est très appropriée, et dès lors elle devrait bénéficier d'une certaine indépendance par rapport aux organes ecclesiastico-administratifs, ou, plus précisément, de tout le travail administratif qui les surcharge. L'Église n'est pas complètement responsable pour les initiatives privées, qui, en retour, permettent à la mission d'avoir la liberté d'initiative qui est si importante pour son activité. Tu m'as écris à propos de la triste expérience d'une Française qui nous a écrit à Moscou pour devenir Orthodoxe. Ayant franchi divers échelons, sa demande aboutit chez le p. Afanasii qui laissa simplement le "petit papier" traîner sur son bureau. C'est ainsi que cette Française n'a pas été entendue ni reçue. Si par exemple elle avait adressé sa demande à la Fraternité, le résultat aurait été différent; il y aurait eu au moins un échange de correspondance, si pas une conversation face-à-face. D'un autre côté, tu crains des entraves de la part de notre doyenné Occidental qui consiste en prêtres de nos paroisses Occidentales. Étant des convertis récents, tu estime qu'ils ne sont pas des guides fiables pour la mission, et de plus, ils ont eux-mêmes souvent besoin de guidance. Dès lors, parmi les variantes que tu proposes pour la structure de la mission, je me limiterais à une dans laquelle la mission est assignée à la Fraternité qui a été organisée pour l'étude de l'hétérodoxie et avec le but de mettre les Occidentaux en contact avec l'Orthodoxie qui leur a été autrefois aussi locale. Je pense que la Fraternité devrait être principalement responsable pour la tâche préliminaire : les contacts avec ceux qui sont intéressés par la conversion, un développement des prérequis nécessaires (les procédures et les conditions pour recevoir un groupe particulier, que ce soit dans le Rite Occidental ou Oriental, son organisation paroissiale, les soins pastoraux, etc). L'approbation des termes et leur mise en application, de même que l'entrevue avec ceux qui font la demande et leur acceptation dans l'Église, c'est une fonction de la hiérarchie.

Le Rite Occidental que nous avons accepté, devrait être considéré comme une première étape qui a été mise en oeuvre en toute hâte et qui est donc sujette à modifications sur base d'expérience à venir. Par exemple, certains m'écrivent que nos fidèles de Rite Occidental sont confus quant à la vénération des Icônes et à l'accès à la Sainte Eucharistie réservé aux seuls membres de l'Église. Il y a probablement un certain nombre de points dans les textes des offices et rites qui ont besoin d'être revus. En d'autres termes, notre version existante de la liturgie de Rite Occidental (les textes, rites et coutumes) ne peut pas être considérée comme étant la forme finale établie et la seule acceptable. Dès lors, si un groupe devait nous approcher et proposer sa propre forme de liturgie Occidentale, une plus complète, rien ne devrait nous retenir de l'accepter. Un usage parallèle de 2 versions d'offices et en particulier, de Divine Liturgie, ne serait pas contraire à la Tradition de l'Église : car dans notre Église d'Orient, à côté de la Liturgie de Jean Chrysostome, les Liturgies de l'Apôtre Jacques et de Basile le Grand sont aussi célébrées. La seule condition serait que la nouvelle version ne soit pas une "réalisation personnelle" et serait clairement basée sur quelqu'authentique tradition de l'Église : Gallicane ou (par exemple pour les non-Français) quelqu'autre, sans exclure la Romaine (avec corrections).

Le désir qu'on certains (qui m'ont écrit) d'avoir à Paris nos Divins Offices Orientaux ou Russes habituels célébrés en français ne devrait pas être ignoré. Je me suis laissé dire que ce n'était pas seulement essentiel pour les Français, mais aussi pour les émigrés eux-mêmes, en particulier les jeunes, qui oublient progressivement la langue russe et comprennent encore moins le Slavon d'Église.

Tout ceci nous amène à ta suggestion d'établir une paroisse spéciale à Paris, en plus de l'actuelle paroisse de Rite Occidental. Elle pourrait être appelée mission ou paroisse de Fraternité ou quelque chose du genre. Ce qui serait important, c'est que, sans causer d'inconvénient à nos Orthodoxes Occidentaux ni les surcharger avec de nouvelles tâches, nous pourrions introduire lorsque nécessaire, un Rite Occidental dans une nouvelle version, et des Offices Orientaux en français. Quelles sont les possibilités pour établir une telle paroisse?

[...]

En passant, je voudrais te rappeler ceci : nous ne devrions imposer notre Rite Occidental à personne, quelle que soit la version, et permettre un tel choix à ceux qui rentrent dans l'Église. Lorsqu'il y a eu un mouvement en direction de l'Orthodoxie parmi les Tchèques, feu A. A. Kireyev s'alarma : "Pourquoi est-ce que les Tchèques ont besoin de l'Orthodoxie? L'Orthodoxie pour les Tchèques se trouve dans l'Église Vieille-Catholique." [*] Ne commettons pas la même erreur. Quiconque souhaite le Rite Occidental, laissons-le l'utiliser. La présence de l'Orthodoxie Occidentale a un sens profond. C'est aussi très bon pour les buts immédiats de la mission. Cependant, nous connaissons des personnes anciennement hétérodoxes, théologiquement de haut niveau et de grands penseurs, qui ont été attirés précisément par la profondeur et la richesse religieuse de notre Rite Oriental.

Pour nous Orientaux, le Rite Occidental est une nouveauté intéressante, pour les Occidentaux, c'est un fait accepté...

Appelant la Divine bénédiction sur la Fraternité et sur toi en particulier, pour tes efforts en faveur de l'Église,

Bien à toi dans le Christ,

Métropolite Serge

Traduit du russe par le p. A. Smirensky
De "Patriarkh Sergii i ego dukhovnoye nasledstvo." [Le Patriarche Serge et son héritage spirituel.] Patriarcat de Moscou, M., 1946, pp. 72-74.

Holy Trinity Cathedral, Orthodox Church in America (OCA)

"Theology-Modern Church Life"

[*] note du traducteur FR : l'Église Vieille-Catholique d'alors, tout en n'étant pas encore Orthodoxe, s'en était en grande partie rapprochée. Je trouve que le patriarche a bien raison de regretter cependant la remarque de Kireyev, parce que même "proche", c'était encore hors de l'Église, et donc pas une solution pastoralement acceptable pour quelqu'un ayant vraiment le souci du Salut de l'âme d'autrui. Ce n'est pas opinion personnelle mais l'enseignement de l'Église depuis 2 millénaires : on ne sait pas être dedans et ne pas en partager intégralement la Foi. Ne pas être intégralement en communion avec l'Église, cela veut dire être en dehors. Le mouvement de rapprochement ayant échoué il y a belle lurette, cette proximité n'est donc plus d'actualité, et ce qui reste de cette Institution est comme le Vatican et les autres Institutions chrétiennes séculiaires de l'Occident déchu, hélas. Et ils partagent tout ce que l'Anglicanisme moderne prévoit... Tout...

Aucun commentaire: