"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

26 septembre 2006

Unité dans la diversité : Un de ces Rites est juste comme l'autre!

http://westernorthodox.blogspot.com/
Samedi 9 Septembre 2006

Voici un intéressant chevauchement dans les "Propres" pour la Fête de la Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie

L'Antiphonaire pour le Magnificat pour les 2ème Vêpres (Occidental):

Ta Nativité, O Vierge Mère de Dieu, a annoncé la joie au monde entier, car de toi est né le Soleil de Justice, le Christ notre Dieu : Qui, mettant fin à la malédiction, nous a donné la bénédiction, et confondant la mort, nous a dotés de la vie éternelle.

Tropaire de la Fête (Byzantin):

Tropaire de la Nativité de la Mère de Dieu
Ta Nativité, Mère de Dieu,
A révélé la joie à l'univers,
car de toi s'est levé le Soleil de Justice,
le Christ, notre Dieu.
De la malédiction, Il nous délivre
et nous ouvre à Son Amour
vainqueur de la mort, Il nous donne la vie.

Ceux qui aiment les 2 Rites – c'est-à-dire, des mordus dans mon genre – trouvent ceci fascinant. L'occasionnelle et cependant prévisible réapparition de ces chevauchements entre les pratiques Orientale et Occidentale dans nos Offices liturgiques est on ne peut plus explicite. Tant l'Orient que l'Occident se sont mutuellement influencés au cours des longues années pendant lesquelles nos Fêtes se sont développées, avec des pratiques et des prières traversant le Bosphore dans les 2 sens (Je l'accorde, il y avait un peu moins de retour dans le sens Occident vers Orient... à cause de la nature résolument conservatrice de Rome. Notre insistance à obtenir l'ajout de Livre de l'Apocalypse au Canon des Écritures est en ce sens plutôt significative :-)
Cette Fête est venue d'Orient vers l'Occident, et dans ce cas-ci comme dans beaucoup d'autres cas, les textes byzantins sont restés longtemps après leur rebaptême occidental.

Ces chevauchements parlent tant aux Byzantins, qui insistent pour dire que le Rite Occidental "n'a rien en commun" avec l'Orient poétique-noétique-mystique, et certains partisans Pseudodoxes, qui insistent en exagérant anormalement sur le nombre de ces chevauchements jusqu'à vider leurs offices du génie particulier qui faisait que le Rite Occidental était occidental. Les nombreuses légitimes similitudes entre les Rites Byzantin et Orthodoxe Occidental rendent témoignage à l'unité de l'Église – qui, quand bien même elle est répandue dans le monde entier, loue pourtant "comme si elle ne possédait qu'une seule bouche" (saint Irénée) – et cependant permet à l'Église d'offrir en doux parfum à Son Seigneur un bouquet riche et varié d'adoration. C'est la définition de "l'unité dans la diversité" – cette unité que tous les Orthodoxes devraient se donner de la peine à s'efforcer de rétablir.

Sous-diacre Benjamin Johnson (AWRV)

Aucun commentaire: