"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

31 octobre 2006

Le jugement de Jérusalem et la mélancolie d'Isaïe (Is. 5)

Mardi 31 octobre 2006
Prêtre Patrick H. Reardon

Isaïe 5 : Ce chapitre final de la préface d'Isaïe est le plus mélancolique, car le jugement divin menace à présent Jérusalem de manière tout à fait distincte. Qu'est-ce le Seigneur pourrait faire (verset 4)?
Ce chapitre se divise en 2 parties inégales : la parabole de la vigne (versets 1 à 7) et la description de sa terrible récolte (versets 8 à 30).
En premier lieu vient la description de ce vignoble, qui est une des plus belles images dans le Livre d'Isaïe (3,14-15; 27,2-6; 63,1-6; 65,8-10). La poésie de ce premier verset est bouleversante: "ashírah n'a lidídi shírat dódi lekármo/ kérem hayáh lidídi beqéren ben shámen" - "Je veux chanter pour mon ami son chant d'amour pour sa vigne : Mon ami possédait une vigne sur un coteau fertile."
Comme dans la parabole de la vigne de notre Seigneur (Matthieu 21,33-44, avec parallèles chez Marc et Luc), Isaïe élabore son histoire petit à petit, ne montrant là où il veut aboutir qu'une fois que le jugement est atteint. Il décrit la construction du vignoble, le soin qu'en prend son ami, et pour finir, l'échec du vignoble à donner le fruit qui en était attendu (versets 1 à 2). Alors il appelle, à nouveau,
"Jérusalem et Juda" à passer le jugement de la vigne (versets 3 et 4). Ayant énuméré les punitions qui seront affligées aux vignerons sans foi (versets 5 et 6), Isaïe identifie pour finir la vigne comme étant le propre peuple de Dieu (verset 7), mais [il le fait] uniquement après que le jugement aie été prononcé.
Dans la préparation de Son vignoble, Dieu n'a pas épargné ni effort ni dépense (verset 2). La liste de Ses oeuvres signifie les différentes étapes de Son intervention dans l'histoire du Salut. Et malgré cela, qu'est-ce que la vigne a produit? Elle a produit "be'ushim", un mot hébreux qui n'apparaît nulle part ailleurs dans la Bible en dehors de ce texte (versets 2 et 4). Dérivé du verbe "ba'ash", qui signifie "puer", le mot peut être traduit par "un fruit qui pue."
La faute, bien sûr, repose sur ceux chargés de cultiver ce vignoble – c'est-à-dire les dirigeants spirituels et politiques de Juda. Ils sont la raison expliquant pourquoi la vigne produit du fruit pourri. A cet égard, la parabole correspondante de notre Seigneur est plus explicite, faisant reposer le blâme sur les dirigeants d'Israël.
La punition pour le vignoble, qu'Israël reconnaît se référer à la destruction de Jérusalem par Babylone en 587, comporte "ronces et épines" (verset 6), qui sont associés à la chute originelle de l'homme (Genèse 3,18).
Le royaume de Juda est devenu une complète déception pour Dieu. Au lieu d'un juste jugement (mishpat), il y a le bain de sang (mispah). Au lieu de la justice (tsidaqah), il y a les cris de détresse (tse'aqah) (verset 7).
Dans la longue 2ème partie de ce chapitre (versets 8 à 30), Isaïe énumère les "fruits puants" dans une série de 6 "malheurs". Ces offenses ont principalement trait au péché contre la justice sociale, tel que le monopole de propriété et de ressources (versets 8 à 10) et l'auto-indulgence (versets 11 à 12). Ceux-là seront punis par la pauvreté, la faim et la soif (verset 13), suivis de la mort et de la ruine (versets 14 à 17). Ceux qui satisfaisaient leurs appétits vont à présent satisfaire l'appétit du royaume de la mort (verset 14).
Le monopole des biens immobiliers (verset 8), une des plaies particulièrement présente au 8ème siècle avant Jésus-Christ (cfr Amos 2,6-8; 3,10-15; Michée 2,2-9), violait les anciennes règles de la propriété héritée contenues dans la Loi Mosaïque (cfr Lévitique 25; Nombres 27,1-11; 36,1-2; Ruth 4,1-4).
Isaïe vient donc de nous donner le contexte social, politique et religieux de son appel au ministère prophétique en 742, "l'année que le roi Ozias mourut."

Le p. Patrick Reardon est le pasteur de l'église orthodoxe Antiochienne de Tous les Saints à Chicago, Illinois (USA), et éditeur principal de Touchstone : a Journal of Mere Christianity. Il est aussi l'auteur de "Christ in the Psalms" et "Christ in His Saints" (ces 2 livres étant publiés par Conciliar Press).

Recevez ses méditations bibliques sur RSS via ce lien :
http://www.touchstonemag.com/frpat.xml


Traduit & publié en la fête de saint Feuillen de Fosses-la-Ville, notre saint patronTROPAIRE DE SAINT FEUILLEN TON 4
Lumière de l'Entre-Sambre-et-Meuse,
Tu traversas les mers, vénérable Feuillen,
Pour répandre le doux message
Que le Christ est Ressuscité
Et tu versas ton noble sang
Pour la gloire de Son Saint Nom.
Aussi aujourd'hui nous te prions
D'intercéder auprès du Christ notre Dieu
Pour le Salut de nos âmes.

Aucun commentaire: