"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

27 octobre 2006

LE PROPHETE ISAÏE, SON LIVRE ET SON TEMPS (intro)

http://www.touchstonemag.com/frpat/2006_10_15_frpatarchive.html
Vendredi 27 octobre

Prière du prophète Isaïe
Constantinople 10ème siècle, Psautier dit de Paris
Bibliothèque Nationale gr139


Isaïe 1 : Les 5 premiers chapitres de ce livre forment une sorte de préface, introduisant l'appel du prophète au chapitre 6. Nous notons dans ces chapitres l'absence de références historico-chronologique (sauf en 1,1 bien sûr), en contraste frappant avec les chapitres 6 et 7. Le but de cette partie introductive, qui a sûrement été composée après qu'Isaïe aie été appelé, est de fournir une analyse critique du royaume de Juda, afin de situer cet appel dans le contexte historique approprié.

L'époque d'Isaïe, la seconde moitié du 8ème siècle avant le Christ, commençant en "l'année de la mort du roi Ozias" (6,1), était une période de rébellion contre Dieu et d'infidélité à Son Alliance. Cette infidélité rebelle est illustrée au premier chapitre par l'éclatement de la vie nationale (versets 6 à 9), l'apostasie religieuse (versets 10 à 15), et la désintégration sociale (versets 21 à 23).

Comme habituellement dans les livres prophétiques, le premier verset du livre fournit simplement le cadre temporel, la seconde moitié du 8ème siècle, commençant en la dernière année du règne du roi Ozias, en 742 avJC.

C'est un livre à propos "de Juda et Jérusalem" (verset 1), un thème qui parcourt toutes les parties de l'ouvrage. En effet, les mots "Jérusalem" et "Sion" apparaissent 97 fois dans le Livre d'Isaïe, des occurrences éparses de manière égale dans toutes les parties de l'ouvrage.

La vie nationale de Juda s'était effondrée (versets 6 à 9). Dieu avait fait de ce peuple Ses enfants, par la délivrance de l'Exode et l'Alliance, mais qui pourrait le dire dans les circonstances courantes?

Pour la première fois, Isaïe utilise l'expression "le Saint d'Israël" (Qadosh Israël), une expression que l'on trouve 25 fois en Isaël et seulement 7 fois dans le restant de la Bible hébraïque. Se trouvant un peu partout dans ce livre, elle pourrait bien avoir été forgée par Isaïe lui-même. En effet, il utilise à 33 reprises l'expression Qadosh, "Le Saint", pour se référer à Dieu, alors qu'elle n'apparaît que 25 fois dans le restant des Écritures hébraïques. La sainteté transcendante de Dieu avait été révélée au prophète par les voix des Séraphins lors de l'appel d'Isaïe dans le Temple (6,1-3), où le mot est triplement utilisé, ou, si vous me permettez l'expression, "exposant 3" – saint fois saint fois saint. C'est la sainteté qui remplit les Cieux et la terre. En un sens, tout le Livre d'Isaïe est une extension de cet hymne des Séraphins.

La critique d'Isaïe contre les rituels religieux (versets 10 à 15) n'est pas une condamnation du culte rituel en lui-même. Sinon comment expliquerions-nous qu'il soit appelé dans le Temple, auquel le Seigneur fait référence en parlant de "Mes parvis" (1,12)? Cette critique était plutôt dirigée vers cet accomplissement du rite séparé de l'éthique (versets 16 à 20), 2 composantes essentielles de la Loi Mosaïque.

Jérusalem, la cité sainte de la présence de Dieu, est comparée aux cités condamnées et détruites dans l'ancien temps à cause de leur corruption (versets 9-10; 3-9; 13-19). Cependant, au milieu de cette condamnation vient la promesse de la restauration, si Israël est attentif et se repent (versets 25 à 27).


Prêtre Patrick Henry Reardon
10/oct/2006 13:40



Recevez sur RSS les méditations du p. Patrick Reardon via ce lien :
http://www.touchstonemag.com/frpat.xml

Aucun commentaire: