"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

08 octobre 2006

Résurrection, saint Materne et prière pour le monde entier.

Saint Materne, Icône familliale, consacrée le 20/9/2003
réalisation : monastère de la Mère de Dieu Consolatrice, Pervijze


Saint Silouane l'Athonite disait que prier, c'est verser son sang pour le monde entier. L'homélie du jour nous en rappelle le fondement, et la responsabilité que nous portons à cet égard. Mais Saint Materne, que vient-il faire dans cette histoire, pour que je l'aie rajouté dans le titre? D'après une tradition – si non e vero! - il serait, lui, ce fameux fils de la veuve de Naïn. Son Icône rappelle discrètement ce fait sur son étole, repliée sur son bras gauche, bien ostensiblement. En Belgique, nous avons donc lien spirituel – à défaut d'être 100% "scientifiquement et historiquement" assuré – qui nous rend cet Évangile si précieux : celui qui est revenu de la mort est venu ensuite nous apporter la Vie, par l'Évangile du Salut, au lieu de rester au soleil d'Israël pour y passer des beaux jours. Quelle splendide mise en pratique du précepte évangélique de "ne pas garder la lampe allumée sous le boisseau"!!

Old Church Slavonic Institute

Notons aussi cette bienheureuse coïncidence : dans le calendrier liturgique du Rite Occidental en vigueur dans certaines paroisses de l'Église Orthodoxe Russe Hors Frontières pour ce 16ème Dimanche après la Trinité, l'Évangile proclamé pour la Liturgie est le même que celui proclamé dans la Divine Liturgie Byzantine du jour, où on célèbre le 17ème Dimanche après la Pentecôte, au moins dans un des 3 usages en vigueur - parce que contrairement aux apparences, la diversité règne aussi à ce niveau dans le monde Byzantin.

Il s'agit de l'Évangile selon Saint Luc 7, 11-17
"Jésus se rendit ensuite à une ville appelée Naïn : ses disciples et une foule nombreuse faisaient route avec lui. Comme il approchait de la porte de la ville, voici qu'on portait en terre un mort, un fils unique dont la mère était veuve; et une foule considérable de gens de la ville accompagnait cette femme. À sa vue, le Seigneur fut ému de pitié pour elle et lui dit : "Ne pleure point!" Il s'approcha, toucha le cercueil (les porteurs s'étaient arrêtés) et dit : "Jeune homme, je te l'ordonne, lève-toi." Le mort se redressa sur son séant et se mit à parler. Et Jésus le remit à sa mère. Tous furent saisis de crainte, et ils glorifiaient Dieu : "Un grand prophète a surgi parmi nous", disaient-ils, et encore : "Dieu a visité son peuple." Ce propos sur Jésus fit son chemin dans la Judée entière et dans tout le pays d'alentour."

Et voici l'homélie du jour par le père abbé :

La compassion de notre Seigneur est bien illustrée dans l'Évangile de ce jour, qui nous raconte la résurrection du fils de la veuve. Cet événement ne nous est rapporté que dans l'Évangile selon saint Luc (7,11-17), et il a lieu dans la ville de Naïn, à quelque 15km au sud-ouest de Capharnaum, sur le Petit Hermon, au-dessus d'Esdraelon. Le fils mort est porté hors de la ville vers le lieu de sépulture, et cela se passe endéans les 24 heures de sa mort, conformément à la tradition juive. Notre Seigneur reconnaît immédiatement la situation pénible dans laquelle la mère se trouve : elle a perdu son fils, son seul soutien pour subsister, et tout lui est très subitement tombé dessus. A présent Jésus va très vite et très simplement accomplir une des 3 résurrections de la mort qu'Il a accomplies durant Son ministère terrestre. Les 2 autres (la fille de Jaïre et Lazare) ne sont pas différentes de par l'action directe et la puissance sans effort utilisée par notre Seigneur. Dans l'Ancien Testament, Élie et Élisée ont tous 2 ramené des gens de la mort, mais seulement au prix de grands efforts, car tous 2 étaient pécheurs, bien que grands prophètes. Ici c'est le le Fils incarné de Dieu, d'un mot et d'un geste, instantanément, comme de par Sa propre autorité, commandant à la personne morte de se relever.
C'est une manifestation spectaculaire de la Divinité du Christ : un acte d'autorité tel que nul prophète ou Apôtre n'aurait osé tenter. Ce n'est pas seulement les prophètes avant eux, mais aussi les Apôtres qui ont eu de grandes difficultés à accomplir d'aussi grands miracles.
Nous voyons ici encore une autre différence entre la manière dont le Christ ressuscite des gens de la mort et celle d'Élie et d'Élisée : en ce qui concerne le fils de la veuve et Lazare, Il l'a fait en face d'une foule de témoins, et dans le cas de la fille de Jaïre, ouvertement devant les autres – bien qu'en l'absence de la fille morte. En fait, le cas de la fille de Jaïre est même une démonstration bien plus grande de la puissance Divine du Christ, car Il a accomplit le miracle à distance : pour l'esprit humain, c'est encore plus impressionnant.
Nous devons remarquer que durant Son ministère terrestre, le Christ ne S'est pas empressé d'accomplir de massives résurrections, en fait, Il utilisait plutôt Sa puissance avec beaucoup de parcimonie. Il voulait à tout prix éviter de devenir un chef populaire. Il voulait amener les hommes à avoir foi en Dieu, les inspirer, les attirer à Lui par l'amour plutôt que de forcer leur soumission par des démonstrations de pure puissance. Le Christ voulait semer les graines de la foi – un test pour les générations à venir, un moyen pour filtrer, pour ceux qui voudraient venir à Dieu pour les bonnes raisons, car n'importe qui peut être gagné en étant captivé par un déchaînement de puissance – mais est-ce qu'ils se seraient convertis pour devenir le genre d'hommes que Dieu souhaite?
Les gens de ce monde qui vénèrent la puissance sont habituellement, en temps de paix, ces mêmes personnes qui adorent l'argent et la puissance qu'il donne. Un tel amour de l'argent-puissance exclut toute moralité dans l'aspiration après cette puissance, la puissance ou l'amour de cette puissance corrompant celui qui la recherche. Dieu n'a jamais été et n'est pas intéressé d'attirer les gens par Sa puissance incontestable. Il veut être aimé, et ceux qui Le cherchent alors qu'ils ne peuvent Le voir, alors que le chemin vers Lui n'est pas facile, mais rempli de doute et apparemment incertain, sont ceux qui le font probablement par amour - "..., heureux ceux qui croient sans avoir vu!" Jean 20,29
De plus en plus, dans ce monde, Dieu est caché à nos esprits par les puissants "miracles" de la vie quotidienne.
L'humanité est "parvenue" à un tel niveau selon son avis personnel, qu'elle ne sait plus voir le besoin de Dieu. L'humain oeuvre activement contre Dieu – au point que l'Action Laïque et consorts font publicité dans les media. Même le potentiel disciple du Christ a des difficultés.
Attachez-vous à l'idée du culte, persistez à vous concentrer sur l'humilité à atteindre face à notre redoutable Dieu, pendant la Liturgie, en priant les Matines ou à n'importe quel Office, prenez le temps pour vous préparer convenablement. Lorsque nous prions en assemblée, nous sommes les représentants de la totalité du peuple de Dieu quand nous nous faisons humbles devant Sa gloire. Lorsque nous prions en assemblée, nous devrions prier pour ces choses que Dieu estime que chacun d'entre nous devrait avoir. Nous devrions prier pour que toute notre société soit pardonnée.
Nous partageons la responsabilité des maladies de notre société, mais nous seuls dans la société sommes ceux qui osons venir devant Dieu dans l'humilité et la repentance, suppliant Sa Miséricorde en faveur de tous ceux de nos voisins qui ne connaissent pas ce besoin de venir adorer liturgiquement et demander.
Amen.

prêtre Michaël, higoumène / abbé
monastère Saint-Petroc
Église Orthodoxe Russe Hors Frontières



Illustration d'un Missel occidental Post-Schisme.
L'usage de la symbolique Chrétienne traditionnelle, visiblement,

n'est plus à l'ordre du jour, hélas mais inévitable.


Actes d'Apôtres : saint Luc nous rapporte que saint Pierre
ressucitera une sainte veuve, Tabitha.
Les saints Apôtres auront beaucoup à s'améliorer pour y parvenir...
C'est le rôle, le but, de l'ascèse Chrétienne!
L'homélie est démontrée par tout le Nouveau Testament!

Aucun commentaire: