"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

24 décembre 2006

Dimanche de la Généalogie de Jésus-Christ

groups.google.fr/group/alt.religion.christian.east-orthodox/msg/ae8d035a482ad619L'Évangile de la Divine Liturgie du Dimanche avant Noël est "la généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham," tirée de l'Évangile selon saint Matthieu (Mt 1,1-25).
Cette généalogie énumère les générations de gens depuis Abraham jusque David, de la captivité du peuple d'Israël en Babylone, jusqu'à la naissance de Jésus. C'est une généalogie sélectionnée, s'achevant avec l'apparition de "Joseph, l'époux de Marie de qui naquit Jésus, qui est appelé Christ" (Mt 1,16). Elle diffère de la généalogie présentée dans l'Évangile selon saint Luc qui commence avec Jésus qui "était, à ce que l'on croyait, fils de Joseph" et remonte non simplement jusqu'à Abraham mais jusqu'à Adam (Lc 3,23-38).

Il y a bien des raisons pour présenter la généalogie de Jésus dans les Évangiles, la principale étant l'affirmation que Jésus, étant en vérité le Fils de Dieu, comme l'attestent les 4 Évangiles, est venu "dans la chair" comme véritable être humain. Cette affirmation était d'importance critique à l'époque des Apôtres et des premières générations de Chrétiens parce qu'au contraire d'aujourd'hui, la tentation des premières périodes du Christianisme n'était pas de nier la divinité de Jésus, mais de nier Sa réelle et authentique humanité.

En ce qui concerne le fait historique, les premiers hérétiques Chrétiens furent ceux qui disaient que Jésus était une sorte d'être divin (et comment était-ce le cas, c'était expliqué avec beaucoup de variations et de versions) qui n'avait qu'eu l'apparence d'être un vrai humain, mais n'en n'était pas vraiment un puisque "la chair et le sang" étaient considérés comme intrinsèquement dégradants, si pas carrément mauvais. Dès lors l'Apôtre Paul eut à insister sur le fait qu'en Jésus, qui appartenait aux Juifs "selon la chair" (Rom. 9,5), "habite corporellement toute la plénitude de la divinité" (Col. 2,9), et que c'est ce même Jésus qui est mort et a été enseveli et est ressuscité dans la chair en véritable homme, qui est le Messie et Seigneur (cfr 1 Cor 15,3-4; Gal 4,4, Phil 2,6-11). (2)

L'Épître aux Hébreux est encore plus catégorique à propos de la réelle humanité de Jésus que ne le sont les épîtres de l'Apôtre Paul dont référence ci-dessus. Cette lettre insiste que Jésus n'est pas un ange ou quelqu'esprit céleste, mais est le Fils de Dieu Lui-même (Héb. 1-2). Elle insiste cependant avec un pathos et une puissance égale si pas plus grande sur le fait que ce Fils de Dieu a été abaissé pour un temps "plus bas que les anges", qu'étant vraiment un être humain, par la grâce de Dieu, Il puisse goûter de la mort pour tous (Héb. 2,9).

"Puis donc que les enfants ont eu en partage une nature de chair et de sang, Lui-même en a fait partie également. Il peut ainsi renverser par sa mort la puissance de celui qui possédait l'empire de la mort, le diable, et délivrer ceux que la crainte de la mort tenait, leur vie durant, dans une vraie servitude. Car ce n'est pas à des anges, assurément, qu'Il vient en aide, mais à la race d'Abraham; d'où Il Se devait de ressembler en tout à Ses frères, afin de devenir ainsi un pontife miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, capable d'expier les péchés du peuple. Car, c'est pour avoir subi Lui-même l'épreuve de la souffrance, qu'Il est à même de venir en aide aux éprouvés" (Héb. 2,14-18).

"Au jour de Sa vie mortelle, Il adressa des prières et des supplications mêlées de cris et de larmes à Celui qui pouvait Le sauver de la mort, et Sa piété le fit exaucer. Bien que Fils de Dieu, Il apprit donc à obéir dans les souffrances qu'Il endura et, une fois parvenu à son terme, Il est devenu, pour tous ceux qui Lui obéissent, une source de Salut éternel" (Héb 5,7-9).


Sur ce point, les lettres de saint Jean sont les plus puissantes de toutes les écritures du Nouveau Testament. Il semble que l'Apôtre et sa communauté avaient la vie empoisonnée par des gens qui refusaient de reconnaître la réelle incarnation du Fils de Dieu en tant qu'être humain authentique. Le disciple bien-aimé du Seigneur les condamna fermement avec une violence de conviction qui choquerait bien des Chrétiens de nos jours.

"Bien-aimés, ne vous fiez pas à tout esprit, mais éprouvez les esprits pour voir s'ils sont de Dieu, car beaucoup de faux prophètes se sont montrés dans le monde. À ceci vous reconnaîtrez l'Esprit de Dieu : tout esprit qui proclame Jésus Christ incarné, est de Dieu; tout esprit qui ne proclame pas Jésus, n'est point de Dieu, mais est l'esprit de l'Antichrist, dont vous avez entendu dire qu'il vient, et il est dès à présent dans le monde" (1 Jn 4,1-3)

"Beaucoup de séducteurs sont sortis dans le monde, qui ne proclament pas Jésus Christ incarné. C'est bien là le Séducteur et l'Antichrist. Prenez garde à vous, afin de ne pas perdre le fruit de notre travail, mais bien de recevoir la pleine récompense. Quiconque part à l'aventure et ne demeure pas dans la doctrine du Christ n'a pas Dieu. Celui qui demeure dans la doctrine, celui-là possède et le Père et le Fils. Si quelqu'un vient à vous sans apporter cette doctrine, ne l'accueillez pas dans votre maison, et ne lui dites pas : Salut. Celui qui lui dit : Salut, s'associe à ses oeuvres mauvaises"
(2 Jn 7-11)

Une autre raison des généalogies de Jésus dans les Évangiles, c'est de démontrer que le Seigneur est en effet l'accomplissement de la promesse faite à Abraham, affirmée par exemple dans le chant de la Vierge Marie dans l'Évangile selon saint Luc (Lc 1,55), et défendu comme vérité théologique dans les écrits de l'Apôtre Paul, par exemple dans sa lettre aux Galates où il dit que "les promesses ont été faites à Abraham et à sa descendance ..... C'est le Christ" (Gal. 3,16). Leur but est aussi de démontrer que Jésus est également l'accomplissement de la promesse faite au roi David, qu'un de ses fils siégerait sur son trône et régnerait sur le Royaume de Dieu qui n'a pas de fin. (3)

Les généalogies dans les Évangiles selon saint Matthieu et saint Luc sont faits à partir de et jusqu'à Joseph. Ce n'est pas pour donner l'impression que Jésus viendrait de la semence de Joseph. Les 2 Évangiles sont absolument clairs sur ce point. Jésus est né de la Vierge Marie par la puissance du Saint-Esprit. Le fait est que Joseph est le père de Jésus d'après la loi, et c'est par le père que la filiation légale peut être retracée. Le père légal de Jésus est "Joseph, fils de David," (4), l'époux légal de Marie (Mt 1,20).

Un autre point important se trouve dans l'énumération des générations humaines qui ont mené à la naissance de Jésus. C'est le fait que Dieu est fidèle à Ses promesses quand bien même Ses élus ne sont pas souvent fidèles. Parmi les gens dont Jésus descend, on trouve tant des pécheurs que des païens. En un mot, Jésus ne descend pas seulement de justes et saints, mais aussi de méchants et de pécheurs. Et Il ne descend pas seulement de Juifs, mais aussi de Païens. Les noms de 4 femmes sont spécifiquement mentionnés dans la liste de saint Matthieu – Tamar, Rahab, Ruth et Bethsabée (la femme d'Urie) -, c'était d'éminentes païennes, pour ne pas dire célèbres, y compris la propre femme de David, la mère de Salomon. Ce qu'il faut voir ici, c'est la magnifique hymne des tous débuts du Christianisme, que l'on trouve citée dans la Bible, dans la 2ème lettre à Timothée:

"Si nous sommes morts avec Lui, avec Lui nous vivrons. Si nous avons la patience de persévérer, avec Lui nous régnerons; mais si nous Le renions, Lui aussi nous reniera; si nous sommes infidèles, Lui, Qui ne peut se renier Lui-même, restera fidèle" (2 Tim 2,11-13)

Tel est le merveilleux témoignage des généalogies de Jésus : si nous sommes sans foi, le Seigneur Dieu demeure fidèle – car Il ne saurait Se renier Lui-même!

Voyez, le temps du Salut est proche.
Prépares-toi, O caverne,
Car la Vierge approche pour donner naissance à son Fils.
Réjouis-toi, O Bethléem, terre de Juda,
Car pour toi notre Seigneur brille comme l'aurore.
Ecoutez, montagnes et collines,
Et toutes terres entourant Juda,
Car le Christ vient pour sauver le peuple
Qu'Il avait créé et qu'Il aime.


(2) Cfr 1 Cor 15,3-4; Gal 4,4; Phil 2,6-11.
(3) Cfr Ps 89; Lc 1,32, 69; Heb 1.
(4) Cfr aussi Lc 1,27; 2,4. L'Église enseigne dans ses chants et hymnes que Marie est aussi de la maison et lignée de David, quoique cela n'aurait aucune signification pour établir l'affirmation de Jésus comme étant l'Oint, le Messie promis.

(Extrait de "The Winter Pascha" par le protopresbytre Thomas Hopko, SVS Press, 1984)

"Arbre de Jessé - De David à Jésus"
dernier quart du XIIe siècle
Parchemin, 175 f., 45,5 x 33 cm
Provient du couvent des capucins de la rue Saint-Honoré à Paris
BNF, Manuscrits, latin 16746, f. 7 v°-8
(Réalisée à la fin des années 1100 dans la région de Troyes en Champagne, cette grande bible doit son nom au couvent des capucins où elle a été conservée dès le17ème siècle. Elle est donc oeuvre antérieure à l'existence des Franciscains, dont les Capucins sont une branche.)


Tropaire des Ancêtres, ton 2
Par la foi tu as justifié tes Ancêtres, Seigneur, par eux tu épousas d'avance l'Eglise des nations ; ils se trouvent comblés de gloire et de fierté à cause de l'illustre fruit de leur lignée, qui sans semence t'enfanta. Par leurs prières, ô Christ notre Dieu, fais que nos âmes reçoivent le salut.

St Prophète Daniel et les 3 adolescents Ss Ananias, Azaria et Misael
Tropaire des 3 jeunes gens, ton 2
Combien sont sublimes les entreprises de la foi ! Les trois jeunes gens exultaient dans la fournaise comme dans les eaux du repos ; et le prophète Daniel dans la fosse avec les lions semblait le pâtre du troupeau. Par leurs prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

Dimanche avant la Nativité de Notre Seigneur: des Pères ou de la Généalogie

Tropaire des Pères dans la Foi, ton 2
Combien sont sublimes les entreprises de la Foi * Les trois jeunes gens exultaient dans la fournaise comme dans les eaux du repos * et le prophète Daniel dans la fosse avec les lions semblait le pâtre du troupeau. * Par leurs prières * sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu !

Kondakion des Pères dans la Foi, ton 6
Jeunes gens trois fois heureux,* vous n’avez pas vénéré l’image faite de main d’homme, * mais, fortifiés par l’ineffable présence de Dieu, dans la fournaise de feu vous l’avez glorifié. * Au milieu de la flamme irrésistible vous tenant,* vous avez invoqué le vrai Dieu: * "Hâte-Toi de venir à notre aide, Seigneur, en ta miséricorde et ton amour, car tout ce que Tu veux, Tu le fais !"

Aucun commentaire: