"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

24 décembre 2006

Le Chrétien, un rabat-joie?

5ième DIMANCHE DE L'AVENT
(homélie d'un prochain dimanche du calendrier orthodoxe occidental en vigueur dans certaines paroisses de l'Église Orthodoxe Russe Hors Frontières; ndt)

Nous sommes dans le dernier dimanche avant la célébration de la sainte Nativité de notre Seigneur et Sauveur Jésus le Christ de Dieu, dernier temps où nous pouvons accomplir un effort spécial pour cette période, en nous préparant dans le jeûne et la prière pour la Venue du Seigneur. En un sens, nous faisons cela symboliquement, et un un sens, nous le faisons réellement. Nous ne savons pas l'heure et le moment de la Seconde Venue du Christ – pas plus que nous ne connaissons l'instant où surviendra notre mort. La préparation pour les 2 est exactement la même : c'est pénible, mais nous avons besoin de nous rendre conscients de nos manquements face à l'idée de nous qui existe dans la pensée de Dieu. Ce "nous" parfait qui
existe en Sa pensée, c'est la perfection pour laquelle nous devrions lutter pour l'atteindre, même si nous ne la percevons que vaguement. Tenter d'atteindre cette perfection est une préparation qui dure toute une vie, peu importe à quel moment de la vie on s'y attelle, en vue de la véritable vie qui s'étale devant nous, tout au long de l'éternité. Un effort de toute une vie, une vie passée en préparation. Non pas seulement juste au moment de la Divine Liturgie, ou juste durant nos moments de prière formelle avec Dieu, mais l'entièreté de notre vie est la préparation. Cependant, nous les humains, nous sommes capricieux et inconsistants dans nos efforts. On essaie un petit peu, puis on est distrait et on suit d'autres pensées. Puis à nouveau, on réessaie un peu, mais bien trop vite, on est à nouveau détourné par les couleurs vives de la vie autour de nous. Nous vivons dans une société qui déborde de distractions tape-à-l'oeil, de biens matériels, d'activités. Et elles sont toutes d'apparence suffisamment innocente, mais pour nous, leurs effets sont spirituellement mortels, puisqu'elles réussissent à nous détourner de notre propre concentration. De même que ces passe-temps innocents qui détournent un étudiant du travail qu'il doit faire sont mortels pour son but de réussir son examen, ainsi nos nombreuses innocentes activités sont mortelles pour notre espérance du véritable avenir.
On a toujours accusé les Chrétiens d'être des rabats-joie. Après tout, nous avons été mis ici sur cette magnifique planète créée par Dieu, nous devrions en profiter, n'est-ce pas ce que Dieu voulait? Oui, si nous parvenions à atteindre l'état d'innocence que Dieu aussi voulait pour nous. Hélas, de toute évidence, nous ne le sommes pas. Regardez un peu tout autour de vous l'épouvantable désastre que nous avons commis contre cette autrefois inoffensive planète, et regardez un peu l'épouvantable désastre que nous avons fait de nous-mêmes, générations après générations. Nous ne sommes pas les Enfants innocents de Dieu que nous devrions être. Et nous ne faisons pas les sérieux efforts nécessaires pour parvenir à cet état. C'est pourquoi les Chrétiens, depuis le début, on cherchez à mettre de côté des périodes chaque année où attirer notre attention hors des distractions de la vie, des périodes intensives de jeûne, de lecture des Écritures et de prière – avec une intensité plus grande que ce que d'habitude nous faisons au cours de notre vie pleine de soucis et de distractions. L'occupation normale du fidèle Orthodoxe, la famille, les enfants, travailler pour gagner son pain, garder une maisonnée bien en ordre et pieuse, voilà son occupation en propre. Si c'est accompli dans un contexte de fréquente conversation avec Dieu, cherchant Sa volonté et s'alignant dessus, allant à la Divine Liturgie et recevant souvent la Sainte Communion, et suivant les préceptes enseignés par le Christ, et avec de la bonne volonté, alors le fidèle Orthodoxe suit le Chemin du Christ, et se prépare comme il faut pour la vie à venir. Et cependant, nous le savons tous, le problème c'est de se tenir concentré sur cette voie-là.
Prêtre Michael,
abbé du monastère Saint-Petroc
http://www.orthodoxresurgence.co.uk/Petroc/

Aucun commentaire: