"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

27 décembre 2006

Noël chez les "martyrs au quotidien", les Chrétiens du Moyen-Orient

La parade de Noël de Gaza annulée.
english.aljazeera.net/NR/exeres/2BF765C1-5395-4564-A90C-8A4DD50E259A.htm
Al Jazeera English – 24 Dec 2006
Certaines célébrations traditionnelles de Noël ont été annulées à Gaza au milieu de tensions grandissantes entre le Fatah et le Hamas, les 2 principales factions Palestiniennes.
Pour la première fois à Gaza-ville, l'arbre de Noël sur la place principale n'a pas été décoré, et la parade et la messe de minuit n'auront pas lieu, à cause des tensions croissantes dans le territoire.
Plusieurs centaines de personnes prennent habituellement part à la parade, y compris les responsables religieux musulmans, des représentants du gouvernement et des membres de la communauté Chrétienne de Gaza, qui compte près de 3000 fidèles.
Manuel Musallam, responsable de la communauté Catholique-romaine a annoncé la messe de minuit, la veillée de Noël, et dit : "l'atmosphère générale à Gaza est triste."
Il dit que les enfants Chrétiens de Gaza ont peur.
"Les enfants m'ont dit que saint Nicolas ne viendrait pas cette année parce que c'était trop dangereux."
Musallam a célébré une messe le soir, mais annulé la messe de minuit et les célébrations du jour de Noël. Seule une quarantaine de personnes ont assisté à l'office du soir, qui a eu lieu dans l'église de la communauté.
"Nous avions l'habitude de voir les enfants Palestiniens tués par des balles israéliennes. A présent, ils sont tués par des balles palestiniennes. Comment pourrions-nous célébrer Noël dans de telles conditions?", a-t'il ajouté.
La plupart des festivités de Noël à Gaza ont été abrégées pour protester contre les combats entre les forces de sécurité du Fatah, loyales au président Mahmoud Abbas, et les forces loyales au gouvernement dirigé par le Hamas.

Triste Noël.
Nombre de salaires n'ont pas non plus été payés depuis que les États-Unis d'Amérique, la Communauté Européenne et Israël ont imposé des sanctions économiques au gouvernement dirigé par le Hamas.
Um Tareq, une Grecque-Orthodoxe, dit "Nous ne ressentons pas l'allégresse de Noël."
Les enfants d'Um Tareq ont perdu 3 camarades de classe, enfants d'un officier du renseignements, qui ont été abattus au début du mois de décembre.
"Mes enfants sont encore en état de choc face à ce qui s'est passé sur le terrain entre Palestiniens," dit-elle. "Cela n'a jamais été ainsi."

Les Chrétiens sont appréciés.
La plupart des Chrétiens de Gaza vivent à Gaza-ville, où ils tiennent des magasins et des commerces, et participent à la messe dominicale dans 2 églises. Certains des plus réputés médecins, avocats, bijoutiers et juges sont Chrétiens.
La plus grande majorité sont Grec-Orthodoxes, avec une petite communauté de quelque 200 Catholiques-romains, certains étant des réfugiés déplacés par Israël lors de la guerre de 1948.
Les Chrétiens de Gaza boivent rarement de l'alcool, et s'habillent comme les musulmans.
"Nous sommes bien respectés, bien protégés et bien appréciés", dit un Catholique-romain.
Les Chrétiens de Gaza ne sont pas associés avec le Hamas, bien que certains soient affiliés au Fatah et à des groupes marxistes. Les membres de la communauté disent qu'ils ont autant de liberté religieuse avec le Hamas qu'ils n'en avaient lorsque le Fatah avait le contrôle de l'Autorité Palestinienne. [*]

Cisjordanie.
Pendant ce temps, en Cisjordanie, les dirigeants religieux des communautés Palestiniennes Chrétiennes et Musulmanes se rassemblent pour la Messe à l'extérieur de l'église de la Nativité à Bethléem pour célébrer la naissance de Jésus. Cependant, seule une centaine de Palestiniens ont pu assister à cause des restrictions des Israéliens sur le voyage, et seul un millier de touristes y sont attendus. La plupart des Chrétiens croient que l'église byzantine marque l'emplacement où Jésus est né.

Néanmoins le tourisme religieux, autrefois force vitale de l'économie de Bethléem, a dramatiquement chuté depuis le début de la révolte palestinienne en 2000. La moyenne mensuelle de visiteurs étrangers a chuté de 100.000 avant le soulèvement à quelque 20.000.
Mais Judeh George Morkus, ministre Palestinien du Tourisme, dit que 8 à 10.000 visiteurs sont attendus pour la période des fêtes, contre 2.000 l'an dernier.
Source: Al Jazeera and agencies
=================================
NY Transfer News Collective * A Service of Blythe Systems
Since 1985 - Information for the Rest of Us
339 Lafayette St., New York, NY 10012 http://www.blythe.org
List Archives: https://olm.blythe-systems.com/pipermail/nytr/
--
Steve Hayes from Tshwane, South Africa
Web: http://hayesfam.bravehost.com/stevesig.htm

[* ndt : c'est une affirmation gratuite de la chaîne musulmane Al Jazeerah, pas un fait établi. Les rapports sur les persécutions anti-Chrétiennes démontrent intégralement le contraire, ce qui n'est pas étonnant.]


Pas de célébrations de Noël en Irak, dit le patriarche Chaldéen
http://www.aina.org/news/20061218134512.htm
Posté GMT 18 dec 2006 19:45:12
Baghdad (AKI) – Le chef de la minorité Chrétienne Chaldéenne d'Irak, le patriarche Emmanuel Delly, a lancé un appel aux Chrétiens de ce pays déchiré par la guerre afin que, par mesure de sécurité, ils s'abstiennent de toute célébration publique de Noël. La décision de Delly a été "motivée par la grave situation de la sécurité dans le pays," a déclaré Shlimon Warduni, vicaire du patriarche, à Adnkronos International (AKI). Le geste a aussi été pensé comme un "acte de solidarité avec les fidèles des autres religions, en particulier les musulmans," a rajouté Warduni.
"Le patriarche Emmanuel a demandé aux Chaldéens de jeûner 2 jours durant et de prier afin que le pays puisse surmonter sa douleur, et implorer Dieu de ramener la paix et la sécurité," a-t'il dit.
L'Église Chaldéenne et la communauté Catholique-romaine de Rite Oriental compte près d'un million de membres, la plupart d'entre eux vivant en Irak où les musulmans forment près de 97 % de la population.
Dans la violence sectaire qui a détérioré le climat en Irak depuis que Saddam Hussein a été renversé en 2003, les Chrétiens qui ont été accusés par des extrémistes d'être des agents de l'Occident ont fréquemment été pris pour cible de meurtres et d'enlèvements, forçant nombre d'entre eux à fuir à l'étranger.


Fête de Noël à Mossoul menacée par la Sharia
http://www.aina.org/news/20061215154049.htm
Posté GMT 15 dec 2006 21:40:49
Mossoul (AsiaNews) – Une croisade est en cours pour imposer la loi islamique à Mossoul, dans le nord de l'Irak une ville où les menaces et la violence contre les Chrétiens a atteint le niveau de véritable persécution à des fins idéologiques et politiques. Alors que Noël s'approche, Les Chrétiens sont confinés dans leurs maisons qui sont devenues comme des "prisons" qu'ils n'osent pas quitter par peur d'enlèvements et meurtres. Il leur est difficile d'émigrer du fait que les pays Arabes et Européens leur ont fermés les portes. Les enlèvements et les meurtres sont monnaie courante contre les Chrétiens de Bagdad aussi, mais à Mossoul, la situation est différente et plus préoccupante. Les témoignages qui sont parvenus à Asianews montrent que les actions directement dirigées contre les Chrétiens de Mossoul ne sont pas uniquement motivées par l'appât du gain – demandes de rançon, vol de propriété – mais plutôt qu'il y a un plan politique derrière elles. Les extrémistes Sunnites ont cette ville comme place-forte et ils semblent avoir pour but de créer un soi-disant Émirat Islamique, reprenant les provinces de Salahaddin, Anbar, Diyala, Baghdad et une partie de Wasit. Mossoul deviendrait la capitale.
Jusqu'il y a un an d'ici, les membres de la communauté Chrétienne étaient confiants dans la possibilité de changement de la situation, mais depuis lors, ils n'ont plus que des mots de désespoir pour décrire leur situation. "Nous vivons la période de l'Avent, la plus joyeuse période de toute l'année, comme si nous étions en prison. Le monde se prépare à célébrer pendant que nous nous préparons à mourir. Qui entendra nos cris, qui pourra nous aider, maintenant que nous nous sentons comme étrangers dans notre propre patrie?"
Le patriarche de Babylone pour les Chaldéens, Emmanuel III Delly, a exhorté tous les Chaldéens du monde à observer le Jeûne "Bautha" de Ninive (une particularité de la liturgie Assyrienne, commémorant le jeûne des habitants de Ninive au temps du prophète Jonas) les 18 et 19 décembre "afin que le Seigneur daigne accorder le don de la paix sur notre Irak, et pour que vienne la sécurité et la stabilité, et un climat de fraternité et de charité entre les fils d'Irak.


Campagne contre les "vêtements non-islamiques"
Les violences se sont aggravées contre les Chrétiens à Mossoul depuis la chute de Saddam Hussein. Nombre d'églises et de couvents ont été aussitôt attaqués ou bombardés. Les évêques et les prêtres ont commencé à être enlevés. Le plus terrible événement a été l'assassinat du prêtre Syriaco-Orthodoxe Paulos Eskandar, dont le corps décapité a été retrouvé le 11 octobre dans la région orientale de Mossoul, après 2 jour de captivité.
Le fondamentalisme musulman affecte chaque jour un peu plus la vie. Le 12 décembre, un groupe de fondamentalistes a arrêté un autobus avec des étudiants Chrétiens à bord; ils ont envahi le bus pour distribuer des tracts ordonnant aux filles de porter le hijab (voile) et aux garçons de se vêtir de manière sobre, pas avec des vêtements de style occidental. La même technique fut utilisée pour transmettre le message dans toute l'université : des inconnus ont disposé des tracts et des affiches dans les endroits où les étudiants Chrétiens se réunissent habituellement. L'avertissement est clair : "quiconque viole les principes de la sharia sera puni selon la loi musulmane."
Début décembre, le conducteur d'un autocar imposa sa décision de séparer les hommes et les femmes dans le véhicule, leur interdisant de s'asseoir l'un à côté de l'autre. Récemment d'autres tracts ont ordonné aux propriétaires de magasins de vêtements de couvrir les mannequins en vitrine avec un voile. Et les commerçants ont dû obéir, utilisant des sacs en plastique en lieu de voile. De plus, certaines toilettes publiques ont interdit l'usage de savon parce que "cela n'existait pas du temps de Mahomet." Les ordres atteignent atteignent des sommet d'absurdité : les restaurants ne peuvent pas préparer de salade mixte avec des concombres et des tomates parce que l'un représente la femelle et l'autre le mâle.
Un fait important à remarquer c'est que ce ne sont pas seulement des pauvres et des illettrés qui gonflent les rangs des extrémistes : des professeurs d'université et des gens éduqués croient aussi qu'il est légitime d'imposer de telles mesures de contrôle de la population.

Contre l'art non-musulman.

D'après la police irakienne, l'extrémisme sunnite est soutenu par le terrorisme étranger. Une nouvelle campagne a été lancée contre "l'art non-musulman." En novembre, des statues publiques considérées comme païennes ont été détruites. Une célèbre statue dans le nord de la ville, à Al Zihour, a été détruite parce qu'elle représentait un groupe de femmes portant des jarres sur leurs épaules. D'autres ont visé des ouvrages datant des années 1970, y compris des statues d'important artistes tels le poète Arabe Ani Tamman, et un chanteur de musique religieuse, Mullah Othman al-Mosulli.

Le site internet du "Institute for War and Peace Reporting" dit qu'un militant arrêté en octobre a expliqué les objectifs de son groupe durant son interrogatoire : mettre un terme à l'occupation américaine, renverser le gouvernement irakien et introduire la Sharia dans le pays.




Aucun commentaire: