"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

28 décembre 2006

Or, encens et myrrhe, ou l'Adoration des Mages

Les sages scrutateurs des astres devenus disciples des paroles prononcées jadis par le devin Balaam, Ô Maître,
Tu les as comblés d'allégresse en Te levant comme l'astre de Jacob;
Venus à Toi comme prémices des Nations,
Tu les reçus qui T'apportaient des présents vraiment dignes de Toi.
(Tropaire des Matines de Noël, 4ème ode)

Or, encens et myrrhe
groups.google.fr/group/alt.religion.christian.east-orthodox/msg/2cb05ca37501fe52L'adoration de Jésus par les sages venus d'Orient fait partie de la célébration de la Nativité dans l'Église Orthodoxe (1). Quelques soient les circonstances historiques de l'événement – et la tradition Orthodoxe les prend plutôt littéralement – la signification spirituelle et théologique de la venue des rois avec leurs présents est d'une importance capitale.

Nous avons déjà vu comment l'Église met l'accent sur le fait que l'entièreté de l'ordre de la nature participe dans l'annonce de la naissance du Christ, se révélant par là même en tant que Création de Dieu. Car, comme le tropaire de la fête le proclame, "ceux qui adoraient les étoiles ont été enseignés par une étoile" d'adorer Jésus comme Seigneur.

Les énigmes des devins
et les paroles de Balaam sont à présent accomplies
Car une étoile est né en Jacob,
Guidant les Mages, roi de Perse, apportant leurs présents,
Au Soleil de Gloire.

L'erreur a cessé en Perse,
Car les astrologues, rois de l'Orient,
Apportent leurs présents au Christ Roi de tout lors de Sa Naissance:
Or, encens et myrrhe.
Bénissez-Le, O enfants, et louez-Le, O prêtres,
Exaltez-Le, O peuple, pour les siècles des siècles. (2)

La venue des sages porte aussi témoignage au fait que Jésus est venu en Roi et Seigneur pour tous les peuples, et non pas seulement pour les Juifs. En la personne des rois Persans, l'Église voit tous les peuples de la terre et tous les royaumes des hommes.

La fille de Babylone
Autrefois guidait les enfants de David captifs depuis Sion,
Eux qu'elle avait enlevés par l'épée.
Mais à présent elle envoie ses propres enfants,
Les Mages portant les présents,
Pour supplier la Fille de David en qui Dieu est venu habiter.
Dès lors élevons un chant :
Que toute la Création bénisse le Seigneur,
Et exaltez-Le au dessus de tout à jamais. (3)

Les Mages, rois de Perse,
Savaient que Toi, le Roi Céleste,
Tu étais vraiment né sur terre.
Ils vinrent à Bethléem
Guidés par la lumière d'une étoile,
Et offrirent leurs présents de choix :
Or, encens et myrrhe.
Tombant devant Toi en adoration,
Car ils T'avaient vu, Toi, l'Éternel
Reposant sous la forme d'un bébé dans la caverne. (4)

La terre étend ses larges espaces,
Et reçoit le Créateur,
Alors qu'Il reçoit gloire des Anges
Et une étoile des cieux,
Présents des Mages,
Et reconnaissance du monde entier. (5)

Les dons des Mages sont d'une signification particulière. Ils sont interprétés symboliquement par la Liturgie de la fête. Le don d'or est considéré comme signe que Jésus est le roi d'Israël, de l'univers entier, et du Royaume de Dieu à venir. C'est un point crucial de l'histoire de Noël dans les Évangiles. Cela amena Hérode à faire "massacrer tous les enfants de Bethléem et de tout son territoire, jusqu'à l'âge de 2 ans, selon la date qu'il s'était fait préciser par les mages" (Mt 2,16).

"Après la naissance de Jésus à Bethléem de Judée, sous le règne d'Hérode, des mages venus d'Orient se présentèrent à Jérusalem. " Où est le roi des Juifs, qui vient de naître? demandaient-ils. Nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus lui rendre hommage." Le roi Hérode s'émut à cette nouvelle, et tout Jérusalem avec lui. Il convoqua tous les grands prêtres et les scribes du peuple, et s'enquit auprès d'eux de l'endroit où devait naître le Christ. "C'est à Bethléem de Judée, lui dirent-ils; voici l'oracle du prophète : Toi, Bethléem, terre de Juda, tu n'es sûrement pas la moindre parmi les cités de Juda : c'est de toi que va sortir le chef qui doit gouverner mon peuple, Israël (Michée 5,1)."

Le don d'encens est considéré par la Liturgie comme signifiant le fait que Jésus est Dieu, puisque l'encens est pour l'adoration, et que seul Dieu peut être adoré. Et le don de myrrhe est pour le Seigneur Jésus Qui est venu pour mourir en parfait sacrifice pour le peuple. Car les morts étaient embaumés de myrrhe, comme Jésus Lui-même sera embaumé, selon les Écritures, au moment de Sa mort (Jn 19,39-40).

Dès lors, dans les présents des Mages sont contenus tous les mystères de la Venue du Christ. Ils indiquent le but de Son apparition sur terre. Il est l'héritier royal, le Fils de David, dont le Royaume n'aura pas de fin. Il est la victime, l'Agneau de Dieu, qui par Sa mort enlève les péchés du monde. Et Il est Dieu Lui-même, le divin Fils du Père : "Lumière de Lumière, engendré, non créé, consubstantiel au Père, par Qui tout a été fait, Qui pour nous hommes et pour notre Salut, est descendu des Cieux.." comme le déclare le Credo Nicéen. La contemplation par les sages et leurs présents forment une partie intégrale et durable de la célébration de l'Église de la Pâque d'Hiver du Seigneur.

Les rois, premiers fruits des Nations,
T'apportent leurs présents à Ta naissance à Bethléem
D'une mère qui n'avait pas connu le travail d'enfantement.
Avec la myrrhe, ils indiquent Ta mort,
Avec l'or, Ta puissance royale,
Avec l'encens, la prééminence de Ta divinité. (6)

Lorsque le Seigneur Jésus naquit à Bethléem de Judée,
Les Mages venus de l'Orient
Adorèrent le Dieu fait homme.
Et ouvrant avec enthousiasme leurs trésors,
Ils Lui offrirent leurs précieux présents :
L'or fin, pour le Roi des temps;
L'encens, pour le Dieu de tout;
La myrrhe offerte à l'Immortel
Qui restera trois jours parmi les morts.
Venez, toutes les Nations, adorons-Le
Lui Qui est né pour sauver nos âmes. (7)
(1) Dans l'Occident Chrétien, la fête de l'Épiphanie est le 12ème jour de Noël, et centrée sur l'adoration par les Mages. En Orient, la fête de l'Épiphanie se centre sur le Baptême du Christ dans le Jourdain.
(2) Complies du dernier jour de l'avant-fête de la Nativité, 24 décembre.
(3) Matines de la Fête de la Nativité.
(4) Complies de la Fête de la Nativité.
(5) Complies du dernier jour de l'avant-fête de la Nativité, 24 décembre.
(6) Complies du dernier jour de l'avant-fête de la Nativité, 24 décembre.
(7) Complies de la Fête de la Nativité.

(Extrait de "The Winter Pascha" par le protopresbytre Thomas Hopko, SVS Press, 1984)

Aucun commentaire: