"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

05 janvier 2007

Vigile de l'Épiphanie du Seigneur dans le Jourdain

groups.google.fr/group/alt.religion.christian.east-orthodox/msg/6791ab167f8d64f5Bapteme du Christ, Psautier de Wurzburg, bibliotheque de Melk, Autriche, anno 1255Baptême du Christ
Théophanie / Épiphanie
Psautier de Würzburg, anno 1255
Psalterium Codex 1903, folio 9v
Benediktinerstiftes, Melk, Autriche


Comme la célébration liturgique de la Nativité du Seigneur, la fête de Son Épiphanie dans le Jourdain au moment de Son Baptême est inaugurée avec une célébration d'avant-fête de 5 jours. Et de même que pour les Offices de la Nativité, nombre d'hymnes de l'avant-fête de l'Épiphanie sont modelés sur ceux de la Pâque du printemps, celle de la mort et Résurrection du Seigneur. A nouveau, seuls quelques paroles dans nombre de cantiques sont modifiés par rapport à ceux chantés durant la Semaine Sainte, afin de glorifier le présent mystère.

Venez, O fidèles,
Ayant jouit de l'hospitalité du Maître,
Le Banquet de l'Immortalité servi dans la mangeoire,
Courons au Jourdain,
Pour y voir un étrange mystère,
Révélant la Lumière céleste. (1)

La Fête de la Nativité du Christ est passée,
Elle brille plus fortement que le soleil.
Le jour de Son Épiphanie approche,
Ce jour sera encore plus lumineux.
Là les bergers rendirent gloire avec les Anges,
Adorant le Dieu fait homme.
Ici la main droite de Jean va toucher le Maître
Tout en s'écriant :
Sanctifie-moi ainsi que les eaux,
O Toi l'Unique Miséricordieux! (2)

La Fête qui a eu lieu était lumineuse,
Mais celle qui s'annonce sera encore plus glorieuse!
Là les Mages adorèrent le Sauveur,
Ici le serviteur baptisera le Maître.
Là les bergers virent l'Enfant et furent émerveillés,
Ici la Voix du Père proclame le Fils Unique-engendré! (3)

Comme nous l'avons vu, le mot "épiphanie" signifie "manifestation" ou "apparition." Il est utilisé pour les événements du Baptême du Christ parce que c'est dans le Jourdain, étant baptisé par Jean le Précurseur, que Jésus apparu au monde et Se manifesta Lui-même en tant que Messie, le Fils de Dieu, l'Un de la Sainte Trinité.
La première apparition publique du Seigneur a lieu pour une très bonne raison à Son Baptême. Le Baptême est le symbole de la mort et de la résurrection; le Christ est venu sur terre afin de mourir et de ressusciter. Le Baptême est un symbole de repentance du péché, et son pardon; Christ est venu comme Agneau de Dieu Qui prend sur Lui-même le péché du monde afin de l'enlever. In fine, le Baptême est un symbole d'un renouvellement radical. Lorsque quelqu'un est baptisé, ce qui était ancien s'en est allé et le nouveau est arrivé. Et le Christ est apparu sur Terre pour tout amener à sa fin, et tout renouveler. L'acte de baptiser, dès lors, contient en symbole l'entier mystère du Christ, la raison entière de Sa Venue. Le Christ n'avait pas besoin d'être Baptisé pour Lui-même. Ceci est bien explicité dans les Évangiles. Il avait à être baptisé pour notre bien, afin "d'accomplir toute justice" (Mt 3,15).

"Alors survient Jésus; Il arrivait de Galilée au Jourdain près de Jean pour Se faire baptiser par lui. Jean s'y refusait : 'C'est moi qui ai besoin de Ton Baptême, et Toi, tu viens à moi!' Mais Jésus lui répondit : 'Laisse faire pour le moment; car il convient que nous accomplissions ainsi toute justice.' Alors Jean Le laissa faire. Au moment où Jésus, baptisé, sortait de l'eau, voici que les cieux s'ouvrirent à Lui, et Il vit, tel une colombe, l'Esprit de Dieu descendre sur Lui. Et du ciel une voix Se faisait entendre : 'Voici Mon Fils bien-aimé, sur Qui Je porte Mon affection'." (Mt 3,13-17).

Le Baptême de Jean était un "baptême de repentance pour la rémission des péchés." Le peuple venait à Jean pour être baptisés "confessant leurs péchés" (Mc 1,4-5). Le Seigneur Jésus n'avait nul besoin de repentance. En tant que Fils de Dieu Incarné dans la chair humaine, Il n'avait commis aucun péché. Dès lors, Son Baptême manifeste Sa complète identification avec Ses créatures pécheresses. Il devient littéralement l'un des nôtres, non seulement en notre humanité, mais aussi en notre état pécheur; non seulement en notre vie sur terre, mais aussi en notre mort. Car comme l'a écrit l'Apôtre Paul, "Celui Qui n'a point connu le péché, (Dieu) L'a fait péché pour nous, afin qu'en Lui, nous soyons faits justice de Dieu" (2 Cor 5,21).

"Mais ce Jésus Qui a été abaissé momentanément au-dessous des Anges , nous Le voyons couronné de gloire et d'honneur à cause des souffrances de la mort. C'est ainsi que, par la grâce de Dieu, Sa mort profite à tous les hommes.. Puis donc que les enfants ont eu en partage une nature de chair et de sang, Lui-même en a fait partie également. Il peut ainsi renverser par Sa mort la puissance de celui qui possédait l'empire de la mort, le diable, et délivrer ceux que la crainte de la mort tenait, leur vie durant, dans une vraie servitude.. d'où Il Se devait de ressembler en tout à Ses frères, afin de devenir ainsi un pontife miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, capable d'expier les péchés du peuple" (Héb 2,:9, 14-15, 17).

Dans la célébration par l'Église de l'Épiphanie de notre Seigneur dans le Jourdain, les fidèles sont à même de voir Jésus fait l'un d'entre eux sous tous les rapports, entrant dans les eaux pour S'identifier avec la condition déchue afin de l'amener à une fin et de recréer pour eux une vie dans le Royaume de Dieu. Par le biais de cette expérience liturgique, ils sont convaincus qu'Il est en effet le Christ, le Fils du Dieu Vivant, Qui est venu pour sauver le monde.

Rassemblons-nous en pensée, O fidèles,
Au bord du Jourdain,
Afin que nous puissions contempler la grande et puissante merveille.
Nous allons voir le Créateur de toutes choses Se manifester
Alors qu'Il vient pour être baptisé. (4)

O Fidèles, déplaçons-nous,
Allant de Bethléem au Jourdain.
Car voyez, la Lumière qui est entrée dans les ténèbres,
Commence ici à vaincre la nuit. (5)

Nous tous, hôtes du banquet de Dieu,
Qui avons fêté à Bethléem,
Rendant gloire avec les Anges, les sages et les bergers au Dieu Incarné,
Allons en pensée au Jourdain
Pour voir le Christ accomplir un grand mystère.
Exaltons-Le aux siècles des siècles. (6)

Ta Venue dans la chair, O Christ,
A accomplit la Loi
Et posé le premier acte du Salut.
A présent dans Ta compassion Tu viens au Jourdain,
Ta tête est courbée par le Baptiste
Et l'achèvement de Ton oeuvre a commencé.
O peuple, crions-Lui avec foi :
Béni est notre Dieu Qui S'est manifesté!
Gloire à Toi! (7)


(1) Complies du 3ème jour de l'avant-fête de l'Épiphanie, 4 janvier.
(2) Matines du 1er jour de l'avant-fête de l'Épiphanie, 2 janvier.

(4) Vêpres du 2ème jour de l'avant-fête de l'Épiphanie, 3 janvier.
(5) Matines du 2ème jour de l'avant-fête de l'Épiphanie, 3 janvier.
(6) Complies du 3ème jour de l'avant-fête de l'Épiphanie, 4 janvier.
(7) Matines du 2ème jour de l'avant-fête de l'Épiphanie, 3 janvier.




(Extrait de "The Winter Pascha" par le protopresbytre Thomas Hopko, SVS Press, 1984)


Théophanie - Prokimenon (Ps 117, 26 et 1)
Béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur ;
le Seigneur est Dieu, Il nous est apparu.
Verset : Rendez grâce au Seigneur, car Il est bon,
éternel est Son amour.

Aucun commentaire: