"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

12 avril 2007

Dynamis/Jeudi Radieux : Jonas, ou le prophète rechignant

classique Icone russe orthodoxe de la Ressurection du ChristIcône de la Résurrection

note du traducteur : il me semble utile de rappeler le fait que ce récit de Jonas "le prophète" est un conte théologique à thème, un récit à "clés", reprennant tous les "classiques" de l'imagerie du judaïsme pour donner un message profond sans avoir l'air de moraliser; les données qui suivent sont donc une attribution théorique, symbolique, et non pas historique. D'ailleurs la remarque suivante de l'auteur ci-dessous, "d
ès lors, le récit dans le Livre de Jonas est une surprise", montre bien qu'il n'est pas dupe.


Jeudi Radieux, 12 avril 2007 – Le Christ est Ressuscité!

Basile le Confesseur, évêque de Parium
4ème Vigile de Pâques :
Jonas 1,1-17
La parole du Seigneur fut adressée à Jonas fils d'Amittaï, en ces termes: "Allons! Rends-toi à Ninive, la grande ville. Élève la voix contre elle, car son iniquité est parvenue jusqu'à moi." Jonas se mit en route, mais pour s'enfuir à Tarsis loin de la face du Seigneur. Il descendit jusqu'à Joppé, où il trouva un navire en partance pour Tarsis. Il paya son passage et s'embarqua pour aller avec eux à Tarsis, loin de la face du Seigneur. Mais le Seigneur déchaîna sur la mer un ouragan et souleva une tempête si terrible que l'embarcation menaçait de se briser. Épouvantés, les marins se mirent à invoquer chacun son dieu; puis ils jetèrent le fret par-dessus bord pour alléger le navire. Jonas, lui, était descendu à fond de cale, s'y était couché et dormait profondément. Vint le capitaine, qui l'apostropha: "Dormeur! que fais-tu là? Debout! invoque ton Dieu. Peut-être pensera-t-il à nous et nous épargnera-t-il la mort." Puis les marins se dirent entre eux: "Venez; tirons au sort pour savoir qui est cause de cette détresse." Ils tirèrent au sort, et le sort tomba sur Jonas. Ils lui dirent alors: "Dis-nous, toi qui nous amènes ce malheur, quelle est ta profession? D'où viens-tu? Quel est ton pays, de quelle race es-tu?" - "Je suis Hébreu, répondit-il. J'adore le Seigneur, le Dieu des cieux, qui a créé la mer et les continents." Ces hommes furent saisis d'une grande crainte. "Pourquoi as-tu fait cela?" lui dirent-ils, car ils venaient de comprendre, aux aveux de Jonas, qu'il s'enfuyait loin de la face du Seigneur. Ils lui dirent: "Que faut-il faire de toi pour que la mer s'apaise autour de nous?" Les vagues, en effet, devenaient de plus en plus menaçantes. "Prenez-moi, répondit-il, et jetez-moi à l'eau; alors la mer se calmera. C'est moi, je le reconnais, qui suis la cause de cette terrible tempête qui vous assaille." Ces hommes s'étaient mis à ramer pour gagner la côte, mais en vain, car la mer se soulevait de plus en plus contre eux. Alors ils invoquèrent le Seigneur: "Seigneur, dirent-ils, ne nous fais pas périr à cause de la vie de cet homme, ne nous rends pas responsables de la vie de cet homme qui ne nous a rien fait de mal. C'est toi, Seigneur, qui auras fait ce que tu as voulu." Sur ce, prenant Jonas, ils le débarquèrent dans les ondes, dont la fureur (aussitôt) s'apaisa. Saisi d'un profond sentiment de crainte vis-à-vis du Seigneur, l'équipage lui offrit un sacrifice accompagné de voeux.

Actes d'Apôtres 2,38-43
Évangile : saint Jean 3,1-15

http://ocafs.oca.org/Icons/september/0922.jonah.jpg

Prophète rechignant 1 : Jonas 1,1-16 LXX, en particulier le verset 3: "Jonas se mit en route, mais pour s'enfuir à Tarsis loin de la face du Seigneur. Il descendit jusqu'à Joppé, où il trouva un navire en partance pour Tarsis. Il paya son passage et s'embarqua pour aller avec eux à Tarsis, loin de la face du Seigneur."
Dieu appela le prophète Jonas à parler pour Lui au cours du règne de Jeroboam II, un des plus puissants rois du royaume séparé, au nord, celui d'Israël (793-753 avant Jésus-Christ). L'Écriture rapporte (2 Rois 14,28) qu'en faisant la guerre, Jeroboam reprit Damas et Hamath à Judah pour Israël, un grand territoire en Syrie, faisant anciennement partie du royaume du monarque et prophète David. Cependant, cette restauration par Jeroboam n'était pas un hasard, mais "conforme" à la parole du Seigneur Dieu d'Israël, qu'Il avait adressée par le ministère de Son serviteur Jonas fils d'Amittai, le prophète de Gath-hepher (2 rois 14,25). [c'est l'unique et courte mention d'un prophète de ce nom dans la Bible, et le peu qu'il cite en montre l'incompatibilité avec le récit du livre prophétique; ndt].

Dès lors, le récit dans le Livre de Jonas est une surprise, car il le décrit comme un prophète rechignant. Dieu le dirige, lui ordonnant de se lever et d'aller à Ninive, la grande ville, et d'y prêcher (Jon. 1,2), mais c'est une mission qu'il déteste. Il ne voulait pas voir les Ninivites [ennemis "raciaux" des Israëlites, d'où le conte en question; ndt] se repentir et ainsi échapper au Jugement divin assuré qu'il estimait qu'ils méritaient à cause de leur méchanceté (v. 2). Il échafauda un plan pour échapper "loin de la présence du Seigneur" (v. 3) et d'aller aussi loin que Tarsis, en Espagne (on voit bien le conte théologique, tous les prophètes sachant que Dieu les voit n'importe où!! ndt)

Comme tant le font de nos jours, le prophète Jonas, rechignant, chercha désespérément un moyen pour échapper à Dieu. Oh, qu'elles sont nombreuses les astuces dont nous faisons usage pour tenter d'échapper à l'impact de Dieu sur nos vies! Elles sont nombreuses et variées : les plaisirs de la vie; les idéologies, grandes et pleines de raison; les religions inverties, avec des dieux inventés qui nous assurent d'une vie sans soucis; accumuler les richesses; parvenir au pouvoir; assouvir toute passion. Et cependant, la main de Dieu se pose sur nous, de sorte que le sage reconnaît avec le prophète David : "Où irais-je loin de Ton Esprit? Et où me cacherais-je loin de Ta présence? Si je vais au Ciel, Tu y es; si je vais dans l'Hadès, Tu y es aussi présent" (Ps. 138,6-7 LXX).

Ce pauvre Jonas aurait mieux fait de prêter attention à l'humble aveu du roi David : "Que j'emprunte les ailes de l'aurore, que j'aille habiter de l'autre côté de l'océan, c'est encore Ta main qui me conduit, Ta droite qui me guide" (Ps. 138,8-9 LXX). De même qu'Adam, il semble que chacun d'entre nous, à un moment ou l'autre, cherche à se cacher de Dieu; mais ça ne marche pas, car "rien de ma substance n'était caché pour Toi, lorsque j'étais formé dans le secret" (Ps. 138,14 LXX).

Assurément, le livre prophétique de Jonas est plus un témoignage de la persistance de la volonté de Dieu qu'un récit d'un homme cherchant à échapper au Seigneur et à Sa volonté. Confrontés aux vagues menaçantes et à la détresse des marins innocents qu'il avait pris dans la toile de sa fantaisie personnelle pour échapper à Dieu, Jonas admit librement qu'il était la cause de leur problème. C'est ainsi qu'ils apprirent qu'il fuyait loin de la face du Seigneur, car il le leur avoua (Jon. 1,10).

Notez bien que les marins étaient bien plus préparés à admettre la miséricorde et le pardon de Dieu que ne l'était Jonas! Il avait fuit loin de Dieu en premier lieu parce qu'il ne voulait pas voir la miséricorde et le pardon de Dieu étendu aux Ninivites, comme conséquence de sa prédication. Et de l'autre côté, les braves marins tentèrent de sauver Jonas, en retournant à la terre ferme, mais ils n'y parvinrent pas, car la mer devint démontée et la tempête souffla contre eux (v. 13).

Enfin, observez un peu cet homme qui tente de s'extraire de la toile qu'il a lui-même tissée dans son effort pour fuir Dieu. Bien que Jonas était la cause du problème, cependant, comme prophète, il connaissait la solution : mourir à soi-même. Il dit donc avec franchise aux marins : jetez-moi par dessus bord, et la mer se calmera pour vous, car je sais que c'est pour mon bien que cette grande tempête nous frappe (v. 12). Suivant son conseil, ils le jetèrent à la mer, mais en même temps, ils se tournèrent vers Dieu et se confièrent à Lui : "Seigneur, dirent-ils, ne nous fais pas périr à cause de la vie de cet homme, ne nous rends pas responsables de la vie de cet homme qui ne nous a rien fait de mal" (v. 14).

A tout moment de la journée, daigne me révéler Ta sainte Volonté. Enseigne-moi à considérer tout ce qui m'advient durant la journée avec la ferme conviction que Ta volonté gouverne tout.




Aucun commentaire: