"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

02 avril 2007

Dynamis/Lundi Saint: Le Trône Radieux (Ez. 1,1-20)


Grand et Saint Lundi, 2 avril 2007 - Semaine Sainte - Jeûne
Tite le Thaumaturge
Sexte: Ezéchiel 1,1-20
"La trentième année, le cinquième jour du quatrième mois, tandis que je me trouvais parmi les déportés, sur les rives du fleuve Cobar, les cieux s'ouvrirent, et je contemplai des visions divines. Le cinquième jour du mois, - c'était la cinquième année de la captivité du roi Joakin, - la Parole du Seigneur fut adressé au prêtre Ézéchiel fils de Buzi, en Chaldée, sur les rives du fleuve Cobar. C'est à cet endroit que la main du Seigneur fut sur moi. J'eus donc une vision: Du nord soufflait un vent impétueux, un gros nuage avec une gerbe de feu rayonnante, et du centre, sortant du sein du feu, quelque chose qui avait l'éclat du vermeil. Au centre, on distinguait l'image de quatre êtres qui paraissaient avoir une forme humaine. Chacun avait quatre visages, chacun avait quatre ailes. Droites étaient leurs jambes, dont les sabots, semblables à des sabots de taureau, étincelaient comme du bronze poli. Sur leurs quatre côtés, des mains humaines sortaient de dessous leurs ailes. Tous les quatre avaient leurs visages et leurs ailes. Leurs ailes se touchaient l'une l'autre. Quand ils se déplaçaient, ils ne se tournaient pas: chacun marchait droit devant soi. Quant à l'aspect de leurs visages, ils avaient tous quatre un visage humain par devant, tous quatre une face de lion à droite, tous quatre une face de taureau à gauche, et tous quatre une face d'aigle. Voilà pour leurs faces. Leurs ailes étaient déployées vers le haut; chacun d'eux avait deux ailes touchant celles des autres et deux qui lui couvraient le corps. Ils allaient chacun droit devant soi, ils allaient du côté où les faisaient aller l'esprit; ils ne se tournaient pas en avançant. Au milieu de ces êtres, on apercevait quelque chose comme des braises incandescentes, comme des torches circulant entre eux; et de ce feu qui projetait un éclat éblouissant, jaillissaient des éclairs. Les êtres zigzaguaient, pareils à la foudre. Or, tandis que je contemplais ces êtres vivants, je vis à terre, à côté de chacun des quatre, une roue. L'aspect et la structure de ces roues étaient ceux de la gemme de Tarsis. Elles étaient toutes quatre semblables, et paraissaient construites de telle manière que l'une se trouvait engagée dans l'autre. Elles pouvaient se déplacer dans quatre directions, sans se retourner dans leur mouvement. Leurs jantes étaient d'une hauteur terrifiante, garnies d'yeux sur toute la circonférence. Quand les êtres vivants se déplaçaient ou s'élevaient de terre, les roues se déplaçaient et s'élevaient avec eux. Là où les poussait l'esprit, ils allaient, et les roues s'élevaient avec eux, car l'esprit de l'être vivant animait aussi les roues."

1ères Vêpres: Exode 1,1-20
2ème Vêpres: Job 1,1-12

Le Trône Radieux : Ezéchiel 1,1-20 LXX, en particulier le verset 13: "Au milieu de ces êtres, on apercevait quelque chose comme des braises incandescentes, comme des torches circulant entre eux; et de ce feu qui projetait un éclat éblouissant, jaillissaient des éclairs."
Lors de Sexte, au cours des 3 premiers jours de la Semaine Sainte, on entend les lectures qui rapportent la théophanie par laquelle Dieu a appelé Ezéchiel à être Son prophète: dans la première lecture – entouré de Chérubins, un Trône radieux et mobile apparaît au milieu de lumière, feu et éclairs (v. 13). Dans la seconde, Dieu ordonne à Ezéchiel de veiller à Sa Parole (Ezéchiel 2,1). Ensuite, dans la troisième, Dieu révèle des paroles de "Lamentation, un cantique mélancolique et triste", au goût étrange "aussi doux que le miel" (Ezéchiel 2,10; 3,3).

Dieu appelle Ezéchiel à révéler une grande vérité à l'ancien Peuple de Dieu : tant à ceux qui ont été déportés avec leur roi et sont esclaves à Babylone qu'à ceux qui sont encore en Judée. Ces derniers, bien que pas encore déportés, mourront bientôt ou seront réduits en esclavage à cause de leur rébellion contre les Babyloniens, précipitant la nation toute entière dans l'affliction. L'Église lit ces textes au début de nos dévotions à la Passion du Seigneur Jésus afin de nous rappeler Sa grande fidélité à Son Peuple – que même en temps d'inexprimable angoisse, Il apportera le Salut. Ces lectures à l'heure de Sexte sont aussitôt suivies des lectures des récits de la Passion, réalisant de la sorte la liaison entre la gloire céleste de Dieu et la Passion du Christ Incarné.

La première lecture – celle d'aujourd'hui – met l'accent sur le Trône radieux de Dieu, un chariot massif (v. 13-20) escorté par 4 Chérubins étincelants, appelés ici "êtres vivants" (v. 5-12,15-20). Le prophète commence par s'identifier, donner son âge, son statut comme prêtre selon le Lévitique, et comme esclave déporté en captivité (v. 1-3). Ensuite il décrit le Trône céleste et les Chérubins avec force détails. L'apparition divine se manifeste avec du vent et des nuages, un feu étincelant et rayonnant (v. 4), accompagné par les 4 majestueux êtres (v. 5-12) et mû par l'Esprit du Dieu Vivant (v. 20). Que pouvons-nous tirer comme leçon de cette vision mystique du Trône de Dieu?

Commençons par Ezéchiel. Par hérédité, via son père Buzi, Ezéchiel était un descendant d'Aaron; et donc qualifié pour servir comme prêtre d'Aaron (v. 3). A l'âge de 30 ans, il était dans les conditions pour servir pour la première fois comme prêtre au Temple. Mais comment pourrait-il commencer son office sacré? L'unique lieu où les anciens prêtres de Dieu servaient, c'était au Temple à Jérusalem. Ezéchiel était déporté, captif, et esclave de la Babylone païenne, loin du Temple.

Cependant, ô mon âme, considère que le Christ notre Dieu a fait de toi Son prêtre royal. Bien qu'à présent Il règne sur Son Trône de gloire, cependant notre Seigneur Jésus, comme Ezéchiel, était devenu esclave – dans la Babylone du péché et de la mort – afin de te libérer. La miséricorde de Dieu! Les prêtres tels qu'Ezéchiel, dans l'Ancienne Alliance, offraient "fréquemment les mêmes sacrifices qui ne réussissent pas à effacer les péchés" (Héb. 10,11), cependant "nous avons l'assurance de pouvoir pénétrer dans le Sanctuaire éternel par la vertu du sang de Jésus" (Héb. 10,19), parce que notre Sauveur nous a choisis pour être "un sacerdoce royal,... un peuple acquis à Dieu, en vue d'annoncer les puissances de Celui qui (nous).. a appelés des ténèbres à Sa Lumière merveilleuse" (1 Pierre 2,9). Bénit soit notre miséricordieux Grand Prêtre!

Considère aussi, ô mon âme, la gloire de Dieu dévoilée à Ezéchiel de manière si éclatante – le vent tourbillonnant, le grand nuage, le feu éclatant et étincelant (v. 4;13) – cette même Lumière Incréée révélée sur le mont Thabor pour te montrer Celui Qui mourut sur le Trône de la Croix pour toi. Prosterne-toi devant Lui!

Considère les 4 "êtres vivants" (v. 5-20). Ezéchiel a partagé sa vision des Chérubins entourant le glorieux Trône, qui était mû par l'Esprit de Dieu (v. 12;20). Souviens-toi aussi du Seigneur sur Son Trône de la Croix, avec les Anges L'y servant. Adore-Le!

La Création toute entière, Te contemplant crucifié, trembla; et les fondations de la terre tremblèrent, redoutant Ta puissance. Gloire à Toi Qui a été crucifié et est Ressuscité d'entre les morts!

Aucun commentaire: