"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

07 avril 2007

P. Hopko: Liturgies du Dimanche de Pâques





La nuit du Saint Sabbat, peu avant minuit, on célèbre l'Office des Nocturnes. Le célébrant va à la tombe et enlève l'epitaphios. Il l'emporte à travers les portes royales et le place sur l'Autel, où il demeurera 40 jours, jusqu'à l'Ascension.

A minuit commence la procession Pascale. Les fidèles quittent l'église en chantant "Ta Résurrection, ô Christ Sauveur, les Anges la chantent dans les Cieux. Et nous qui sommes sur la terre, donne-nous un coeur pur pour Te glorifier."

[ndt : dans les paroisses de tradition grecque, en allumant chacun son cierge à celui du célébrant ou à un cierge allumé à celui du célébrant, on chante : "Venez recevoir la lumière de la Lumière sans déclin, et glorifiez le Christ qui est ressuscité des morts."]

La procession fait le tour de l'église, puis revient à ses portes fermées, à l'entrée de l'église. Cette procession de Chrétiens dans la nuit Pascale rappelle la procession baptismale originale, partant des ténèbres et de la mort de ce monde jusqu'à la nuit et et la vie du Royaume de Dieu. C'est la procession de la sainte Pâque, du passage de la mort à la vie, de la terre au Ciel, de cet âge à l'âge à venir qui n'aura pas de fin. Devant les portes closes de l'église, la Résurrection du Christ est proclamée. Parfois, le passage de l'Évangile parlant de la tombe vide y est lu (Mc 16,1-8). Le célébrant entonne la bénédiction au Nom de la "Sainte, Consubstantielle, Vivifiante et Indivisible Trinité." Le Tropaire de Pâques est chanté pour la première fois, accompagné des versets du Psaume 68 qui vont ouvrir tous les Offices de l'Église durant la saison Pascale.

"Que Dieu Se lève, et que Ses ennemis soient dispersés, et que ceux qui Le haïssent fuient devant Sa face!"

"Le Christ est ressuscité des morts, par Sa mort Il a vaincu la mort, à ceux qui sont au tombeau Il a donné la Vie." (Tropaire de Pâques)

"Ce jour que le Seigneur a fait, soyons dans la joie et dans l'allégresse!"

Les fidèles rentrent à nouveau dans l'église et continuent l'Office des Matines de Pâques, qui est entièrement chanté.

Le Canon des hymnes de la Résurrection du Christ, attribué à saint Jean Damascène, est chanté, avec le tropaire de la fête comme refrain revenant constamment. L'église est décorée de fleurs et de lumière. Les vêtements liturgiques sont les vêtements radieux de la résurrection. L'Icône de Pâques est au centre de l'église, montrant le Christ détruisant les portes de l'Hadès et libérant Adam et Eve de la captivité de la mort. C'est l'image du Victorieux, "par Sa mort ayant vaincu la mort." Le choeur chante continuellement, le prêtre encense les Icônes et l'assemblée, proclamant inlassablement : "Le Christ est Ressuscité!", et les fidèles répondant à chaque fois "Il est vraiment Ressuscité!"

"C'est le jour de la Résurrection! Peuples, rayonnons de joie: c'est la Pâque, la Pâque du Seigneur! De la mort à la vie, de la terre jusqu'au Ciel, le Christ notre Dieu nous conduit. Chantons le chant de victoire : le Christ est ressuscité des morts!" (1ère Ode du Canon des Matines de Pâques)

Après le Canon, les versets pascals sont chantés, et à la conclusion des Matines de Pâques, les Heures de Pâques sont aussi chantées. En général, il n'y a rien qui soit simplement lu durant les Offices de Pâques : tout est intégralement chanté sur les joyeuses mélodies de la fête.

A la fin des Heures, avant la Divine Liturgie, le célébrant proclame solennellement le célèbre sermon de Pâques (attribué à) de saint Jean Chrysostome. Ce sermon est une invitation à tous les fidèles pour oublier leurs péchés et se joindre de tout coeur à la fête de la Résurrection du Christ. Pris à la lettre, ce sermon est une invitation officielle offerte à tous les membres de l'Église pour venir et recevoir la Sainte Communion, prendre part au Christ, l'Agneau Pascal, dont la table est à présent installée au milieu de l'église. Dans certaines paroisses, le sermon est bien pris à la lettre, et tous les fidèles reçoivent les dons eucharistiques du Repas de Pâque de cette Vigile Pascale.

La Divine Liturgie de Pâques commence aussitôt avec le chant du tropaire de la fête et le Psaume 67. Des versets psalmiques particuliers servent d'antienne et permettent à l'assemblée d'exalter et glorifier le Salut de Dieu:

"Chantez le Seigneur, toute la terre;
chantez Son Saint Nom, louez-Le en chantant.
Tes oeuvres sont redoutables, ô Dieu,
par crainte de Ta puissance, Tes ennemis voudront Te tromper.
Que toute la terre T'adore et Te chante,
qu'elle chante Ton Nom, ô Très Haut.
Que les peuples Te rendent grâce, ô Dieu,
que tous les peuples Te rendent grâce,
Afin que Tes voies soient connues sur la terre,
et Ton Salut dans toutes les nations."

On répète inlassablement le tropaire pascal. Le Trisagion est remplacé par le verset baptismal de Galates ("Vous tous qui avez été baptisés en Christ..") L'épître, ce sont les 9 premiers versets du Livre des Actes d'Apôtres. L'Évangile, ce sont les 17 premiers versets de l'Évangile selon saint Jean. La Parole de Dieu ramène les fidèles au Commencement, et annonce la Création et la re-Création du monde par Dieu, par le Verbe vivant de Dieu, Son Fils Jésus-Christ.

"Dans le Principe était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement près de Dieu. Toutes choses ont été faites par Lui, et sans Lui, rien n'a été fait. Ce qui a été fait en Lui était vie, et la vie était la Lumière des hommes; et la Lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point saisie. Il y eut un homme envoyé de Dieu; son nom est Jean. Il vint en témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous les hommes eussent la foi par lui. Il n'était pas la Lumière, mais il vint pour rendre témoignage à la Lumière. Le Verbe était la véritable Lumière Qui, venant dans le monde, éclaire tout homme. Il était dans le monde, et le monde a été fait par Lui, et le monde ne L'a pas connu. Il est venu chez Lui, et les Siens ne L'ont pas reçu. Mais à tous ceux qui L'ont reçu, Il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu; à ceux qui croient en Lui, qui ne sont nés ni du sang, ni du désir de la
chair, ni du désir d'un homme, mais de Dieu. Et le Verbe S'est fait chair, et Il a dressé Sa tente parmi nous, et nous avons contemplé Sa gloire, la gloire qu'un Fils unique reçoit de Son Père, plein de grâce et de vérité. Jean Lui rend témoignage et s'écrie: "Voici Celui dont je disais: Celui qui vient après moi est passé devant moi, car Il existait avant moi." De sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce après grâce; car si la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ" (Jn 1,1-17).

La Liturgie de saint Jean Chrysostome continue, couronnée par la sainte Communion à l'Agneau Pascal, à Sa table du banquet du Royaume de Dieu. Sans fin retentit le tropaire de la Résurrection, pendant que les fidèles communient à "Celui Qui fut mort, mais qui est revenu à la vie" (Apoc. 2,8).

Dans l'Église Orthodoxe, la Fête de Pâques est officiellement appelée Pascha (en grec, russe, etc), ce qui signifie Pâque. Elle est la nouvelle Pâque de l'Alliance nouvelle et éternelle annoncée par les prophètes de l'Ancien Testament. Elle est l'éternelle Passage de la mort à la Vie et de la terre au Ciel. Elle est le Jour du Seigneur proclamé par les saints prophètes de Dieu, "le jour que le Seigneur a fait" pour y juger Sa Création, le jour de Sa victoire finale et éternelle. C'est le Jour du Royaume de Dieu, le jour "qui ne connaît pas de nuit" car "sa lampe est l'Agneau" (Apoc. 21,22-25).

Dès lors, la célébration de Pâques dans l'Église Orthodoxe n'est pas la simple répétition historique de l'événement de la Résurrection du Christ tel que rapporté par les Évangiles. Ce n'est pas une représentation dramatique du premier matin de Pâques. Il n'y a pas d'office "du lever du jour" puisque les Matines de Pâques et la Divine Liturgie sont célébrées ensemble aux premières heures nocturnes du premier jour de la semaine, afin de donner aux fidèles l'expérience de la "nouvelle création" du monde, et de leur permettre d'entrer mystiquement dans la Nouvelle Jérusalem qui brille éternellement de la glorieuse Lumière du Christ, ayant vaincu la perpétuelle nuit du mal et détruit les ténèbres de ce monde mortel et pécheur :

"Resplendis, resplendis, Nouvelle Jérusalem!
Car la gloire du Seigneur s'est levée sur toi!
Exulte Sion et sois dans l'allégresse!
Et toi, Mère de Dieu très pure,
Réjouis-toi, ton Fils est ressuscité!"

Tel est l'une des principales hymnes de l'Église Orthodoxe. Elle s'inspire de la prophétie d'Isaïe et des derniers chapitres de l'Apocalypse selon saint Jean, car en cette nuit sainte de Pâques, c'est exactement ce qui est vécu et célébré: le mystère de la Nouvelle Création, la Nouvelle Jérusalem, la Cité Céleste, le Royaume de Dieu, le Jour du Seigneur, les Noces de l'Agneau avec Son Épouse, tout cela est célébré et réalisé et expérimenté dans le Saint Esprit, au cours de la sainte Nuit de Pâques dans l'Église Orthodoxe.

Protopresbytre Thomas Hopko, "The Orthodox Faith"




Message Pascal de mgr Emmanuel, métropolite Grec-Orthodoxe de France :
http://diaspora-grecque.com/modules/altern8news/article.php?storyid=714




Aucun commentaire: