"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

07 avril 2007

Samedi Saint, Matines, Rite Orthodoxe Occidental EORHF

Matines du Samedi Saint:
Première lecture : Zacharie 9,9-12
Évangile: saint Luc 23,50-56
Psaumes 22, 29, 142

Collecte pour le Samedi Saint
O Seigneur, accorde-nous qu'étant baptisés dans la mort de Ton Fils bien-aimé, notre Sauveur Jésus-Christ, en luttant sans cesse contre nos passions corrompues, nous puissions être aussi ensevelis avec Lui. Afin qu'à travers la tombe et la porte de la mort, nous puissions passer à la joie de notre résurrection. Par Celui Qui mourut, fut enseveli et ressuscita pour nous, Ton Fils, Jésus-Christ notre Seigneur, Qui vit et règne avec Toi et le Saint Esprit, Dieu Un pour les siècles des siècles.

Hiéromoine Michael,
abbé du monastère Saint-Petroc
extrait du sacramentaire-pontifical Saint-Colman, usage autorisé dans les paroisses de Rite Orthodoxe Occidental au sein de l'Église Orthodoxe Russe Hors Frontières (EORHF)

Le Cherubikon dans la Divine Liturgie de Sarum, "usus Cascadae", Saint-Colman Prayer book (cliquez sur l'image)



2 commentaires:

Anonyme a dit…

Cette collecte se trouve dans le BCP 1662. Je me suis demandé d'où elle avait été tirée par Cranmer. Car elle ressemble beaucoup à la collecte des soufrages de la sainte croix du rite romain classique, collecte qu'on récite au temps pascal après la collecte du jour.

Anonyme a dit…

oui, elle s'y trouve, mais

1. Cranmer n'était que le président d'une commission liturgique. Certes, il avait pas mal à y dire, mais c'est lui prêter beaucoup plus de pouvoir qu'il n'en avait, et surtout de capacité technique, liturgique.
2. Le problème doit être creusé un peu plus, et s'arrêter au constat "tiens, on trouve ça dans le rite romain classique" est un peu léger.
Ce "rite romain classique" n'est pas né ex nihilo. Il a été intégralement repiqué du rite romain originel, Orthodoxe, qui existait en Occident avant la naissance de l'église catholique-romain au tournant de l'An Mil. Au 17ème siècle, la "commission Cranmer" ne fera donc que reprendre la "recette" apprise des anciens maîtres : reprendre ce qui était là avant, et le modifier légèrement, suffisament pour en changer le sens profond, mais pas assez pour que les foules ne s'en rendent trop vite compte.
Et dans les 2 cas, la mission fut réussie au delà des espérances de leurs promoteurs respectifs.