"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

19 mai 2007

Pourquoi avons-nous besoin des Pauvres?



saint Martin et le Christ mendiant
El Greco, 1599
source

Sans les pauvres nous n'avons aucun espoir d'aller au Ciel.

Dans l'Évangile de saint Matthieu, Jésus décrit le Jugement Dernier, où chacun sera éprouvé par le feu. Ceux qui, voyant un pauvre, ont refusé d'ouvrir leur coeur et leur bourse, seront envoyés à gauche, repoussés loins de la présence de Dieu par les paroles "ce que vous n'avez pas fait au plus petit d'entre ceux-ci, c'est à Moi que vous ne l'avez pas fait."

Sans les pauvres, nous n'avons aucun moyen rapide pour amasser des trésors au Ciel.

Celui qui donne aux pauvres prête à Dieu. Quand nous plaçons nos trésors entre les mains des pauvres, nous transférons nos biens au Ciel. Tous les dons faits aux pauvres ou à ceux qui mendient pour eux sont comptés comme crédit au Ciel, et puisque ni voleurs ni mites ni rouille ne savent diminuer ce trésor, il est vraiment en sécurité en attendant notre arrivée dans le Royaume des Cieux.

Sans les pauvres, une fois "vendu tout ce que nous avions", à qui en donnerons-nous le produit de la vente?

Jésus a dit au jeune homme riche de vendre tout ce qu'il avait et d'en donner l'argent aux pauvres. Les saints, en commençant et pour se préparer à la vie en Christ, vendent tout ce qu'ils ont ou confient la distribution de leur richesse à un serviteur comme don pour les pauvres. D'innombrables saints et justes ont accompli cela comme première étape d'une vie dédiée à Dieu.

Sans les pauvres, il n'existe pas de moyen pour donner directement au Christ.

"Ce que vous aurez fait au plus petit d'entre ceux-là, c'est à Moi que vous l'aurez fait." Les mains des pauvres sont les mains du Christ de la même manière que l'Église est le Corps du Christ.

Sans les pauvres, nous sommes désespérément trompés par le matérialisme.

Par leur vie, les pauvres montrent aux riches que Dieu est la source. Les pauvres montrent aux riches qu'il est possible de vivre dans la simplicité. Les pauvres montrent aux riches qu'il est possible de vivre sans l'abondance des biens de ce monde. Nos biens finissent par nous posséder et grandissent jusqu'à diriger nos vies.

Sans les pauvres, nous n'avons pas la vision d'un style de vie simple.

Comme l'accumulation de biens envahit nos vies, nous en oublions que la vraie vie n'est qu'en Christ. Les pauvres nous donnent un aperçu du peu dont nous avons besoin pour mener une vie calme et paisible dans la piété et la dignité.

Sans les pauvres, nous ne saurions apprendre à être satisfaits de ce que nous avons.

La communion de foi, vivre la véritable humilité, cela démontre qu'être satisfait est la clé de la véritable satisfaction. Dieu sait ce dont nous avons réellement besoin pour vivre, donc demander plus encore que ce que Dieu ne donne, c'est présumer que Dieu n'est pas au courant de nos besoins ou de ce qui convient pour nous.

Sans les pauvres, nous ne savons pas prêter à Dieu.

Celui qui donne aux pauvres prête à Dieu. Saint Nectaire de même que d'autres saints ont démontré que Dieu repaie multiplement l'argent que nous Lui avons prêté en le donnant aux pauvres. Saint Nectaire a constaté à maintes reprises un retour au centuple pour ses prêts. Et Dieu a toujours fourni l'argent à Saint Nectaire, toujours juste au bon moment et le montant requis.

Sans les pauvres, nous n'avons personne pour remercier Dieu pour nous.

De même que les riches ont la responsabilité de pourvoir aux besoins des pauvres, ces derniers ont la responsabilité de remercier Dieu pour les riches qui ont pourvu à leurs besoins. Par nos dons permanents, les pauvres font mention de nous quotidiennement.

Sans les pauvres, nous ne saurions apprendre à être généreux.

Ce n'est qu'en donnant que l'on peut apprendre à être généreux et miséricordieux. Quand nous franchissons ces premiers pas de générosité, ils font peur, mais bien vite nous apprenons que la joie vient en donnant. Car en vérité, les Actes d'Apôtres disent fort justement qu'il "y a plus de joie à donner qu'à recevoir" (Actes 20,35).

Sans les pauvres, nous ne saurions recevoir de Dieu pour ce que nous aurions donné.

De la manière dont vous donnerez, il vous sera donné, une mesure bien tassée et pesée. Mais la première étape consiste à trouver qui peut recevoir nos dons, ou trouver quelqu'un qui peut les distribuer [Église, asbl; ndt], ou s'abstenir de manger (ça c'est le commencement); quoi qu'il en soit, c'est en exerçant la miséricorde qu'on pourra recevoir miséricorde. Pensez à faire du Carême d'Hiver [ou des divers autres Carêmes; ndt] un temps pour commencer à suivre l'exemple de saint Nicolas le Thaumaturge, en donnant aux pauvres.


Sans les pauvres, nos richesses deviennent des chaînes qui nous lient à cette vie et nous condamnent à la pauvreté dans la vie à venir.

Le riche avait tout dans cette vie-ci, et Lazare manquait de tout, mais dans la vie à venir, le riche, parce qu'il avait méprisé le pauvre, vécu comme Lazare dans sa vie précédente, aspirant ardemment après ne fut-ce qu'une goutte d'eau.

Sans les pauvres, les mites, la rouille et les bandits ruinent tout ce qui nous est cher.

Là où est notre trésor, là est notre coeur; si nous négligeons les pauvres, tout ce que nous considérons comme trésor ne sera rien d'autre qu'un tas de détritus. Les pauvres n'ont pas besoin de notre aide. Nous avons besoin de l'aide des pauvres. Les pauvres ont Dieu pour Père et DIEU pourvoit à tous leurs besoins. Si vous ne cessez pas de voler aux pauvres [*], Dieu pourvoira pour eux d'une autre manière.

*-*-*-*-*-*-*-*

[*] allusion évidente à la célèbre maxime de saint Ambroise de Milan :
"Les vêtements de vos armoires que vous ne portez pas ne vous appartiennent pas, ils sont aux pauvres"


Les mendiants, Breughel, 1568

A (re)lire sur le sujet :
Dieu ne nous jugera pas sur ce que nous donnons, mais sur ce que nous gardons - réflexions sociales et sociétales personnelles, 2 asbl charitables à aider, Muhammad Yunus et son prix Nobel de la Paix et ses micro-crédits pour les pauvres, saint Ambroise et saint Théodore et saint Phanourios, etc..

Aucun commentaire: