"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

06 décembre 2007

saint Nicolas de Myre, auxiliaire de la vraie justice, encore de nos jours

Ne gardez pas le silence
http://www.roca.org/OA/75/75m.htm


Sv. Nikolai Mirlikiiskii ostanavlivaet nepravuiu kazn'
St Nicolas de Myre arrête une exécution injuste

par Il'ia Efimovich Repin, 1888
Musée russe d'Etat, Saint-Petersbourg
Publication : Khudozhestvennye sokrovishcha Rossii. 1903, vol. III, no. 4-8
source


J'ai vécu 20 ans durant à Lima, Pérou. A l'époque, une paroisse russe y fut fondée. Notre feu notre diacre, Eugene Nikolaevich Dolmatev, me raconta un miracle qui avait eu lieu par l'intercession de saint Nicolas.

Cela avait eu lieu en Sibérie. L'Armée Blanche dirigée par Kolchak battait en retraite. Malgré plusieurs graves blessures reçues au cours de la première guerre mondiale, Eugène Nikolaevich combattait dans les forces de Kolchak et portait le grade de premier lieutenant. C'était un terrible hiver.

Entrant dans un village, les partisans s'emparèrent d'un paysan soupçonné de collaborer avec les Rouges. Il fut décidé de l'exécuter. Eugene Nikolaevich ordonna d'enfermer le prisonnier.

Cette nuit-là, alors que le lieutenant était assis, seul, occupé à rédiger l'acte d'accusation, on frappa à sa porte. Il ouvrit et un vieil homme entra, portant un "skoufia", le même que ceux porté par les moines, et une vieille soutane. "Monsieur l'officier," dit-il, "vous avez ici un paysan qui est détenu. Ne le tuez pas. Il est innocent."

"Et qui êtes-vous?" demanda Eugene Nikolaevich.

"Je suis le recteur de l'église locale, le p. Nicolas," répondit le vieil homme, et il s'en alla.

Eugene Nikolaevich réfléchi, et décida de libérer le prisonnier. Tôt le matin, il ordonna qu'on lui attelle un traîneau, il y fit placer le prisonnier, prit du pain, et dit à l'escorte : "je vais aller l'abattre." Une fois parvenu dans la forêt, il détachât le prisonnier... lui donna le pain, et lui dit : "allez vous cacher dans la forêt, et ne croisez plus jamais notre route!"

En retournant au village, Eugene Nikolaevich se dirigea vers l'église. Elle était fermée. Il demanda à un paysan qui passait : "Où vit le p. Nicolas?" - "Les Rouges l'ont fusillé il y a longtemps déjà," fut la réponse. Eugene Nikolaevich en fut complètement abasourdi, mais il décida d'examiner l'église. Quelqu'un déverrouilla la porte pour lui, et il entra. Soudain, à droite, il vit une Icône de saint Nicolas, et il le reconnu immédiatement comme étant son visiteur nocturne; sur l'Icône, l'évêque thaumaturge était représenté portant exactement le même skoufia.

Alexandra Dabbart
"Novoye Russkoe Slovo'

20 Décembre 1980


skoufia, bonnet monastique russe


Prières latines d'avant le Schisme; explication de la fête du 6 décembre par le protopresbytre Thomas Hopko; iconographie, photos de Myre et Bari, liens divers; Histoire et histoires de saint Nicolas; dessin animé; Office Acathiste à saint Nicolas :
que-saint-nicolas-apaise-les-temptes.html


En Belgique aussi, là où est la vraie Foi Chrétienne, les miracles de saint Nicolas sont d'actualité. Deo gratias.




Aucun commentaire: