"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

14 février 2008

Saint Anschaire, Apôtre belge de la Scandinavie (+ 3/2/865)

icone orthodoxe de saint Anschaire de Corbie, apotre Belge de la Scandinavie

Le premier a avoir tenté d'amener au Christ une partie des terribles païens Vikings fut saint Willibrord. Bien qu'il soit dans le ménologe Orthodoxe belge, il n'était pas d'origine belge mais anglaise, et ne s'y trouve que comme évangélisateur d'une partie du Limbourg, avant de s'attaquer à la Frise et au Danemark. Contrairement à la Frise, le Danemark ne le suivra pas sur le chemin du Christ, d'où saint Willibrord n'est pas considéré comme Apôtre du pays. Au contraire de saint Anschaire.


carte de la Scandinavie en l'An MilAtlas To Freeman's Historical Geography, edited by J.B. Bury, Longmans Green and Co, 3d edition, 1903
source


vitrail moderne allemand de saint Anschaire ou Ansgar
vitrail de saint Ansgar
église Saint-Anna, Schewrin, Allemagne
par Otto Vitalli, 1914/1915



Anskar, Apôtre de la Suède
Butler's Lives of Patron Saints.
Edited by Michael Walsh. Harper & Row, Publishers, San Francisco, 1987

Anskar est né vers 801 dans une famille noble près d'Amiens (Belgique, jusqu'à l'invasion française du début du 15ème s). Il fut envoyé au proche monastère royal de Corbie, Picardie. Il y aurait tissé d'étroits liens avec l'empereur Charlemagne et avec Paschase Radbert qui était son tuteur. Une vision qu'il eut de la Vierge Marie et de la mort de Charlemagne l'impressionna tant qu'il perdit toute gaieté juvénile et ne pensa plus qu'à prêcher aux païens comme étant la forme rapprochant le plus du martyre. Il devint moine, d'abord à Corbie, puis à Nouvelle Corbie (Corvey), en Westphalie (Germanie). Il y fut pour la première fois engagé en travail pastoral. Harold, roi du Danemark, était en fuite de son pays, avait été baptisé à la court de Louis le Débonnaire. Lorsqu'il fut prêt à retourner dans son royaume, il prit Anskar avec lui, de même que le moine Autbert, afin de convertir les Danois. Ils eurent du succès, en gagnant beaucoup à la Foi, et ouvrant une école, probablement à Hedeby. A l'invitation de Bjoern, roi de Suède, Anskar partit ensuite avec plusieurs autres y prêcher l'Évangile. En 831, le roi Louis le nomma abbé de Nouvelle Corbie, puis archevêque d'Hambourg. Le pape de Rome Grégoire IV en fit son légat auprès des peuples nordiques. Il y oeuvra durant 13 ans, organisant des missions au Danemark, en Norvège et en Suède, de même que dans le nord de la Germanie, construisant des églises et fondant une bibliothèque.
Une grande incursion de païens du Nord en 845 détruisit Hambourg, suite à quoi, Suède et Danemark rechutèrent dans l'idolâtrie. Anskar continua à soutenir ses églises ravagées en Germanie, jusqu'à ce que le siège épiscopal de Bremen soit vacant. Le pape de Rome, Nicolas I, finit par réunir ce siège à celui d'Hambourg, et nomma Anskar pour veiller sur les deux. Il retourna alors au Danemark, et sa présence amena vite la Foi à renaître. En Suède, le superstitieux roi Olaf hésitait beaucoup quand à accepter ou non les missionnaires Chrétiens. Le saint s'affligea de voir la religion traitée avec une telle légèreté, et recommanda le problème au soin de Dieu. L'issue s'avéra favorable, et l'évêque fonda de nombreuses églises, qu'il laissa aux soins de zélés pasteurs avant de rentrer à Bremen.
Saint Anskar avait un extraordinaire talent pour prêcher, et sa charité envers les pauvres ne connaissait pas de bornes; il lavait leurs pieds et les servait à table. Lorsqu'un de ses disciples vanta à voix haute les miracles que le saint avait accomplis, Anskar le réprimanda, disant : "si j'étais digne d'une telle faveur de Dieu, je Lui demanderait de m'accorder ce seul miracle, que par Sa grâce il fasse de moi un homme bon." Il portait un cilice et, aussi longtemps que sa vie le lui permit, il vécu de pain et d'eau. Pour stimuler la dévotion, il composa une collection de courtes prières, et en plaça une à la fin de chaque Psaume. On peut retrouver de telles insertions dans d'anciens psautiers manuscrits.
Il mourut à Bremen à 67 ans, la 34ème année de son épiscopat, et tout le Nord le pleura. Mais bien que saint Anskar fut le premier à prêcher l'Évangile en Suède, après sa mort, ce pays retomba entièrement dans le paganisme. La conversion du pays sera l'oeuvre de saint Sigfrid et d'autres missionnaires au 11ème siècle.





Ansgar (OrthodoxWiki)
http://orthodoxwiki.org/Ansgar



Saint Ansgar, gravure d'Hugo HamiltonSaint Ansgar, gravure d'Hugo Hamilton (1830)

Notre père parmi les saints Ansgar, Apôtre du Nord et Illuminateur du Danemark, aussi appelé Anskar, Anschaire ou Oscar, né le 8 septembre (?) 801, endormit dans le Seigneur le 3 février 865, fut archevêque d'Hambourg-Bremen. Son jour de Fête est son dies natalis, le 3 février.

Vie
Ansgar naquit à Amiens. Pendant un certain temps, il résida avec le roi baptisé du Danemark, Harald Klak, et lorsque Louis le Pieux, à Worms, en 829, fut mandé par 2 représentants de Suède et le roi suédois Björn à Haute, il nomma Anschaire missionnaire. Les représentants avaient prétendu que plusieurs Suédois voulaient se convertir au Christianisme. Anschaire arriva à Birka en 829, accompagné du moine Witmar, et une petite assemblée fut formée en 831, qui comprenait le propre aide du roi, Hergeir, comme membre le plus éminent. Le siège d'Hambourg fut nommé "mission pour apporter le Christianisme au Nord,", et saint Anschaire se retrouva ainsi appelé l'Apôtre du Nord.

Il mourut en 854 à Bremen. Son hagiographie a été écrite par son successeur comme archevêque, Rimber, c'est la Vita Ansgari.

A Hambourg, on trouve une statue qui lui est dédiée, et une croix de pierre à Birka.

croix celtique de pierre de Birka, Suede, commemorant l'evangelisation par saint Anschaire
Birka, Björkö, Suède
source

Office à notre père parmi les saints Anschaire, archevêque de Bremen & Hambourg, Illuminateur du Danemark et du Nord, composé par le Lecteur Isaac Lamberton (en anglais): http://www.orthodoxengland.org.uk/servansg.htm

Vita Anskarii, éd. Georg Waitz, mgh, Scriptores. rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 55, Hannovre 1884.

****************************


Ayant finit par retourner à leurs vieux démons après la mort d'Anschaire, pour une relance de la Christianisation chez eux, les Danois devront attendre l'arrivée du roi Harald au siècle suivant, comme le précisent les runes de la grande "pierre de Jelling"


haraltr:kunuk:baþ:kaurua
Le roi Harald fit faire

kubl:þausi:aft:kurm faþur sin
Ces stèles pour Gorm son père

auk aft:þąurui:muþur:sina:sa
et, ce pour Thyra sa mère

haraltr ias:s<ą>·uan·tanmaurk
Harald conquit le Danemark

ala·auk·nuruiak
entier et la Norvège

·auk·tani·kristną
et fit Chrétiens les Danois
.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Merci, Jean-Michel.

I had not heard of St Ansgar before; always good to be introduced to new Saints.