"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

19 mars 2008

Saint Joseph: vie, prière, iconographie, ... (p. Serfes)


Dans le calendrier liturgique du vicariat de Rite Orthodoxe Occidental de l'archidiocèse d'Amérique du Nord du patriarcat Grec-Orthodoxe d'Antioche, ils ont repris saint Joseph pour ce jour. Bien qu'il ne soit pas repris dans le moindre de nos calendriers de R.O.O., je poste cet intéressant article sur saint Joseph réalisé par l'archimandrite Demetrios (Serfes)
Voir p.ex. le calendrier de la paroisse Saint-Gregory the Great WR mission.



Saint Joseph, dans le réfectoire du monastère de Maldon, Essex

Le juste Joseph l'époux et son repos
compilé par le p. Demetrios
http://fr-d-serfes.org/lives/stjoseph.htm


La sainte Église célèbre le repos de saint Joseph le 1er dimanche après la sainte Nativité du Christ.

Introduction par le p. Demetrios (Serfes)

En toute humilité, je vous présente les Fiançailles de saint Joseph (aussi appelé le Joseph le Juste), de même que son repos dans le Seigneur notre Dieu. Je vous recommanderais spirituellement de poursuivre l'étude et d'en apprendre plus encore propos de saint Joseph avec le livre (en anglais) "The Life Of The Virgin Mary, The Theotokos", qui est examinée dans le cadre des saintes Écritures, de la sainte Tradition, de la patristique et des autres anciens écrits, ainsi que les traditions liturgique et iconographique de la sainte Église Orthodoxe. Cet ouvrage est publié par:
Holy Apostles Convent,
P.O. Box 3118 Buena Vista,
Colorado 81211, USA
Saint Joseph, prie Dieu pour nous!


Sainte Nativité de notre Seigneur Jésus-Christ: saint Joseph se trouve au bas
Sacramentaire de Robert de Jumièges, 10ème siècle


JOSEPH LE FIANCÉ

Qu'en est-il du bien-aimé et juste Joseph? Quelles étaient ses pensées?

Joseph, observant les merveilles sublimes, * crut d'abord voir un homme dans ses langes de nouveau-né, * mais en présence de la réalité, * il comprit que c'était le vrai Dieu, * Celui qui accorde à nos âmes la grâce du Salut. (Lucernaire de l'avant-fête, ton 1, tel que chanté dans l'Église Orthodoxe de rite byzantin).

Plein de feu, saint Ephrem le Syrien écrivait que Joseph caressa le Fils en tant que bébé; il Le servit en tant que Dieu. Il se réjouit en Lui comme étant le Très Bon, et cependant, il fut perplexe et effrayé face à Lui comme étant le Juste (Hymnes sur la Nativité, hymne 4,chantée dans l'Église Orthodoxe).

Poursuivant, saint Ephrem dépeint Joseph tenant le Christ Enfant, et disant, "Qui m'a donné le Fils du Très Haut pour être mon fils? J'étais jaloux de Ta mère, et je pensais la répudier, et je ne savais pas que dans son sein se trouvait caché un puissant trésor, qui soudainement allait enrichir mon pauvre état. David le roi sortit de ma race, et porta la couronne; et j'en suis arrivé à être très pauvre, moi qui au lieu d'un roi ne suis que charpentier. Cependant, une couronne est venue à moi, car en ma famille se trouve le Seigneur des couronnes!" (idem).

Saint Jérôme dit : "Dans Son insondable sagesse, Dieu utilise les moyens les plus simples. Quelle était la meilleure manière d'accomplir l'Incarnation du Fils de Dieu? Révéler ouvertement l'état virginal de la toute sainte Vierge aurait amené prématurément l'attention sur le Seigneur Jésus, sans préparation adéquate. Un triple effet fut atteint par les fiançailles de Joseph avec la Vierge : une paisible obscurité fut assurée pour le Christ jusqu'au moment prévu, une défense impénétrable fut apportée tant pour elle que pour le divin Enfant. Tout ceci fut accomplit par les saintes fiançailles de saint Joseph avec la Vierge-Mère." (Vies des Saints, 8, Munich, monastère Saint-Job de Pochaev, 1956, 110-113).

Que voulons-nous affirmer par le rôle multi-face que Joseph aurait à tenir? L'Israël biblique avait une forme de vie familiale patriarcale ou centrée sur le père. Depuis les temps bibliques, en père et en époux, un homme aurait à défendre les droits de sa famille devant les juges lorsque nécessaire (Deut. 22,13-19). Nous savons aussi que "l'orphelin et la veuve," qui n'avaient pas un homme pour défendre leurs droits, se voyaient souvent victimes de dénis de justice (cfr. Deut. 10,19). La marque d'un enfant illégitime aurait contrarié le plan divin. De plus, Marie avait à présent un mari responsable et respectable qui apporterait repas, habillement et abri pour elle et son Fils bébé. Dieu a ordonné l'unité familiale comme partie vitale de la société humaine. Et quel grande récompense et grand honneur attendaient Joseph et toute sa maisonnée! Un de ses fils deviendrait un des Douze Apôtres (Jude); un deviendrait le premier évêque de Jérusalem (Jacques), et sa fille Salomé, la Myrophore, donnerait naissance à 2 Apôtres. Ensuite ce fut le fils de Cleopas, Syméon, le second évêque de Jérusalem, martyrisé lui aussi, comme nous le rapportent Hegésippe, Nicéphore Callistos (+ vers 1335) et saint Nicolas Velimirovic (+ 1956), saint Syméon, le Grand Synaxaire de l'Église Orthodoxe (en grec, 5ème ed. Vol 4, Athènes 1979, p.559-562). En tout cas, que Syméon ait été le fils de Joseph ou son neveu, il est clair que Salut, honneur et gloire vinrent sur leur maison.

Lorsque les Mages furent présents, saint Romanos le Mélode développe l'explication de Marie aux mages au sujet de la présence de Joseph dans la maison.

Theotokos: "Je vais vous rappeler, ô mages, pour quelle raison j'ai Joseph en ma demeure. C'est pour la réfutation de tous ceux qui doutent. Il racontera lui-même ce qu'il a entendu à propos de mon enfant. Car dans son sommeil, il vit un saint Ange lui rapporter comment j'ai conçu (Mt 1,20). Un être divin, radieux comme le feu, le rassura durant la nuit et chassa ses doutes épineux. Dès lors Joseph est avec moi pour révéler qu'ici se trouve un jeune bébé, le Dieu pré-éternel. Il rapportera clairement les choses qu'il a lui-même vues auprès des êtres célestes et des mortels sur terre – comment les bergers chantèrent des hymnes, et les êtres de lumière chantèrent avec les hommes de glaise; comment une étoile s'avança au devant de vous afin d'éclairer votre chemin et de vous guider." (Sur la Nativité (Marie et les mages), strophes 11-12, p.7.)

Saint Basile le Grand (vers 330-379) confirme cette explication et description de Joseph comme témoin de la pureté de la Théotokos, et que sa présence la préserverait de la calomnie. Le saint fait aussi remarquer que "la virginité de Marie serait cachée au prince de ce monde." (Homélie sur la Nativité, PG 31, 1464B)

Saint Bède le Vénérable (vers 673-735) résuma l'enseignement patristique sur leur mariage, écrivant : "La bienheureuse Marie avait dès lors un mari qui serait le plus fiable témoin de son intégrité et le plus fidèle gardien de notre Seigneur et Sauveur. Pour l'Enfant Jésus, Joseph apporterait au Temple les victimes du sacrifice prescrit par la Loi; à l'heure de la persécution, il L'emmènerait avec Sa mère en Égypte, puis les en ramènerait; et pour finir, il leur rendit bien d'autres services requis par la fragilité de la nature assumée." Homélie 3 sur l'Avent, Corpus Christianorum, Series Latina, Turnhout (1953), 122, 15. (CCSL). Ailleurs, Bède fait la liste d'autres raisons pour le mariage : "La garantie apportée par la généalogie de Joseph, la protection de Marie contre la lapidation comme adultère, et la dissimulation de la naissance virginale pour le démon." (In Lucan 1, in CCSL, 120, 3031).

Saint Ignace d'Antioche (avant 110) fit une précieuse remarque : "Le prince de ce monde (Jn 12, 31 ; 14, 30) a ignoré la virginité de Marie, et son enfantement, de même que la mort du Seigneur, trois mystères retentissants, qui furent accomplis dans le silence de Dieu." (épître aux Ephésiens, ch. 19)

(Source: The Life Of The Virgin Mary, The Theotokos., pp.218-220 écrit et compilé par le Holy Apostles Convent, and Dormition Skete, Buena Vista, Colorado., 1989).

Le Repos de Saint Joseph

Le récit apocryphe, "L'histoire de Joseph," un document du 4ème siècle, décrit les dernières années de Joseph: Finalement, l'ancien parvint à un âge très avancé. Cependant, il ne travailla pas sous le poids d'une faiblesse physique, ni n'eut ses yeux affaiblis, ni aucune de ses dents perdues. Son esprit était toujours clair et ne s'égarait pas, et, comme un jeune homme, il faisait preuve de la vigueur de la jeunesse en son travail. Ses membres restèrent intacts et libres de douleur. Mais son vieil âge se prolongea beaucoup.

Lorsque saint Joseph apprit qu'il allait bientôt reposer, il se leva et partit pour Jérusalem, au Temple du Seigneur, et y éleva sa prière devant le sanctuaire. Il supplia le Seigneur de lui envoyer le grand Michel, le prince des saints Anges, afin de rester avec lui quand son âme partirait. Il implora le pardon pour ses péchés et la compassion du Seigneur.

Ensuite il repartit pour Nazareth et fut soudain prit d'un malaise, le forçant à garder le lit. La maladie s'abattit fortement sur lui. Selon la plus ancienne tradition, remontant à l'époque des Apôtres, le Christ Lui-même entendit la confession du juste, un récit de toute sa vie. Venant ensuite auprès de son lit, Jésus dit, "bonjour, mon Joseph mon père, toi l'homme juste." Et Joseph lui répondit : "bonjour, mon fils bien-aimé. En effet, l'agonie et la peur m'ont envahit. Mais aussitôt que j'ai entendu Ta voix, mon âme se trouva en paix. O Jésus de Nazareth! Jésus, mon Sauveur! Jésus, ô Nom si doux à mes lèvres, et sur la bouche de tous ceux qui l'aiment! O Oeil qui voit et Oreille qui entendu, écoute-moi! Je suis Ton serviteur; ce jour, je Te vénère très humblement et devant Ta face, je verse mes larmes. Tu es complètement mon Dieu."

L'âme de Joseph partit alors en paix vers ses ancêtres, où il rendit témoignage de la joyeuse nouvelle du Messie si longtemps attendu. Selon saint Épiphane de Salamine (Chypre, vers 315-403), l'ancien Joseph vécu fort âgé, étant entré dans le repos à l'âge de 110 ans. Il reposa juste avant que le Christ n'entama Son ministère public pour commencer à prêcher l'Évangile.

La vertu de saint Joseph est résumée dans les mots de l'Évangéliste Mathieu : c'était "un homme juste" (deeakos). Tel fut l'éloge rendu par la Sainte Écriture.

(Source: The Life Of The Virgin Mary, The Theotokos., pp. 322-323., écrit et compilé par le Holy Apostle Convent, Dormition Skete, Buena, Vista, Colorado, 1989, utilisé avec autorisation du monastère)


Saint Joseph, prie Dieu pour nous!

Aucun commentaire: