"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

10 juin 2008

Archevêque Hieronymos d'Athènes & les crimes catholiques-romains en Croatie

http://www.oodegr.com/english/papismos/ieronymos_kroatia1.htm


L'archevêque Hieronymos d'Athènes, à propos des crimes papistes en Croatie

Un extrait du magazine de la communauté israélite d'Athènes, "ALEF", édition N° 20, Mars-Avril 2008, dans l'article intitulé "Un avant-goût de l'archevêque Hieronymos" (Archiepiskopos Ieronymos-deigmata grafis)

En l'an 2000, la traduction grecque du livre de Marco Aurelio Rivelli, "L'archevêque du génocide", fut publiée par Proskinio Publications, sous la direction de Nikos Kleitsikas, qui demanda à celui qui était alors métropolite de Thèbes, mgr Hieronymos, d'en écrire la préface.



Le livre, qui fait référence au "génocide de centaines de milliers de Serbes, et aux dizaines de milliers de Juifs et de Gitans en Croatie pendant la 2ème guerre mondiale, par les Nazis, les Oustachis Croates, et l'église catholique-romaine... porte le titre "l'archevêque du génocide," vu que son personnage central est celui qui était alors l'archevêque catholique-romain de Zabreb, Alojzije (Aloysius) Stepinac, qui, avec des pans entiers du clergé catholique-romain croate, fut le protagoniste dans les massacres, jouant un rôle majeur dans leur planification et leur réalisation.. qui fut reconnu comme criminel de guerre, mais cependant, jamais le Vatican n'accepta cette condamnation, et au contraire, présenta Stepinac comme une prétendue "victime du communisme".. A l'automne 1998, l'église catholique-romaine proclama Stepinac saint." (journal quotidien Rizospastis, 30.06.2000)

Dans la préface, mgr Hieronymos écrit :
"La tragédie s'est tissée autour d'un objectif – l'indépendance de l'État de Croatie – un objectif qui hélas justifia toute méthode et pratique violente. Des quelque 6 millions et demi de citoyens de la Croatie, plus de 2 millions étaient des Orthodoxes Serbes... Tous ces gens-là, au nom de la création de la nouvelle Croatie – une patrie d'un peuple "pur" de corps et d'âme, sans le moindre mélange de races, et sans le moindre élément qui ne se conformerait pas à leur propre croyance catholique-romaine – tout cela avait à être exterminé."

"Cette purification ethnico-religieuse commença par des discriminations externes. Les citoyens Serbes furent obligés à porter un brassard bleu, avec la lettre "O" (pour Orthodoxe) imprimée dessus. Les Juifs devaient porter l'étoile de David – au départ sur leur manche, puis ensuite dans leur dos. Dans les transports en communs, il y avait des écriteaux : 'Il est défendu pour les Serbes, les Juifs, les Gitans et les chiens de monter à bord'."

Après avoir décrit l'horreur des massacres en masse – avec la coupable participation de l'église catholique-romaine – il condamne la "béatification" de Stepinac et en concluant, il propose que nous soyons guidés :
".. vers le véritable esprit de l'enseignement de Jésus-Christ : notre respect de l'autre, sans chercher le moindre conflit, peu importe son origine et ses convictions religieuses, en étant dans le cadre d'une Foi qui ne jette pas d'huile sur le feu mais qui guérit les blessures."

archeveque Hieronymos d'Athenes, primat de l'Eglise de Grece
l'archevêque Hieronymos d'Athènes

AXIOS!


--------------------------------------------------

11/6 - Importante correction apportée par le Lecteur Claude :


"il a été publié en français avant de l'être en italien!

Explication: il s'agit au départ de la thèse de doctorat de Marco Aurelio Rivelli. Après la soutenance de thèse, le Vatican empêche la publication du livre en Italie. C'est Rivelli lui-même qui me l'a expliqué, au cours de la conférence de présentation du livre en 1998, car j'avais peine à croire que le Vatican pouvait bloquer la parution d'un livre à l'époque où l'Italie était censée être gouvernée par un ex-communiste (Massimo d'Alema). C'est plus tard, en lisant un livre de Sergio Romano, que j'ai compris pourquoi, et j'espère revenir à l'occasion sur ce point.
Par conséquent, Rivelli a fait une version française du livre, publiée à Lausanne par les éditions L'Âge d'Homme en 1998 sous le titre Le génocide occulté. Dès lors que le livre était paru dans une ville située à 300 kilomètres de Milan et dans une langue si proche de l'italien, la bombe avait éclaté et la parution ne pouvait plus être empêchée en Italie.
Voici pourquoi la version française est parue avant la version originale italienne
."

voir quelques informations ici nottament :
http://www.forum-orthodoxe.com/~forum/viewtopic.php?t=866

et le livre en français :
chez l'éditeur :
http://www.lagedhomme.com/boutique

chez Amazon.fr
http://www.amazon.fr/G%C3%A9nocide-occult%C3%A9




Aucun commentaire: