"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

31 mars 2020

Le Coronavirus / covid19, la Foi et l'Eucharistie (EORHF)

Dans la plupart des églises, officiellement c'est terminé, les gens peuvent aller chercher des jeux vidéos et des chips au magasin, mais se nourrir l'âme et l'esprit c'est devenu "non-essentiel". Il reste un noyau de résistance, qui comme sur le Mont Athos, à Minsk ou à Kiev, refuse de laisser les fidèles dans la misère. Et je vous écris cela en "pleine connaissance de cause", dans ma chair, de l'étendue de ce problème.



Décret de l'archevêque Kyrill à propos du Coronavirus
DÉCRET N° 5E/2020


Au pieux Clergé et Fidèles du Diocèse occidental d'Amérique


Actuellement, nous assistons à la propagation du Coronavirus dans diverses parties du monde et dans notre pays. Nous observons également la fermeture d'écoles et de nombreuses autres institutions afin de limiter l'exposition au virus. Bien que les connaissances médicales sur l'étiologie du virus ne soient pas encore complètes, des pratiques plus strictes en matière d'hygiène personnelle et de lavage des mains, ainsi que l'essuyage sanitaire des surfaces communément touchées, sont encouragées afin de minimiser le potentiel de transmission. Des restrictions croissantes sont imposées aux voyages et les mandats des autorités civiles concernant les quarantaines et la fermeture des frontières au niveau national et au niveau des États sont susceptibles d'augmenter. Aujourd'hui, le président Trump a déclaré une urgence nationale.
Compte tenu de ce qui précède, j'annule l'Assemblée diocésaine/Conférence pastorale prévue pour les 17 et 18 mars 2020 et la reporte à une date ultérieure l'année prochaine, si Dieu le permet.
En ce qui concerne la vie de l'Église dans notre diocèse, je donne les instructions suivantes :
(1)  Zapivka (vin de l'après-communion). Il doit être servi aux communiants dans des gobelets en papier individuels jusqu'à la fin du virus Corona. Un sac en papier doit être placé à côté de la table de la zapivka pour l'élimination de ces gobelets.
(2) Si vous ou un membre de votre famille présentez des symptômes respiratoires - toux, éternuements, fièvre, mal de gorge ou écoulement nasal - il est préférable de rester chez vous et de ne pas exposer les autres à une maladie transmissible. Si vous ou un membre de votre famille tombez gravement malade, demandez à un membre du clergé de vous rendre visite pour vous administrer la Sainte Communion.
In light of the foregoing, I am cancelling the Diocesan Assembly/Pastoral Conference scheduled for March 17-18, 2020 and postponing it to a future date next year, God permitting.

(3) En ce qui concerne la vénération des saintes icônes et des reliques, nous pensons que les icônes, que nous appelons saintes, ne sont pas simplement des images terrestres mais sont en fait des "fenêtres sur le ciel" : certaines sont manifestement merveilleuses, mais toutes sont potentiellement merveilleuses. Nous vénérons les saintes icônes et les reliques avec foi, précisément parce qu'elles sont des réceptacles de la grâce divine. Leur vénération est salutaire pour l'âme et le corps et peut certainement se poursuivre comme il est d'usage. Cependant, si quelqu'un souhaite néanmoins s'abstenir de vénérer des Icônes, il peut librement choisir de le faire.
(4) En ce qui concerne la réception de la Sainte Communion, les Saints Mystères continueront à être administrés selon notre pratique ecclésiastique habituelle. Toute idée selon laquelle la maladie peut être transmise par les Saints Mystères doit être rejetée de manière définitive. Dans les prières avant la Sainte Communion, nous disons "Voici, je m'approche du Feu divin." Tous ceux qui s'approchent dignement et avec foi reçoivent la guérison et la force, et ne sont pas moins que des "participants de la Nature divine" (2 Pierre 1,4). Un des cantiques de communion proclame : "Recevez le corps du Christ : goûtez à la source de la vie éternelle".

(5) Je demande que, lors de la Litanie Ardente, à chaque Divine Liturgie, et à chaque Liturgie des dons Présanctifiés, les pétitions suivantes du "Moleben chanté en temps d'épidémie dévastatrice et de peste mortelle" soient récitées :
"Plus que tous les autres, nous avons péché contre Toi et nous avons transgressé, ô Maître, et si nous n'avons pas acquis la repentance, au lieu de la repentance, accepte notre offrande. Et après avoir pris en miséricorde, comme Tu es tout-puissant, libère Tes serviteurs de maladies mortelles et de graves afflictions, gémissant de douleur, nous Te prions, écoute prestement et prends pitié".
"Nous avons péché et nous avons transgressé, et c'est pourquoi Ta juste colère nous a visités, Seigneur, notre Dieu ; et les ténèbres de la mort nous ont enveloppés et nous nous sommes approchés des portes de l'Hadès. Mais, avec componction, nous crions vers Toi, notre Dieu, dans nos infirmités : Épargne, épargne Ton peuple, et ne nous détruis pas complètement, humblement nous Te prions, écoute et prends pitié."
"Seigneur, qui règne par la vie et par la mort, n'enferme pas les âmes de Tes serviteurs dans la mort, mais détourne-Toi de la colère et abandonne la fureur, car nos jours s'évanouissent comme une fumée, et notre force s'est épuisée, et nous périssons à cause de nos péchés. Sois miséricordieux envers Tes serviteurs qui se repentent avec des larmes, nous Te prions, écoute et prends pitié".

(6) Le "Moleben chanté en temps d'épidémie dévastatrice et de peste mortelle" doit être célébré dans chaque paroisse après la Divine Liturgie chaque dimanche jusqu'au passage de cette épidémie. Le texte de cet Office se trouve dans le Trebnik.
(7) Les membres des assemblées des fidèles sont encouragés à accroître leurs prières en récitant quotidiennement un Acathiste au Seigneur, ou à la Mère de Dieu, ou à notre bien-aimé Saint Jean de Shanghai & San Francisco, ou au Saint de leur choix, en priant pour la cessation de cette pandémie. Pour accroître la sanctification de nos âmes et de nos corps, nous sommes tous encouragés à participer fréquemment à la Sainte Communion, ainsi qu'à l'Eau bénite et à la prosphore / pain béni ; à nous oindre quotidiennement avec de l'huile bénite des Saints ; et à confesser nos péchés et à prier avec ferveur. Nos armes contre cette épidémie, bien que spirituelles, n'en seront pas moins puissantes.
Déjà, on rapporte que l'Archange Michel est apparu à de nombreuses personnes en leur promettant son aide puissante. De même, le nouveau glorifié Saint Nicéphore le Lépreux est apparu en Grèce à un pieux serviteur Orthodoxe et l'a assuré qu'il interviendrait pour tous ceux qui demandent à être protégés et guéris du Coronavirus.
Tropaire, Ton 1:
"Tous les Anges ont été frappés par le courage et la force d'âme de saint Nicéphore le lépreux, dans ses actes d'ascèse et ses épreuves, car tel un autre Job, il a enduré la douleur avec patience, et le Dieu glorieux l'a couronné maintenant de gloire, lui accordant la grâce d'accomplir de grands et merveilleux miracles. Réjouis-toi, ô guide des moines et de leurs assistants, Réjouis-toi, ô bouée irradiante de lumière, Réjouis-toi car tes reliques exhalent maintenant un parfum qui apporte la joie à tous".
Kondakion, Ton 8 :
"Le vaillant athlète d'endurance et de force, le diamant inébranlable d'une grande patience et de longues souffrances, a été éprouvé par les affres et les douleurs de la maladie, et qui a ainsi glorifié le Dieu Très-Haut, louons-le et faisons l'éloge du lépreux Nicéphore, en lui disant : Réjouis-toi, digne homonyme de la victoire."
Profitons de ce temps pour nous rapprocher du Seigneur dans la repentance, comme l'ont fait autrefois les citoyens de Ninive. Une grande partie de l'humanité a chuté si fort loin de Dieu : la pandémie spirituelle moderne a même conduit nombre de nos contemporains à nier fondamentalement la nature même dont Dieu nous a imprégnés. Nous devons demander aux saints d'intercéder en notre faveur et en faveur de tous ceux qui sont malades autour de nous. Souvenons-nous également que ce n'est qu'en nous repentant et en priant sincèrement, et non en nous inquiétant et en nous effrayant, que nous pouvons améliorer notre situation. Avec les vastes ressources spirituelles qui nous sont données, nous devons implorer le Seigneur, qui nous a exhortés : "Ne crains pas, car Je suis avec toi ; ne t'effraie pas, car Je suis ton Dieu. Je vous fortifierai et vous aiderai ; Je vous soutiendrai de Ma juste droite". (Is. 41,10) "Cherchons d'abord le Royaume de Dieu et sa justice", et tout ce dont nous avons besoin pour traverser cette crise nous sera sans doute fourni. (Matt. 6,33)

KYRILL, archevêque de San Francisco et Amérique occidentale
29 février / 13 mars 2020


 
Le coronavirus et les mesures pratiques (archiprêtre James Baglien)

L'archiprêtre James Baglien de l'église Saint Martin de Tours à Corvallis, Oregon, a donné les conseils suivants à ses paroissiens. Nous les incluons ici pour que nos lecteurs puissent s'y référer et les appliquer :
Chers tous,
L'épidémie de coronavirus en expansion (COVID-19) suscite de nombreuses inquiétudes.  Ces préoccupations soulèvent des questions sur les mesures pratiques que nous devrions mettre en place pour notre vie d'Église.  Beaucoup auront remarqué que nous utilisions des gobelets jetables pour la zapivka après la Communion du dimanche.  Ce sera la norme pour l'ensemble de notre diocèse pendant toute la durée de l'épidémie.
Une partie de la difficulté réside dans les nombreuses inconnues concernant ce nouveau virus.  La science n'est pas encore totalement certaine, ce qui crée beaucoup d'incertitudes.  Cependant, il y a des choses que nous pouvons dire de façon assurée :

Le Coronavirus :
1) Est un virus respiratoire.  Les cas légers à modérés ressemblent aux symptômes du rhume et de la grippe, bien qu'ils s'accompagnent généralement d'une toux plus sèche : toux, mal de gorge, fièvre et essoufflement.  Dans les cas graves, les poumons sont attaqués, ce qui peut entraîner la mort.  En cela, elle ressemble à la grippe, qui tue entre 15.000 et 30.000 Américains au cours d'une saison grippale typique.
2) Est très contagieux, principalement par le contact des mains avec des surfaces infectées, suivi d'un toucher du visage, et secondairement par l'inhalation de gouttelettes provenant de la toux et des éternuements.  Le contact peau à peau n'est pas considéré comme un facteur de risque (hormis le contact main à visage), pas plus que l'ingestion par voie alimentaire.  Le virus peut vivre sur des surfaces jusqu'à 12 heures.
3) Il est beaucoup plus grave que la grippe saisonnière habituelle.  La Corée du Sud, qui est en tête du monde pour les tests à grande échelle sur sa population, fait état d'un taux de mortalité de 0,68 %, soit un taux plusieurs fois supérieur à celui de la grippe.  Les autres estimations du nombre de décès sont beaucoup plus élevées, mais elles sont généralement basées uniquement sur les cas testés.  (C'est significatif ; dans ce pays, seules environ 6500 personnes ont été testées jusqu'à présent, alors que la Corée du Sud teste 10.000 personnes par jour).
4) La plupart des cas de maladie seront légers à modérés.  Les cas graves peuvent toucher n'importe quel groupe d'âge, mais sont concentrés chez les personnes âgées, en particulier celles qui ont des problèmes de santé sous-jacents.  En Italie, qui a connu l'épidémie la plus grave d'Europe, 89 % des décès concernent des personnes de plus de 70 ans, la plupart ayant des problèmes de santé sous-jacents communs à ce groupe d'âge.  Toutefois, les jeunes ne doivent pas se reposer sur leurs lauriers, car des personnes jeunes et en bonne santé sont également mortes du virus ; en outre, vous ne souhaitez pas devenir un vecteur de maladie qui propage le virus aux membres plus âgés de votre famille et à vos paroissiens.
Comment pouvons-nous réduire notre risque d'infection par le Coronavirus ?
Les recommandations de l'autorité sanitaire de l'Oregon sont les mêmes que pour toute maladie respiratoire :
-Couvrez votre toux et vos éternuements avec un mouchoir en papier, puis jetez le mouchoir à la poubelle.
-Lavez-vous souvent les mains à l'eau et au savon pendant 20 secondes. Si l'eau et le savon ne sont pas facilement accessibles, utilisez un désinfectant pour les mains à base d'alcool contenant au moins 60 % d'alcool.
-Évitez tout contact étroit avec des personnes malades.
-Évitez de vous toucher les yeux, le nez et la bouche avec des mains non lavées.
-Nettoyez et désinfectez les surfaces qui sont souvent touchées.
-Prenez soin de votre santé en général. Tenez vos vaccins à jour, y compris le vaccin contre la grippe, bien manger et faire de l'exercice, tout cela aide votre corps à rester résistant.

Tout cela est très bien, mais permettez-moi de me concentrer sur certaines pratiques-clés, et de les développer davantage :
1) Évitez de vous toucher le visage avec des mains non lavées.  "Lavé" signifie 20 secondes de mousse avec du savon, en traitant soigneusement toutes les surfaces de la peau.  Séchez avec une serviette propre.  Lavez-vous les mains dès que vous rentrez à la maison après le travail, l'école, l'épicerie, etc.  N'oubliez pas que les surfaces de contact que les gens ont touchées avec des mains non-lavées sont probablement la plus grande menace.  Si vous êtes en déplacement et que vous devez ajuster vos lentilles de contact ou vous gratter le nez, utilisez d'abord un désinfectant pour les mains.
2) N'oubliez pas de désinfecter régulièrement votre téléphone portable !  Sinon cela n'a aucun sens de vous laver les mains à fond - et puis vous prenez le téléphone portable que vous utilisiez juste avant de vous laver les mains.  Le désinfectant pour les mains fonctionne bien pour cela.
3) Évitez les contacts inutiles avec les foules, lors d'événements sportifs et culturels, de soirées dansantes, de bars et de clubs.  Évitez les déplacements nécessitant les moyens de transport en commun -- avions, bus, etc.  Si votre enfant participe à des sports impliquant des contacts étroits, envisagez de faire une pause dans ces sports au cours des prochains mois.
Une liste croissante d'universités a adopté l'enseignement en ligne pour les étudiants de premier cycle, pour le reste du trimestre d'hiver et pour tout le trimestre de printemps :  Harvard, Stanford, l'Université de Washington, Vanderbilt, l'Université de Berkeley, Syracuse, Rutgers, Indiana, Amherst, Columbia, l'État de l'Ohio, l'État de San José - la liste est longue et s'allonge rapidement.  L'État de l'Oregon et l'Université de l'Oregon n'ont pas encore pris cette mesure, mais ils n'ont pas non plus encore eu de cas confirmé de COVID-19 dans leurs communautés.
Maintenant, qu'est-ce que cela signifie pour nous, dans la vie de l'Église ?
Nous voulons que la vie de l'Église se poursuive aussi normalement que possible, et avec le moins de risques possibles pour nos paroissiens.  Après mûre réflexion et de nombreuses prières, mes directives sont les suivantes :
1) Si vous ou vos enfants avez des symptômes respiratoires -- toux, éternuements, fièvre, mal de gorge ou écoulement nasal -- *restez chez vous loin de l'Église*, et dites vos prières à la maison.  Il n'y a rien d'"héroïque" à venir à l'église quand on est atteint d'une maladie contagieuse.  Par amour pour vos frères et sœurs, veuillez vous abstenir de les exposer à une maladie potentiellement dangereuse.  Actuellement, à Corvallis, de tels symptômes ne sont pas susceptibles d'être COVID-19, mais avec le temps, la probabilité qu'ils le soient augmentera.
Si vous tombez gravement malade, je vous rendrai visite pour vous administrer la Sainte Communion.

2) Ceux qui nettoient l'église, les toilettes et le hall -- prennent soin de nettoyer toutes les poignées de porte, les surfaces des tables, etc.  Il n'est pas nécessaire d'utiliser un désinfectant à base d'alcool pour cela -- un produit de nettoyage des surfaces habituel est suffisant.

Questions :
1) Dois-je vénérer les icônes, prendre la bénédiction du prêtre, etc.
C'est un peu une zone grise.  Nous ne laissons pas (du moins, les adultes ne le font pas) de salive sur ces surfaces, mais plutôt un "baiser sec".  L'ingestion n'est pas un facteur de risque majeur.  Si les personnes souffrant de maladies actives restent chez elles comme elles le devraient, ce risque devrait être limité.  Cependant, je ne réprimanderai pas ceux qui s'en inquiètent suffisamment pour s'abstenir d'une telle vénération.
2) Qu'en est-il de la Sainte Communion ?
C'est vraiment le risque le plus faible de tout ce que nous faisons dans l'Église.
Pourquoi ?  Notre pratique Orthodoxe de la Communion implique que le prêtre trempe la cuillère dans le Sang du Christ entre chaque administration.  Quoi de plus purifiant que cela ?  Je pourrais également mentionner que l'élément physique transformé en Sang du Christ est de l'éthanol à 20% - mais cela n'a rien à voir.
Si votre foi vacille encore, pensez à ce qui se passe avec le Calice après l'office.  Le prêtre (ou le diacre, si l'un sert) consomme le contenu du Calice à l'Autel.  Dans une grande église ou cathédrale, des centaines de personnes peuvent avoir été communiées de ce Calice -- beaucoup d'entre elles souffrant de maladies non-diagnostiquées, y compris non seulement des maladies respiratoires, mais aussi des virus de l'estomac, etc.  Une personne non-croyante s'attendrait à ce que les prêtres et les diacres qui consomment les Dons soient plus souvent malades à cause de cette exposition.   Mais en pratique, nous observons que les prêtres et les diacres semblent souffrir de moins de maladies transmissibles que la moyenne - parce qu'ils reçoivent, par leur service chaque semaine, la Source de vie.   (D'autres, qui ont suivi mon cours pour adultes, se souviennent peut-être de mon anecdote personnelle concernant la disparition d'une infection abdominale mortelle -- à l'irritation perplexe du chirurgien -- après ma réception des Dons Présanctifiés).
Que vos esprits soient donc rassurés à cet égard.
Les enfants de l'Église ont traversé de nombreuses périodes d'épidémies au cours de sa longue Histoire, et ont trouvé réconfort et consolation dans Sa grâce.  Restons fervents dans la prière, agissons dans la prudence, et laissons le reste entre les mains de Dieu.

Dans l'amour du Christ,
Archiprêtre James

PS:  Mes remerciements particuliers à notre médecin interne, le dr. (Brian) Panteleimon Curtis, qui a révisé les informations ci-dessus et approuvé.

=====



===


Decree by Archbishop Kyrill pertaining to the Coronavirus
https://wadiocese.org/news_200313_1

DECREE № 5E/2020
 Read the printable version here.
To the Pious Clergy and Faithful of the Western American Diocese:
At the present time, we are witnessing the spread of the Coronavirus both in various parts of the world and also this land. We are also observing the closure of schools and many other institutions in order to limit exposure to the virus. While the medical knowledge about the etiology of the virus is not yet complete, stricter practices as to personal hygiene and hand-washing, and the sanitary wiping of commonly touched surfaces, are being encouraged in order to minimize the potential for transmission. There are increasing limitations being imposed on travel, and the mandates from the civil authorities regarding quarantines and border closings on the national and state levels are likely to increase. Today, President Trump has declared a National Emergency.
In light of the foregoing, I am cancelling the Diocesan Assembly/Pastoral Conference scheduled for March 17-18, 2020 and postponing it to a future date next year, God permitting.
With regard to Church life our Diocese, I am giving the following instructions:
(1)
Zapivka (post-Communion wine). This is to be served to the communicants from individual paper cups until the Corona virus ends. There is to be placed a paper bag next to the zapivka table for the disposal of these cups.
(2)
If you or one of your family members have respiratory symptoms -- coughing, sneezing, fever, a sore throat, or runny nose -- it is best to remain at home and not expose others to a communicable sickness. If you or someone in your family becomes seriously ill, ask one of the clergy to visit you to administer Holy Communion.
(3)
With regard to the veneration of Holy Icons and Relics, we believe that Icons, which we call Holy, are not merely earthly images but are in fact “windows into Heaven”: some are demonstrably wonder-working but all are potentially wonder-working. We venerate Holy Icons and Relics with faith precisely because they are vessels of Divine Grace. Their veneration is salutary for both soul and body and may certainly continue as is customary. Nevertheless, if someone nevertheless wishes to refrain from venerating Icons, they may freely choose to do so.
(4)
Concerning the reception of Holy Communion, the Holy Mysteries shall continue to be administered according to our standard ecclesiastical practice. All thoughts that illness can be transmitted through the Holy Mysteries must be decisively rejected. In the prayers before Holy Communion, we say: “Behold, I approach Divine fire.” All those who approach worthily and with faith receive healing and strength, and are made no less than “partakers of the Divine nature” (2 Peter 1:4). One of the Communion Hymns proclaims: “Receive the Body of Christ: taste ye of the Fountain of Immortality.”
(5)
I am instructing that, during the Augmented Litany at each Divine Liturgy, and at each Liturgy of the Presanctified gifts, the following petitions from the “Molieben Sung in Time of Devastating Epidemic and Death-bearing Pestilence” be recited:
“More than all others we have sinned against Thee and we have transgressed, O Master, and if we have not acquired repentance instead of repentance accept our offering. And having set Thyself to mercy, as Thou art almighty, free Thy servants from death bearing sickness and grievous afflictions, groaning in pain we pray Thee, quickly hearken and have mercy.”
“We have sinned and we have transgressed, and therefore Thy righteous anger has visited us, O Lord, our God; and the darkness of death has encompassed us and we have drawn nigh unto the gates of Hades. But, with compunction, we cry out unto Thee, our God, in our infirmities: Spare, O spare Thy people, and destroy us not utterly, humbly we pray Thee, hearken and have mercy.”
“O Lord, Who rules by life and by death: do Thou not enclose the souls of Thy servants in death, but turn aside from wrath and forsake anger, for our days vanish like smoke, and our strength has wasted away, and we are perishing utterly because of our sins. Be Thou merciful unto Thy servants who are repenting with tears, we pray Thee, hearken and have mercy.”
(6)
The “Molieben Sung in Time of Devastating Epidemic and Death-bearing Pestilence” is to be served in each parish after the Divine Liturgy every Sunday until the passing of this epidemic. The text of this service is found in the Trebnik.
(7)
The members of the Faithful are encouraged to increase their prayers by daily reciting an Akathist to the Lord, or the Theotokos, or to our beloved St. John of Shanghai & San Francisco, or to the Saint of their choice, praying for the cessation of this pestilence. To increase the sanctification of our souls and bodies, we are all encouraged to frequently partake of Holy Communion, and also of Holy Water and Prosphora; to daily anoint ourselves with Holy Oil from the Saints; and to confess our sins and pray fervently. Our arms against this epidemic, although spiritual, will be nonetheless powerful.
Already reports are coming in that the Archangel Michael has appeared to many people promising them his powerful help. Also, the newly-glorified Saint Nikephoros the Leper has appeared in Greece to a pious Orthodox serviceman and assured him that he will intercede for all who ask his prayers to be protected and healed from the Coronavirus.
Troparion, Tone 1:
“All the angels were awestruck by the courage and fortitude of Saint Nikephoros the Leper, in ascetic deeds and contests, for like another Job he suffered pain, with patience, ever-glorifying God, who has crowned him now with glory, granting him grace to work great, wondrous miracles. Rejoice, O guide of monastics and their aid, Rejoice O shining beacon of light, Rejoice for thy relics now exude a fragrance bringing joy to all.”
Kontakion, Tone 8:
“The valiant athlete of endurance and fortitude, the steadfast diamond of great patience and long-suffering, was tried by the affliction and pains of illness, and who in this way did glorify the Most High God, let us praise and laud the leper Nikephoros, saying unto him: Rejoice, true namesake of victory."
Let us use this time to draw closer to the Lord in repentance, as once did the citizens of Ninevah. Much of mankind has fallen so very far away from God: the modern spiritual pandemic has led many of our contemporaries even to fundamentally deny the very nature with which God has imbued us. We must ask the Saints for intercessions on our behalf and all those around us who are sick. Let us also remember that it is only through earnest repentance and prayer, and not through worry and fretting, that we can influence our circumstances for the better. With the vast spiritual resources given to us, we must entreat the Lord, who has exhorted us: “Do not fear, for I am with you; do not be dismayed, for I am your God. I will strengthen you and help you; I will uphold you with my righteous right hand.” (Is. 41:10) Let us “seek first the Kingdom of God and its righteousness,” and all things that we need to get through this crisis will doubtless be provided to us. (Matt. 6:33)
KYRILL, Archbishop of San Francisco and Western America
29 February/13 March 2020

 


 



The Coronavirus and Practical Measures, Archpriest James Baglien

Archpriest James Baglien of Saint Martin of Tours Church in Corvallis, OR, offered the following advice to his parishioners. We include it here for our readers' reference and application:
Dear all,
There is much concern about the expanding coronavirus (COVID-19) epidemic.  These concerns raise questions about what practical measures we should put in place for our Church life.  Many will have noted that we used disposable cups for zapivka after Communion on Sunday.  This will be standard for our entire Diocese for the duration of the outbreak.
Part of the difficulty are the many unknowns about this new virus.  The science is not yet fully understood, and this creates much uncertainty.  However, there are some things that we can say definitively:
The Coronavirus:
1) Is a respiratory virus.  Mild to moderate cases resemble cold and flu symptoms, though usually with a drier cough:  cough, sore throat, fever, and shortness of breath.  In severe cases, the lungs are attacked, which can lead to death.  In this, it resembles influenza, which kills between 15,000 and 30,000 Americans in a typical flu season.
2) Is highly contagious, chiefly through hand contact with infected surfaces following by facial touching, and secondarily by inhalation of droplets from coughing and sneezing.  Skin to skin contact is not considered a risk factor (aside from hand to face contact), nor is ingestion though food.  The virus can live on surfaces for up to 12 hours.
3) It is considerably more serious than the usual seasonal influenza.  South Korea, which leads the world in wide-scale testing of its population, is reporting a fatality rate of 0.68%, which is several times higher than influenza.  Other fatality estimates are much higher, but these are usually based only on tested cases.  (This is significant;  in this country, only about 6500 people have been tested so far, while South Korea is testing 10,000 people a day.)
4) Most cases of illness will be mild to moderate.  Severe cases can affect any age group, but are concentrated in elderly individuals, especially those with underlying health conditions.  In Italy, which has had the most severe outbreak in Europe, 89% of fatalities have been of individuals over age 70, most with the underlying health conditions common to this age group.  However, younger people should not be complacent, as young, healthy individuals have also died from the virus; moreover, you do not wish to become a disease vector that spreads the virus to older family members and parishioners.
How can we reduce our risk of infection with the Coronavirus?
The recommendations from the Oregon Health Authority are the same as for any respiratory illness:
•Cover your coughs and sneezes with a tissue and then throw the tissue in the trash.
•Wash your hands often with soap and water for 20 seconds. If soap and water are not readily available, use an alcohol-based hand sanitizer that contains at least 60% alcohol.
•Avoid close contact with people who are sick.
•Avoid touching your eyes, nose and mouth with unwashed hands.
•Clean and disinfect surfaces that are often touched.
•Take care of your health overall. Staying current on your vaccinations, including flu vaccine, eating well and exercising all help your body stay resilient.

These are all good, but let me focus on some key practices, and further elaborate:
1) Avoid touching your face with unwashed hands.  "Washed" means 20 seconds of lathering up with soap, thoroughly treating all skin surfaces.  Dry with a clean towel.  Wash your hands as soon as you come home from work, school, the grocery store, etc..  Remember, contact surfaces that people have touched with unwashed hands are probably the greatest threat.  If you're out and about, and need to adjust your contact lenses or scratch your nose -- use hand sanitizer first.
2) Don't forget to regularly sanitize your cell phone!  If makes no sense at all to thoroughly wash your hands -- and then pick up the cell phone you were just using before you washed your hands.  Hand sanitizer works well for this.
3) Avoid unnecessary contact with crowds, at sporting and cultural events, dances, bars, and clubs.  Avoid elective travel by mass transportation -- airplanes, buses, etc..  If your child participates in sports involving close contact, consider taking a break from these during the next several months.
A growing list of universities have switched to online instruction for undergraduates, for the balance of winter term and all of spring term:  Harvard, Stanford, the U. of Washington, Vanderbilt, UC-Berkeley, Syracuse, Rutgers, Indiana, Amherst, Columbia, Ohio State, San Jose State -- the list is long, and rapidly growing.  Oregon State and the U. of Oregon have not yet taken this step, but neither have they yet had a confirmed case of COVID-19 in their communities.
Now, what does this mean for us, in Church life?
We want Church life to continue as normally as possible, and with as little risk to our parishioners as possible.  After much thought and prayer, my directions are as follows:
1) If you or your children have respiratory symptoms -- coughing, sneezing, fever, a sore throat, or runny nose -- *stay home from Church*, and say your prayers at home.  There is nothing 'heroic' about coming to Church when you have a communicable sickness.  Out of love for your brothers and sisters, please refrain from exposing them to a potentially dangerous illness.  Currently, in Corvallis, such symptoms are not likely to be COVID-19, but as time passes, the likelihood will grow that they will be.
If you become seriously ill, I shall visit you to administer Holy Communion.
2)  Those who clean the church, restrooms, and hall -- take care to clean all the door handles, table surfaces, etc..  It is not necessary to use an alcohol-based sanitizer for this -- a regular surface cleaning product is adequate.
Questions:
1) Should I venerate icons, take the priest's blessing, etc.?
This is a bit of a gray area.  We don't (at least, adults don't) leave saliva on these surfaces, but rather, 'dry kiss.'  Ingestion is not a major risk factor.  If people with active illnesses  stay home as they should, this risk should be limited.  However, I shall not scold those who are worried enough about this to refrain from such veneration.
2) What about Holy Communion?
This is truly the lowest risk of anything we do in Church.
Why?  Our Orthodox practice of Communion involves the priest dipping the spoon into the Blood of Christ between each administration.  What could be more purifying than that?  I might also mention that the physical element transformed into the Blood of Christ is 20% ethanol -- but that is quite besides the point.
If your faith still wavers, consider what happens with the Chalice following the service.  The priest (or deacon, if one is serving) consumes the contents of the Chalice in the Altar.  At a large church or cathedral, hundreds of people may have been communed from that chalice -- many with undiagnosed illnesses, including not only respiratory illnesses, but stomach viruses, etc..  An unbelieving person would expect that the priests and deacons who consume the Gifts would be more often ill due to such exposure.   But in practice, we observe that priests and deacons seem to experience fewer communicable illnesses than average -- because they are, through their service each week, receiving the Source of Life.   (Others, who have taken my Adult Class, may recall my personal anecdote about a life-threatening abdominal infection vanishing -- to the perplexed irritation of the surgeon -- after my reception of the Reserved Gifts.)
So let your minds be at ease in this respect.
The children of the Church have passed through many periods of pestilence in Her long history, and found solace and comfort in Her grace.  Let us remain fervent in prayer, do those things which are prudent, and leave the rest in the hands of God.
with love in Christ,
Archpriest James

PS:  My thanks to internist Panteleimon (Dr. Brian) Curtis, who has reviewed the above information -- and concurs.

Aucun commentaire: