"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

08 juin 2020

L'Eucharistie, la Cuillère pour la Communion, et les peurs irrationnelles (p. John, EORHF)


Je suis récemment tombé sur une remarque très perspicace d'un écrivain conservateur (Denise McAllister) qui était engagée dans un débat en ligne avec quelqu'un sur ce que le gouvernement devrait ou ne devrait pas être en mesure d'ordonner. Elle écrivait : "Ma liberté ne s'arrête pas là où commence votre peur irrationnelle". Mais bien sûr, la question de savoir si les craintes d'une personne sont rationnelles ou irrationnelles est la question que nous devons examiner.

Il n'existe malheureusement pas de moyen de vivre sans risque dans ce monde. Si nous devions éviter tous les risques, aucun d'entre nous ne monterait jamais dans une voiture, mais la plupart d'entre nous le font, car nous considérons que c'est un risque gérable. Si vous conduisez en écoutant la radio ou en buvant une tasse de café, vous augmentez vos risques... mais ces risques supplémentaires sont généralement considérés comme assez minimes.

Il est curieux que, alors que de nombreuses collectivités locales ont fermé des églises, ou ont sévèrement limité la fréquentation, elles ont autorisé les magasins de marijuana et les débits de boissons à rester ouverts. Comme l'a récemment souligné un juge de l'Illinois, il y a seulement 5 mois, les magasins de marijuana n'étaient même pas légaux, mais ils sont maintenant considérés comme essentiels, alors que les églises, qui sont protégées par le 1er amendement de la Constitution américaine ne le sont pas (du moins dans de nombreux États). Mais, apparemment, certains risques valent la peine d'être pris - il s'agit juste de savoir ce que vous pensez être important. Même le Dr Anthony Fauci, qui a déclaré qu'il n'est pas encore sûr pour les églises de donner la communion à leur peuple, a dit, lorsqu'on lui a demandé si les gens devraient s'abstenir d'avoir des relations sexuelles avec une personne inconnue :

"Si vous êtes prêt à prendre un risque - et vous savez, chacun a sa propre tolérance pour les risques - vous pourriez vous demander si vous voulez rencontrer quelqu'un. Et cela dépend du niveau d'interaction que vous voulez avoir... Si vous cherchez un ami, asseyez-vous dans une pièce et mettez un masque, et vous savez discuter un peu. Si vous voulez être un peu plus intimes, eh bien, c'est votre choix concernant un risque" (Newsweek : Le Dr Fauci dit que vous pouvez avoir un Plan Q via Tinder "si vous êtes prêt à prendre un risque"" 16.04.20).
Il s'agit donc de savoir quelles sont vos priorités.


La question de savoir comment les différents niveaux de gouvernement aux États-Unis ont géré le Coronavirus est un sujet dont nous allons probablement débattre pendant des années, mais au sein de l'Église Orthodoxe, il y a aussi un débat en cours sur la manière dont les différents évêques ont géré cette crise. Les évêques ont réagi à cette crise de différentes manières. Certains ont seulement imposé des restrictions sur les Offices dans les endroits où cela était mandaté par les autorités locales, tandis que d'autres ont soit limité la participation, soit l'ont complètement interdite, indépendamment des décrets gouvernementaux imposés ou non. J'ai vu de nombreuses personnes affirmer que les évêques qui ont imposé de telles restrictions sont carrément des hérétiques et des apostats. Mais je n'ai jamais entendu de tels arguments lorsqu'une paroisse a annulé des Offices en raison de conditions météorologiques défavorables. Il se peut qu'en réfléchissant à cette crise, de nombreux évêques regrettent d'avoir réagi de manière excessive. Il se pourrait aussi que si ce virus s'était avéré aussi mortel que beaucoup le disent, certains évêques auraient regretté d'avoir sous-réagi. Ce n'est donc pas une question d'hérésie, mais une question de sagesse - c'est-à-dire, quelle était la chose raisonnable à faire dans ces circonstances. On peut être en désaccord avec les décisions d'un évêque, mais même s'il a mal jugé, on doit supposer que ses motivations étaient bonnes, et que le désir de subvertir la Foi ne faisait pas partie de ces motivations. Mais ce qui me préoccupe le plus actuellement, c'est la direction que prennent certains évêques avec leurs réponses sur la manière dont nous devrions avancer liturgiquement, dans le sillage de ce virus.

Nous avons actuellement des évêques qui imposent l'utilisation d'une cuillère différente pour chaque communiant, et certains qui ont institué la pratique de donner la communion aux gens dans la main (avec une portion de l'Eucharistie par intinction), tous animés par la crainte que donner la communion aux gens avec une cuillère à communion, comme le fait l'Église depuis près de mille ans maintenant, ne provoque l'infection de quelqu'un par le virus. La question que nous devons nous poser, cependant, est de savoir si cette crainte est rationnelle ou non.

Il a été souligné que la pratique de l'Église au cours du premier millénaire consistait à ce que les gens reçoivent la communion à peu près de la même manière que le clergé orthodoxe le fait encore : d'abord avec le Corps du Christ dans la main, puis en recevant le Sang directement du calice. 

Pourquoi l'Église a-t-elle mis fin à cette pratique et commencé à communier les gens avec une cuillère ? Parce que les gens laissaient tomber des portions de l'Eucharistie avec insouciance, et parce que certaines personnes rapportaient l'Eucharistie à la maison à des fins superstitieuses. Il y a peu de raisons de croire que les gens de notre temps seront plus pieux et plus prudents que ceux du premier millénaire, et il y a de nombreuses preuves qui laissent supposer le contraire.

Si beaucoup font appel à l'ancienne pratique pour justifier ce qu'ils proposent comme solution aux inquiétudes suscitées par ce virus, aucun ne suggère en fait de revenir à cette pratique, car il est évident que si les laïcs partageaient tous un calice commun, ce ne serait pas une amélioration par rapport à l'utilisation d'une seule cuillère. En fait, si la cuillère est plongée dans le calice et lavée dans le sang du Christ après la communion de chaque personne, cela ne sort pas du Calice.

Ceux qui préconisent l'utilisation de plusieurs cuillères, voire de cuillères jetables, font appel aux précédents du passé pour savoir comment les personnes connues pour être malades de maladies infectieuses ont été communiées. Mais le facteur-clé est que c'est ainsi que les personnes dont on savait qu'elles étaient atteintes d'une maladie infectieuse ont été communiées -- de telles méthodes n'ont jamais été utilisées comme mesure préventive. De plus, lorsqu'un prêtre communie avec les malades, il le fait normalement avec l'Eucharistie préservée [dans le tabernacle], et donc le vin qui se trouve dans le calice est du vin non consacré.

La question que j'ai posée à de nombreuses personnes qui ont défendu la nécessité de tels changements est très simple : Y a-t-il des preuves que quelqu'un ait déjà été malade en recevant la communion avec une cuillère ?  La réponse à cette question est "non". Mais certaines personnes rétorquent ensuite que c'est simplement parce que personne n'a jamais fait d'étude scientifique de la question, mais ce n'est pas vrai. Il est vrai que, à ma connaissance du moins, aucune étude n'a été faite sur l'utilisation des cuillères de Communion, mais il y a eu en fait plusieurs études sur des personnes utilisant un calice commun - qui serait plus susceptible d'être un moyen de transmission de maladie qu'une cuillère de communion, pour la raison susmentionnée - et ces études sont donc un bon moyen de répondre à la question de savoir si nous avons affaire à des craintes rationnelles ou irrationnelles.

John Sanidopoulos, dans son article "Études scientifiques sur la transmission des maladies infectieuses par la Sainte-Communion", a cité six études pertinentes réalisées entre 1943 et 1998. L'une d'entre elles a révélé que même dans des circonstances idéales, l'utilisation d'un Calice commun ne laisserait se transférer 0,001 % des organismes, mais que l'étude des conditions qui correspondaient à la pratique réelle ne permettait pas de détecter la transmission. Dans une autre étude, trois groupes de personnes ont été étudiés : ceux qui vont à l'église et reçoivent la communion, ceux qui vont à l'église mais ne reçoivent pas la communion, et ceux qui ne vont pas à l'église du tout. Ils ont constaté que même parmi ceux qui recevaient la communion aussi souvent que quotidiennement, il n'y avait pas d'augmentation du risque d'infection. Ainsi, même si vous ne croyez pas en Dieu, la crainte de tomber malade à cause d'un virus provenant d'une cuillère à communion est irrationnelle - et si vous croyez en Dieu, et croyez réellement ce que nous confessons avant de recevoir l'Eucharistie (à savoir que l'Eucharistie est vraiment le Corps et le Sang du Christ), alors vous ne devriez pas avoir à vous inquiéter.

Le père Alkiviadis C. Calivas, dans son article "A Note on the Common Communion Spoon", dit qu'il n'a pas lui-même de telles craintes, mais il exprime son inquiétude pour ceux qui en ont :
"Au cours de mes 64 ans de sacerdoce, j'ai consommé le Calice des milliers de fois après d'innombrables Divines Liturgies, sans crainte ni hésitation, comme le fait tout prêtre. Je ne suis pas certain, cependant, que tous les fidèles paroissiens feraient de même, si on le leur demandait. Voici ce que je veux dire. La Sainte Communion devrait être une source de joie, d'espoir et de force pour tous et non un test ou une mesure de la foi de chacun dans la providence de Dieu (Matt. 4,5-7). Saint Paul nous rappelle que l'amour du Christ exige que nous prenions soin de toutes les personnes, quelle que soit leur situation, et que nous soyons sensibles et réceptifs à leurs justes besoins et préoccupations pour l'amour de l'Évangile (1 Cor. 9, 19-23)".

Je ne suis pas prêtre depuis la moitié de ce temps, mais mon expérience soutient la conclusion du père Alkiviadis selon laquelle il n'y a rien à craindre. Lorsque je communie avec les fidèles, la dernière bouche dans laquelle je place la cuillère avant de la remettre au diacre est la mienne (pour m'assurer qu'il ne reste rien de l'Eucharistie sur la cuillère), et je n'ai pas eu de fièvre depuis plusieurs années avant d'avoir été ordonné prêtre. Si un virus pouvait être transmis par une cuillère de Communion, il devrait y avoir de nombreux cas de prêtres souffrant d'herpès buccal (qui peut être transmis par l'utilisation d'ustensiles de cuisine ayant servi à une personne atteinte de ce virus), mais en fait, rien ne prouve que quelqu'un ait contracté un tel virus de cette manière.

Je peux comprendre la préoccupation du père Alkiviadis pour les personnes qui ont des craintes irrationnelles, mais pourquoi devrions-nous encourager ces craintes irrationnelles à persister en agissant d'une manière qui communique à ceux qui en souffrent que nous pensons que ces craintes sont fondées ?

Je crains qu'en tant que société, nous n'élevions une génération de personnes ayant la phobie des germes, qui passeront leur vie paralysée par des craintes si irrationnelles, et si préoccupée de mourir des nombreux germes et virus qui abondent dans notre monde, qu'elle sera incapable de vivre réellement. Mais il est bien plus préoccupant de contempler le message que l'Église enverrait aux fidèles, si nous agissons comme si recevoir la Communion était un acte physiquement dangereux. Il est en effet spirituellement dangereux de recevoir la Communion d'une manière indigne (1 Corinthiens 11:27-29), mais lequel des saints a jamais enseigné ou suggéré que l'Eucharistie pouvait être un moyen de transmettre une maladie ? Aucun ne l'a fait. En fait, il existe un épisode bien connu de la vie de Saint Jean de Shanghai :
"L'attention constante de Vladyka à l'auto-mortification avait sa racine dans la crainte de Dieu, qu'il possédait selon la tradition de l'ancienne Église et de la Sainte Russie. L'incident suivant, raconté par O. Skopichenko et confirmé par de nombreux habitants de Shanghai, illustre bien sa Foi audacieuse et inébranlable dans le Christ. "Mme Menshikova avait été mordue par un chien enragé. Les injections contre la rage, soit elle les refusait, soit elle ne se soignait qu'avec insouciance... Et puis elle a été frappée de cette terrible maladie. L'évêque Jean l'a découvert et est venu voir la femme mourante. Il lui a donné la Sainte Communion, mais juste à ce moment-là, elle a commencé à avoir une des crises de cette maladie ; elle s'est mise baver de la mousse blanche, et en même temps elle a recraché les Saints Dons qu'elle venait de recevoir. Le Saint Sacrement ne peut pas être jeté. Alors, Vladyka a ramassé et mis dans sa bouche les Saints Dons vomis par la femme malade. Ceux qui étaient avec lui s'exclamèrent : "Vladyka, qu'est-ce que vous faites ! La rage est terriblement contagieuse ! Mais Vladyka répondit paisiblement : "Il ne se passera rien, ce sont les Saints Dons". Et en effet, il ne s'est rien passé".

Si quelqu'un ne croit pas vraiment que l'Eucharistie est ce que nous disons qu'elle est, alors il ne devrait pas recevoir la Communion, parce que "... celui qui mange et boit indûment, mange et boit sa propre condamnation, ne discernant pas le corps du Seigneur" (1 Corinthiens 11,29).

Au-delà de tout ce qui a été dit, lorsque nous parlons de "risque" ou de "possibilité" en tant que Chrétiens, nous devons comprendre qu'il s'agit simplement de moyens de faire référence à de nombreux facteurs variables que nous ne connaissons pas. Mais nous ne croyons pas en un Dieu observateur impuissant, qui ne fait qu'espérer que les choses se passent bien pour nous. Nous croyons que si nous faisons ce que Dieu veut que nous fassions, nous n'avons pas besoin de nous inquiéter plus que nécessaire. Le pire qui puisse arriver, c'est que nous mourrions et que nous irons vivre avec le Christ pour l'éternité. Nous croyons que pas un moineau ne meurt sans la volonté du Père (Matthieu 10:29), et comme l'a dit Saint Antoine d'Optina lors d'une épidémie de choléra (qui a tué bien plus de gens que le coronavirus ne le fera probablement) :
"Vous ne devez pas avoir peur du choléra, mais des péchés graves, car la faux de la mort fauche une personne comme l'herbe, même sans choléra. Placez donc toute votre espérance dans le Seigneur Dieu, sans qui même les oiseaux ne meurent pas, et encore moins une personne".

Pour en savoir plus sur cette question, je vous recommande vivement l'article : "Une réponse à "Sur l'administration de la Sainte Communion en temps de peste""

29 Mai 2020
P. John Whiteford,

Saint Jonah Orthodox church, Spring, Texas
Russian Orthodox Church Abroad, USA


Original anglais :
https://fatherjohn.blogspot.com/2020/05/communion-communion-spoons-and.html

Aucun commentaire: