"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

11 juin 2020

L'oubli de la mort physique nous amène à la mort spirituelle (Saint Ignace)

Notre esprit est tellement assombri par la chute qu'à moins de nous forcer nous-mêmes au souvenir de la mort, nous sommes capables de complètement l'oublier. Et lorsque nous oublions la mort, alors nous commençons à vivre sur terre comme si nous étions immortels, et nous sacrifions toute notre activité à ce monde, sans le moindre souci nous concernant ni à propos de la redoutable transition vers l'éternité, ni à propos de notre sort dans l'éternité. Ensuite, nous osons péremptoirement outrepasser les Commandements du Christ. Puis nous commettons les plus abjects péchés. Ensuite non seulement nous abandonnons la prière continue, mais même les prières qui sont prévues à des moments donnés de la journée - nous commençons à dédaigner cette occupation essentielle et indispensable comme si c'était une activité de moindre importance et peu nécessaire. L'oubli de la mort physique nous amène à la mort spirituelle.
Saint Ignace Brianchaninov





"Our mind is so darkened by the fall that unless we force ourselves to remember death we can completely forget about it. When we forget about death, then we begin to live on earth as if we were immortal, and we sacrifice all our activity to the world without concerning ourselves in the least either about the fearful transition to eternity or about our fate in eternity. Then we boldly and peremptorily override the commandments of Christ; then we commit all the vilest sins; then we abandon not only unceasing prayer but even the prayers appointed for definite times—we begin to scorn this essential and indispensable occupation as if it were an activity of little importance and little needed. Forgetful of physical death, we die a spiritual death."
St. Ignatius Brianchaninov

Aucun commentaire: